Le choix des citoyens !

Le 17 mai, les citoyens sont appelés à se prononcer sur le cycle d’orientation qu’ils désirent à Genève.

Deux possibilités s’offrent à eux, assez faciles à cerner somme toute.

1.            Veulent-ils :

·         Que le cycle d’orientation remplisse sa fonction et oriente les élèves pendant leur cursus au CO ?

 

·         Que le CO recadré permette aux adolescents de 15 ans, à leur sortie de l’école obligatoire, de :

 

-          commencer une formation professionnelle qu’ils auraient choisie ?

-          poursuivre des études ?

 

·         Que les professeurs aient les moyens de fournir un cadre propice aux études grâce au retour de la note de comportement ?

 

Alors il n’y a aucun doute, ils doivent voter pour l’initiative 134 « Pour un cycle qui oriente »

 

2.            Ou bien, veulent-ils :

·         Que l’orientation se fasse APRES le passage au cycle d’orientation, repoussée à la sortie de l’école obligatoire (alors pourquoi ce nom) ?

 

·         Que le cycle d’orientation continue à laisser errer ses élèves durant trois ans ?

 

·         Que les professeurs n’aient toujours aucun moyen réel de faire respecter l’ordre dans leur classe ?

Alors, aucun doute, il leur faut voter le contre-projet !

 

A nous, citoyens, de juger….et de voter en notre âme et conscience et non pas en fonction des prises de position des différents partis politiques. Ceux-ci ont suffisamment démontré qu’il n’est pas possible de leur faire confiance.

 

 

 

 

Commentaires

  • Si on veut remettre l'école genevoise sur les rails, il faut absolument voter en faveur de l'IN 134. Elle permettra un recadrage clair et réintroduira une certaine rigueur. Les groupes-classes homogènes permettront aux enseignants de se concerter mieux et d'adapter leurs cours aux diverses aptitudes des élèves.

  • Il est grand temps que les enseignants du CO aient les moyens de se faire respecter afin de pouvoir enseigner librement. Les élèves doivent savoir que leur comportement sera apprécié à sa juste valeur grâce au retour de la note le sanctionnant.
    L'initiative 134 "pour un CO qui oriente" a été réfléchie par des enseignants du CO pour le bien de l'élève qui cherche à progresser, elle redonne par ailleurs aux parents la priorité à leur rôle d'éducateur.

  • Je ne suis pas un fondamentaliste des notes, mais mon expérience est dans la formation d'adulte donc très différente de la vôtre. Et je comprends les problèmes auxquels vous faites face. Je vais donc voter pour l'initiative.

  • Pourquoi la plupart des profs sont en faveur de l'initiative et les politiques en faveur du contre-projet. Répondre à cette question c'est voter pour l'initiative....

  • Je suis professeur à Genève et enseigne actuellement avec un pareil plaisir aux apprentis et aux gymnasiens. J'ai également enseigné au CO , aux élèves de l'école de commerce et aux CF - la homogénéité est un leurre ! Même dans les classes de CF, la composition reste très hétéroclite- et ce qui rend la profession d’enseignant si passionnante, c’est que les élèves sont capables de sortir des situations les plus terribles ! » Un élève qui se plante « peut se ressaisir ; les profs sont là pour le soutenir, non pour lui enfoncer la tête sous l’eau ! Je vote pour le contre-projet, mais me battrais également pour que l'école ait les moyens adéquats, c’est de cela qu’elle a prioritairement besoin.

  • Vous avez raisons il ne faut pas faire confiance au MCG !!! Ni aux amis de Couchepin alors je vote pour le CP !!!

    Autre chose quand on me dit que l'IN vient du corps enseignants du CO, gros bémol :
    Mme Bichsel, retraitée à Neuchâtel
    M. Duval retraité de l'EP
    M. Scheler enseignants du PO
    M. Putallaz, enseignant du PO et amis de Benoit XVI ... Bon j'arrête là je m'énerve.

  • @ André Duconun

    Cela s'appelle l'expérience.
    Elle est une richesse et surtout permet la comparaison avec les "temps anciens".

    Scheller prend deux "l".
    Benoît prend un "^".

    Il y d'autres fautes dans ce petit texte, vous n'avez visiblement pas eu Monsieur Scheller comme enseignant.

  • Lire "Il y a d'autres fautes ..." dans le commentaire précédent.

  • @ André Duconun

    La retraité à Neuchâtel a commencé en 1976 dans le système hétérogène. A continué dans le système à sections et terminé dans la structure en regroupements A et B.

    Vous m'accorderez de prendre me retraite à l'endroit de mon choix, j'espère!

    C'est l'expérience cumulée pendant 36 ans d'enseignement qui me permet de voir facilement les failles du contreprojet et qui nous a permis, à moi et à mes collègues, de penser un système qui a au moins le mérite de ne pas renouveler les erreurs des précédents.

  • André Duconun@

    Ah ! ben non ! Qu’il est dommage de vous arrêter parce que vous vous énervez ! C’est justement maintenant que c’est intéressant. Un petit effort de plus, je vous prie ! Lorsque vous êtes calme, vous dites des bêtises en rafales, et vous écrivez comme vous pensez, avec vos pieds : fautivement. C’était un délice ! Mais je me réjouissais de voir ce que ça allait donner lorsque vous sortez de vos gonds. Que vous êtes méchant ! Que vous ne semblez sot !

  • Les 3 filières du Contre projet proposent un fausse homogénéité. Or c'est ce que nous avons déjà et rien n'est pire que le mensonge car on ne peut alors pas faire face aux problèmes. L'In 134 appelle un chat un chat et une filière une filière. Ainsi les professeurs pourront s'occuper de manière adéquate des élèves et les aider à surmonter les difficultés propres à chacun. De plus, et contrairement à ce qu'affirment les tenants du CP, l'In34 permet CHAQUE ANNEE DE CHANGER D'ORIENTATION.... mais avec accord des parents (je vous rappelle que les élèves du Co sont mineurs!) et examen de fin d'année à l'appui, ce qui est tout de même la moindre des choses!
    Alors je vote la 134 pour le bien des nos enfants.
    Isabelle

  • @Marc Fischer

    Monsieur,

    Vous parliez d'expérience à André Duconun...

    Et vous, combien d'années d'expérience avez-vous dans l'enseignement ?

    Merci de répondre.

    MG

  • @ Michel Gaille

    J'enseigne (la biologie et les mathématiques) au CO depuis bientôt sept ans.
    J'a subi les deux ans de formatage intellectuel à l'IFMES.

    Je peux également vous dire que mes collègues du CO se plaignent beaucoup des conditions non-matérielles de leur travail:

    - évaluations communes avec la moyenne à la moitié des points obtenus
    - tolérances énormes accordées aux élèves pour leur promotion au degré suivant
    - moyens d'enseignement pédagogiquement orientés
    - comportement parfois délirant des élèves
    - manque de soutien de la DGCO en cas de conflit avec des parents ou après une orientation contestée

    La liste pourrait s'allonger.

    TOUS pensent qu'un retour à l'ordre est nécessaire, certains pensent que le CP est le bon outil d'autres (comme moi) soutiendront l'IN.

    MF

  • Merci Monsieur Fischer.

    MG

  • Nous vous remercions de intiresnuyu iformatsiyu

Les commentaires sont fermés.