30/04/2009

Mesures d’accompagnement au primaire, la loi n’est toujours pas appliquée

La nécessité de mesures d’appui pour les élèves en difficulté scolaire est inscrite dans le nouveau règlement de l’enseignement primaire depuis deux ans maintenant. Elles sont censées être OBLIGATOIRES pour les élèves promus par dérogation ou par tolérance.

Malheureusement, le Département est incapable de les mettre en place. Aujourd’hui, elles sont toujours réduites à une peau de chagrin. Ce n’est qu’une structure minimum que Monsieur Beer avait qualifiée lui-même de « n’importe quoi ».

Ainsi, à ce jour, rien de nouveau n’a été créé. Les promesses que le Président du DIP nous avait faites ne sont toujours pas tenues ! Il était clairement entendu qu’il fallait que ses services imaginent et instaurent un tout nouveau système d’appui aux élèves en difficulté scolaire. C’était la priorité absolue à tenir, la seule condition pour lutter contre l’échec scolaire. 

Mais voilà ! Tout ce beau monde, membres de la commission ad hoc (sous la responsabilité de M. Riedweg), directeurs d’établissement, directeurs du DIP (ils sont 5), formateurs, et autres doivent être en panne d’idées !

RIEN de chez RIEN !

Alors que font-ils nos fameux directeurs ?

Très simple….ils ne savent pas….alors…ils  renvoient la « patate chaude » à nos chers enseignants….et leur imposent tout bonnement d’élaborer eux-mêmes ces mesures d’accompagnement…comme si c’était de leur ressort.

Un peu comme si un patron d’usine demandait aux ouvriers d’imaginer les plans du nouveau prototype à sortir, de le construire et de l’essayer pendant que lui se tourne les pouces à contempler ses troupes se démener.

Pensez-vous que je suis en plein délire ? Alors voici encore une petite anecdote pour illustrer mon propos.

Joëlle est une amie institutrice dans une classe primaire de Genève. Elle est tenue, comme tous ses collègues, de participer aux séances qu’organise Madame Y sa directrice.

Voilà que lors d’une séance, fin mars, Mme Y demande à « ses » enseignants de bien vouloir maintenant se pencher sur la problématique des mesures d’accompagnement. Joëlle reste sans voix….puis se reprenant, déclare très justement :

« Ce n’est pas à nous, les enseignants, à combler les lacunes de M.Beer. Il nous a promis des postes d’enseignants assignés à l’appui (GNT) or, non seulement nous n’en avons pas vu la couleur, mais en plus il les a réduit au profit des directeurs d’école. Je refuse de me casser la tête pour mettre en place une structure d’accompagnement inefficace grâce à des bidouillages entre collègues. C’est aux cadres que M.Beer a nommés qu’il incombe de trouver des solutions valables, efficaces et réalistes….les enseignants eux, sont chargés de leur application mais non de leur création…à M.Beer de tenir ses promesses ».

A l’ordre du jour de la séance de fin mars !!!!

Comme quoi, s’il fallait prouver que RIEN n’a été fait jusqu’à maintenant !

Mais peut-être…mieux vaut tard que jamais !

17:19 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

C'est exactement ce qui adviendra des passerelles, au CO!

Des promesse budgétaires monstrueuses et rien en fin de compte!

Écrit par : rita bichsel | 30/04/2009

Et oui ! Des belles promesses ! Laissez-moi vous apporter un témoignage personnel :

Mon fils est actuellement en 3P et a beaucoup de peine pour la lecture.

L'enseignante nous a dit (avec beaucoup de tact !) qu'il avait un niveau de 1P et qu'elle se demandait comment il n'avait pas doublé plus tôt !!
Maintenant, selon elle, il ne nous reste plus qu'à aller au SMP faire des bilans psy et contacter une logo pour lui apprendre à lire !!!??
Ah, oui, il a aussi bébéficié de quelques cours d'appui en lecture...

Lorsque j'ai tenté de lui expliquer que mon fils n'avait tout simplement pas appris les sons en 1P, car à cette époque, la lecture consistait à entourer les mot connu par l'enfant dans un petit texte.
J'ai signalé que mon enfant ne connaissait guère plus que "le, la, un, une " mais ce n'était pas important : " chacun son rythme..."

Plus tard, j'ai compris que c'était cette fameuse méthode de "lectrue globale" qui n'est ni plus ni moins que de la lecture-devinette !
Mon fils lit le début du mot, puis devine la fin !!!

Merveilleuse méthode qui abouti aujourd'hui à s'entendre dire que mon fils a certainement des problèmes, car il croche toujours sur certains sons !

Mais reconnaître que les bases nécessaires n'ont pas été enseignées, alors ça, jamais de la vie !
L'enseignante actuelle refuse d'en entendre parler ! Nous sommes, parents et enfant, seuls responsables !
Mon fils parce qu'il a des "problèmes" n'est pas "autonome", dérange, etc et moi, parce que je ne soutiens pas l'école, je suis trop inquiète et que je refuse le SMP !!

Et, voici les récentes paroles de cette enseignante à mon égard, je cite : " vu que vous connaissez tout mieux que tout le monde, vous feriez mieux de faire vous-même la classe à votre fils ou de le mettre en privé !!?? "

Ahurissant, non ? Mais absolument véridique !

Voici donc un exemple de réaction fort intéressante lorsque l'on ose dire son avis ( qui a dit relation de confiance parents-école ??) et ne pas être d'accord, les yeux fermés, sur certaines méthodes douteuses ...

Effectivement, je n'ai pas fait 5 ans d'études universitaires et je ne suis qu'un "simple parent à côté de la plaque qui ne fait que râler " !!!

Écrit par : kali | 01/05/2009

@Kali

!!!!!! hallucinant! Et le directeur?

La méthode globale ou semi-globale est une vraie peste, en effet elle a déjà fait d'innombrables dégâts....mais le DIP n'en a cure!
Je me permets de vous renvoyer au site de l'Arle sur lequel vous trouverez pas mal d'infos à ce sujet.

http://www.arle.ch/apprentissage-de-la-lecture

Je vous suggère également de prendre contact avec moi, via mon adresse e-mail.
Votre fils a besoin de recadrer cet apprentissage de la lecture et j'ai une personne à vous proposer si vous le désirez....ça vous évitera peut-être d'avoir recours à ce SMP.

Écrit par : Duval | 01/05/2009

@Kali,

En vous lisant, je me revois il y a 10 ans en arrière, c'est affolant de constater que rien n'a changé alors que l'on sait que nos enfants n'ont aucune base solide au sortir de l'école primaire !!!

Les réponses données sont également toujours les mêmes, à savoir : si vous êtes pas contente vous n'avez qu'à opter pour le privé.

Continuez à vous battre pour vos enfants, et rassurez-vous, les enfants ont des ressources ... et quelques fois la chance de tomber sur des personnes compétentes qui leur redonnent confiance en eux, parce que le pire c'est quand votre enfant vous répète "je suis nulle" et que tout ce que vous dites pour lui redonner confiance ne sert à rien car vous n'êtes pas "Maîtresse".

Écrit par : Loredana | 01/05/2009

Merci pour vos commentaires ! je me sens un peu moins seule !

C'est très juste, Loredana, j'ai oublié de préciser aussi que mon fils me répète de plus en plus qu'il est "nul" et sa confiance en lui s'est vraiment dégradée, malgré tout le soutien qu'on essaye de lui donner.
J'ai fait appel à une personne qui pourra vraisemblablement l'aider.

7 ans que je suis "répétitrice" à la maison pour mes 3 enfants, sans grand effet, à part peut être le maintenir un peu la tête hors de l'eau...il est inscrit pour l'an prochain en privé... plus de place cette année... mes 2 premiers sont en privé depuis peu, et plus jamais on ne m'a parlé ainsi, ils ont totalement rattrapés leurs retards...l'un était même catalogué d'hyperactif avec déficit d'attention...pour ma fille, l'inspectrice m'avait dit que ja'vais des exigence trop élevée pour elle, qu'il existait des "école spécialisée pour ce genre d'enfant" ! A présent, plus rien de cela, tout va tellement mieux...de plus, je fais des veilles de nuit pour aider à financer l'école...

Quant à la directrice, elle est, elle aussi, endoctrinée et issue de la même usine "Tricatel" complètement convaincue de la rénovation et coulée dans le même moule que l'enseignante... On ne parle tout simplement pas la même langue !

Lorsque je lui dit qu'il n'a pas non plus suffisamment d'exercices pour s'entraîner à la maison, que les devoirs ne reflètent pas toujours les épreuves, elle me répond qu'elle n'est pas partisane des devoirs à la maison, car tout ce qui est fait à l'école doit suffire... même si cela ne suffit visiblement pas !!!
Mais, bon, en se persudant que c'est l'enfant qui a un problème, on peut avoir la conscience tranquille...

Je suis extrément fatiguée et lassée...

Écrit par : kali | 01/05/2009

Les commentaires sont fermés.