08/05/2009

Poker Menteur

Dernier recours….le bluff….

 

Selon nos autorités….

-          L’initiative 134 « Pour un cycle qui oriente »n’est pas compatible avec Harmos, mensonge !

-          Elle est obsolète, mensonge !

-          Elle sélectionne dès la sortie de la 6ème, l’avenir des jeunes est scellé à 12 ans, mensonge !

-          La sélection se substitue à l’orientation, mensonge !

-          Elle n’offre que des voies de garage et la réorientation est impossible, mensonge !

-          Elle dévalorise la formation professionnelle, mensonge !

-          C’est une « usine à gaz, mensonge ! (l’IN = 5 articles….le CP = 18 articles !!! Cherchez l’erreur)

 

Pour s’en persuader, il suffit de lire attentivement le texte de l’initiative 134

http://www.arle.ch/images/stories/file/Initiative-134.pdf

 

Les autorités trompent encore et encore les citoyens.

 

Faut-il qu’ils aient peur nos politiciens, conseiller d’Etat en tête, pour aligner les uns derrière les autres toute cette série de mensonges largement relayés par certains journalistes condescendants et dépourvus d’éthique professionnelle.

Serait-ce qu’ils se rendent compte que leur contre-projet n’est que poudre aux yeux…qu’il ne change rien à la situation catastrophique du cycle d’orientation actuel puisqu’il le reproduit?

Tout le contraire de l’initiative 134 !

Serait-ce qu’ils paniquent parce qu’ils savent que les citoyens font preuve de BON SENS et qu’ils ne se laisseront pas abuser?

 

Alors, citoyens, prouvons leur que leur crainte est fondée et votons massivement pour cette initiative, seule capable de remettre le cycle sur les rails.

10:32 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Ben….encore les mêmes mensonges que ceux qu’ils ont essayé de nous fourguer en novembre passé ! Le tribunal administratif les a bien condamnés pour ça et ça les empêche pas de continuer !

Écrit par : Joe | 08/05/2009

Comme ils n'ont pas de véritables arguments ils se servent des mensonges pour essayer de tromper et manipuler le peuple. Jusqu'en 1990 c'étaient plutôt les pays derrière le rideau de fer qui adoptaient cette tactique.Les gouvernements ont toujours eu tendance de manipuler un peu, mais dans notre cas de figure c'est tellement ENORME, que cela devient grotesque.M. Ch. Beer est en train de devenir un expert, au moins dans ce domaine.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 08/05/2009

Comme ils n'ont pas de véritables arguments ils se servent des mensonges pour essayer de tromper et manipuler le peuple. Jusqu'en 1990 c'étaient plutôt les pays derrière le rideau de fer qui adoptaient cette tactique.Les gouvernements ont toujours eu tendance de manipuler un peu, mais dans notre cas de figure c'est tellement ENORME, que cela devient grotesque.M. Ch. Beer est en train de devenir un expert, au moins dans ce domaine.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 08/05/2009

Il faut en effet du BON SENS pour bien voter, c'est à dire pour voter avec intelligence.
Pour cela, il est nécessaire que les gens puissent enlever les oeillères que lui font porter les responsables politiques, secondés et appuyés par certains médias...
Merci à vous !

:o)

Écrit par : Blondesen | 09/05/2009

Je souhaite que l'initiative passe ne serait-ce que pour voir la gueule que va faire Beer à l'annonce du résultat. Et toutes les contorsions qu'il va devoir effectuer pour mettre le texte en application.

Écrit par : Johann | 09/05/2009

Bonjour,

J'avoue être un peu perdue avec tous ces changements... Ma fille qui va rentrer au cycle l'année prochaine a déjà vécu beaucoup de changement en primaire (différents carnets, retour des notes, etc.) et ces différents changements n'ont pas apporté beaucoup d'eau au moulin.

Le retour des notes n'a, semblerait-il, pas amélioré les performances des élèves.

Quand je vois comment certaines personnes éduquent leurs enfants (en plus, ils sont laissés pour compte, les parents se sont désinvesti), je me demande si c'est du côté de l'école qu'il faut aller regarder, pas plutôt à la maison.

Est-ce que le fait de voter pour ou contre l'initiative va changer quelque chose pour nos enfants ? Ca me donne envie de voter blanc...

Écrit par : monicaT | 09/05/2009

"Est-ce que le fait de voter pour ou contre l'initiative va changer quelque chose pour nos enfants ? Ca me donne envie de voter blanc..."

Sans doute moins que ne le disent les initiants et les opposants. Mais un point très important en faveur de l'initiative est le retour des notes de comportement.


En ce qui concerne les parents, je suis tout à fait de votre avis.

Si le retour des notes n'a pas amélioré les performances des élèves (c'est encore à démontrer), il a certainement empêché une détérioration de ces performances.

Écrit par : Johann | 09/05/2009

Chère Madame,

Il est évident que, pour tout ce qui touche l’école, les choses sont complexes et que de nombreux facteurs interviennent. L’école genevoise est sinistrée, et ni le retour des notes ni l’IN134 ne vont, comme par miracle, renverser la vapeur du jour au lendemain.
Mais je crois que ce qui compte, c’est d’abord une logique mise en place :
- avec les notes, la logique du cumul du savoir ;
- avec le’IN134, la logique de l’autorité du savoir mise au centre et non pas le prétendu et ridicule « projet de l’élève » ;

Les tenants du contreprojet se sont entendus sur le moins de changement possible à la situation actuelle afin d’obtenir le plus de consensus possible entre les partis. Ce contreprojet peut se targuer à bon droit d’une réussite formidable : domestiquer le pouvoir politique, le réduire à sa plus simple expression : la médiocrité consensuelle.

Or l’école genevoise a derrière elle un long passé de médiocrité, cette patine lui colle à la peau sous les coups de butoir ininterrompus des gourous de la FAPSE et des pédagogos, ceux qui promènent l’encens à longueur de journée dans l’église du Temple scolaire.

Il est évident que l’IN134 ne va pas pouvoir redonner immédiatement sa couleur à cette école, mais non seulement elle y introduira une logique inverse de celle qui préside à l’actuel laisser-aller, mais encore elle redonnera de l’espoir à des gens comme vous qui allez vous cantonner dans un doube NON, ce qui équivaut à un OUI au système délétère actuel.

Écrit par : Jean Roman | 09/05/2009

Johann : vous avez raison pour le retour des notes de comportement.

Jean Roman : j'ai fait toutes mes écoles à Genève dans les années 80. Les méthodes ont un peu changé, mais dans l'ensemble, en tant que maman, je m'y retrouve. Mes enfants ont eu et ont de très bons enseignants, motivés et se sont bien développés dans le système actuel. Pourquoi parlez-vous de médiocrité consensuelle ? La différence avec le passé, c'est que maintenant, tout le monde crache sur l'école. Je connais beaucoup de mamans qui sont contentes de ce qui est fait à l'école, qui voient les progrès accomplis. Mais à la maison, il y a la discipline. Ce n'est pas à l'école de se substituer aux parents. Et beaucoup de parents pensent que c'est l'école qui doit réparer ce qui n'a pas été fait à la maison. Normal que les profs soient débordés, avec des gros effectifs et certains éléments qui passent les années sans avoir le niveau et qu'on ne peut pas déplacer parce que les parents ne sont pas d'accord ou parce qu'il n'y a pas de place.

Vous parlez de logique du cumul du savoir avec les notes ? Pour moi, notes ou appréciations, je ne vois pas la différence, sauf que ça donne moins de boulot au prof et moi, je n'ai pas besoin de lire des tartines et du remplissage. Mon aînée m'a dit qu'en géo, comme toute la classe avait échoué aux autres épreuves, on leur a fait une petite récitation en fin de trimestre sur les cantons (à replacer sur une carte) où évidemment tout le monde a fait 5 ou 6. Une petite addition, une division, et hop, tout le monde a la moyenne, ce qui ne montre pas le réel niveau de la classe.

Je vais dans votre sens pour ce qui est de l'IN134, on aurait tort de ne pas essayer.

Merci d'avoir répondu.

Écrit par : MonicaT | 10/05/2009

Ce qui me chagrine, c'est que tant Monsieur Pierre
Weiss que Monsieur Gabriel Barrilier et Monsieur
Jacques Follonier n'ont pas pris position en faveur
de l'initiative 134 mais du contre-projet.

Un tiers des électeurs va ainsi voter pour l'initia-
tive, un tiers pour le contre-projet et le troisième
tiers dira non aux deux. Du coup, tant l'initiative
que le contre-projet sont condamnés.

Dans le même intervalle, l'école vaudoise avance !

Dans le Canton de Vaud, on est au secondaire de la
5ème à la 9ème année. Les degrés 5 et 6 sont appelés
Cycle de transition. Une orientation intervient au
terme de la 6ème année. Ensuite, trois niveaux, com-
me il y avait autrefois les sections latine/scienti-
fique/moderne, générale et pratique. Ce sont la Voie
secondaire à baccalauréat (VSB), la Voie secondaire
générale (VSG) et la Voie secondaire obligatoire
(VSO). Des passerelles ? Oui, il y en a ! Après une
9ème VSO, on peut obtenir le certificat de fin d'é-
tudes secondaire VSG au terme d'une année en classe
de raccordement I. Et prolonger l'effort en vue d'o-
tenir le certificat de fin d'études secondaire VSB
après une année en classe de raccordement II. C'est
un système simple à comprendre pour les parents et
pour les élèves. Il m'est difficile de comprendre
pourquoi Monsieur Charles Beer ne téléphone jamais
à sa consoeur socialiste Anne-Catherine Lyon, Con-
seillère d'Etat en charge du Département de la for-
mation et de la jeunesse, en vue d'harmoniser les
systèmes d'enseignement romands. Ce serait pourtant
facile. Et je suis sûr que les genevois pourraient
hériter de l'excellent matériel d'enseignement de
l'école vaudoise, en particulier tous les ouvrages
édités par les éditions LEP, qui publient tous les
livres scolaires du Canton de Vaud.

Vivement 2013, que Monsieur Charles Beer quitte le
Conseil d'Etat et le DIP. Entre les fausses factu-
res à l'Université et la nomination de Directeurs
à l'Ecole primaire grassement payés, il aura lar-
gement contribué à décrédibiliser et détruire l'é-
cole genevoise. Il faudra une décennie pour s'en
remettre.

Écrit par : Jean Némard | 11/05/2009

Les commentaires sont fermés.