22/04/2009

Les contrevérités du politicien Monsieur Beer.

En complément aux deux textes qui se trouvent sur les blogs de Mesdames Marion Garcia et Rita Bichsel.

Un jour de 2006, alors que nous étions en campagne pour la votation sur les notes à l’école primaire, je me suis retrouvé à boire un verre avec Monsieur Beer. Il m’avait convié dans un café proche de la gare de Cornavin pour m'annoncer que son contre-projet à l’initiative « Pour le maintien des notes » était achevé  et que celui-ci allait dans notre sens.

Je ne pouvais que m’en réjouir puisque le Président me disait en effet qu’il réintroduisait les notes à l'école primaire ! Il nourrissait bien sûr l’espoir que l’Arle retire alors son initiative.

Il m’avait bien évidemment soigneusement caché de quelles notes il s’agissait….Souvenez-vous ces fameuses « fausses notes » inventées pour l’occasion ! Celles qui n’existaient nulle part ailleurs. Une tentative pour nous « rouler » ainsi que, dans la foulée, les citoyens ! Attablé face à face, Monsieur Beer m’avait alors dit, en me fixant droit dans les yeux :

« Vous saurez une chose M. Duval, je ne suis pas un pédagogue mais un politicien »

 ???!!!!

Sur le moment je n’avais pas bien compris pour quelle raison il me disait cela, c’est au fil du temps que j’ai saisi.

Pour un bon nombre d’entre eux, un bon politicien est celui qui, sans rougir, avec le sourire, sous le couvert  d’une apparente bonne foi, est capable de tronquer la vérité (pour ne pas dire….mentir) dans le seul but de gagner la bataille qui le mènera à être réélu. Peu importe le sujet du litige et son importance seul compte l’image. Et alors…. tous les moyens sont bons, même ceux qui frisent la malhonnêteté.

Monsieur Beer n’en est pas à son coup d’essai en ce qui concerne les votations du 17 mai. En novembre dernier déjà le Tribunal Administratif a jugé qu’il avait « tenté d’influencer les votants » en faisant publier un texte « mensonger » dans la brochure officielle envoyée aux citoyens. Résultat, il a fallu reporter cette votation au 17 mai. A noter que le Conseil d’Etat a dû rembourser les frais de campagne  aux initiants et à l’Arle...sur le dos des citoyens qui payent leurs impôts.

Monsieur Beer continue aujourd’hui à avancer des arguments fallacieux ! Ses  « magouilles » sont monnaie courante dorénavant et ce ne seront pas les dernières.

10:20 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour !

"... tous les moyens sont bons, même ceux qui frisent la malhonnêteté."

Pourquoi "qui frisent..." ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 22/04/2009

"Pourquoi "qui frisent..." ?"

Parce que Beer est son patron!? Jusqu'à quand?

Il y en a ras le bol de ces politiciens incompétents, carriéristes, sans aucune vision d'avenir que leur réélection.

Écrit par : Johann | 24/04/2009

Les "fausses notes" - la situation est sérieuse!

Écrit par : Norman @ long distance calls | 19/10/2009

Les commentaires sont fermés.