01/11/2009

Enôôôôrme auto-goal de Pierre Weiss

Ainsi donc le scandale est confirmé par Monsieur Weiss lui-même.

Selon ses propres propos, le texte de loi sur la formation des enseignants est « on ne peut plus clair »

Lisez donc le commentaire que M. Weiss-membre de la commission de l’enseignement et responsable de ce projet- a bien voulu laisser à la suite de mon billet précédent :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/10/31/charles-beer-reussit-son-coup-les-deputes-bernes.html

« …Les porteurs d'un bachelor d'une hep suisse pourront être nommés sans le moindre certificat complémentaire qui sera exigé en revanche des étudiants suivant leurs études à Genève, une fois leur BA terminé. Il y aura donc des Genevois qui iront à Lausanne ou St-Maurice pour faire leurs études en 3 ans, comme des Valaisans ou des Vaudois qui voudront suivre leur formation à Genève en 4 ans. Le futur nous montrera quelle tendance l'emportera. J'ai d'ailleurs personnellement souligné cette possibilité/ce danger/cette chance en commission ».

OK !!! On prend acte.

Les étudiants genevois qui suivront leur formation à Genève (IUFE) se verront donc injustement prétérités.

Edifiant ! Non seulement le gouvernement genevois s’apprête à voter une loi inique mais, en plus, il se permet de postuler sur un danger ou une chance…seul l’avenir dira si le choix était fondé! Le tout sur le dos des étudiants genevois, merci pour eux !

Monstrueuse loterie !

J’en appelle au bon sens de TOUS les députés du Gand Conseil  (s'ils en ont encore) qui seront chargés de voter ce projet de loi avant la fin de l’année...qu’ils pèsent bien toutes les implications que leur décision impliquera.

Ont-ils le droit de prétériter ainsi les étudiants genevois sans aucune raison valable ?

 

20:09 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Bien sur qu'ils ont le droit de prétériter les étudiants genevois. S'ils arrivent moins "formés" dans une HE c'est entièrement de leur fautes .... c'est en tout cas le message qui est passé dans la population !

Écrit par : Volvina | 01/11/2009

C'est juste honteux de voter une loi sans savoir précisément pourquoi ! Et c'est ce qu'on appelle des députés sérieux...? Ceux qui voteront en faveur de cette loi se moquent des jeunes genevois, et cela c'est irresponsable et impardonnable !

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 01/11/2009

Cher Monsieur,

le scandale, c'aurait été de ne pas reconnaître la qualité de formation dans les HES suisses.

En outre, je ne suis pas responsable de ce projet, puisqu'il émane du Conseil d'Etat, mais j'assume le compromis auquel nous sommes arrivés - tous partis réunis, sauf le MCG.

Le projet adopté permet par exemple à des étudiants genevois de parcourir en 3 ans la voie genevoise.
Je vois que ce type de détails est un peu complexe à saisir (voir ma réponse d'hier).

Enfin, ce n'est pas le gouvernement qui postule qu'il y a danger ou chance de voir les étudiants de choisir la formation à Genève plutôt que dans une HEP romande (et inversément), mais moi-même.

Je me réjouis de pouvoir l'expliquer à la population, puisqu'un député MCG a déjà annoncé un référendum contre ce projet de loi. c'était d'ailleurs quasiment la première fois qu'il s'exprimait depuis 4 ans. Enfin, pour autant que son mouvement trouve des relais dans les associations dont vous-même et Mme Garcia êtes proches.

Dulcis in fundo: je me réjouis le cas échéant du pourcentage encore plus élevé d'acceptation pour cette loi, après la victoire du contre-projet sur le CO.

Écrit par : Pierre Weiss | 01/11/2009

Cher Monsieur Weiss,

Pourquoi donc cette irritation que vous laissez transparaître? Pourquoi ces pointes quelque peu revanchardes?
Seriez-vous en train de perdre votre self-controle...
Le constat demeure: pour être nommé, il faudra 4 ans à Genève alors que 3 ans suffisent dans TOUS les autres cantons romands!
Une inégalité flagrante!

Écrit par : duval | 01/11/2009

Cher Monsieur,

j'ai toujours de la peine à expliquer plusieurs fois la même chose à la même personne, pardonnez mon impatience.

L'important, c'est que la formation des enseignants primaires en 3 ans puisse coexister avec une formation en 4 ans qui peut être raccourcie à 3 ans.

Compliqué, j'avoue, mais on peut supposer que les futurs étudiants seront en mesure de saisir les opportunités de ce nouveau système.

On peut aussi espérer que les citoyens comprendront qu'après les réformes de l'école primaire (notes,directeurs,réseaux d'enseignement prioritaire), du CO (sections compréhensibles et non usine à gaz de Réel refusée par le peuple), la formation des enseignants a aussi besoin d'une refonte. La solution proposée n'est certainement pas idéale. C'est la seule qui a trouvé une majorité.

Telle est la loi en démocratie. Inutile de tirer des plans sur la comète tant que l'on n'a pas 51 voix sur 100. Voilà des évidences qu'il fgaut parfois répéter. Ce ne sont pas les associations qui font les lois, c'est le Grand Conseil. En commission, puis en plénum, et pas au Café du Commerce !

Écrit par : Pierre Weiss | 01/11/2009

Il y a eu, néanmoins un parti politique très stupide qui a eu l'intelligence de voter contre. N'est-ce pas amusant?

Écrit par : Mère | 01/11/2009

Le propre d'un bon professeur -même à l'uni-, Cher Monsieur Weiss, est de remettre sans cesse l'ouvrage sur le métier et de rengainer son sentiment de supériorité. De savoir reconnaître ses erreurs plutôt que de persister dans des solutions boiteuses que lui-même qualifie de "pas idéales".
Enfin, s'il est vrai que ce sont les députés du GC qui "font" la loi, ceci ne les autorise pas pour autant à faire n'importe quoi. Ils devraient plus souvent se souvenir que c'est le peuple qui les a élus, ils n'en sont que les représentants et non des divinités toutes puissantes.

Écrit par : duval | 02/11/2009

C'est Madame Anne Emery Torracinta qui était l'opposante
de la première heure aux baisses d'impôts. Comme Madame
Véronique Pürro, Madame Anne Emery est très démagogue.
Et surtout très généreuse avec l'argent des autres, en
particulier celui des entreprises.

Madame Anne Emery, fille de Monsieur Claude Torracinta,
enseignante d'histoire au Département de l'Instruction
publique, rémunérée en classe 20 de l'Etat (8000.- par
mois), épouse de Monsieur Pascal Emery, Directeur du
Collège et Ecole de commerce Emilie Gourd (près de
14'000.- par mois), avec qui elle habite une villa cos-
sue à la route d'Athenaz à Sézegnin. Dans le genre so-
cialisme parquet et gauche caviar, on avait déjà eu
Madame Marianne Extermann, ex-Directrice générale de
la DGPO, épouse de Monsieur Laurent Extermann, ex-Di-
recteur adjoint au CEPTA, ancien Président socialiste
du Conseil municipal de la Ville de Genève, élu à l'As-
semblée constituante de la République et Canton de Ge-
nève. On a aussi Daniel Pilly, Directeur général de la
DGPO, ex-Président socialiste du Conseil municipal. Com-
me le dit si bien Monsieur Christian Brunier, ex-Prési-
dent du Parti socialiste genevois, Directeur de la comm
au SIG : quand on a un salaire de 240'000.-, l'argent
n'a finalement pas grande importance... Croire que le
Parti socialiste défend la classe ouvrière est un leur-
re. C'est d'abord un parti de hauts fonctionnaires de
l'Etat de Genève, qui défendent leurs privilèges et
leurs salaires. Les enseignants secondaires réclament
d'ores et déjà la classe 22. Et les enseignants pri-
maires qui ont pourtannt bénéficié d'une réévaluation
de leur salaire de deux classes salariales vers le haut
(classe 18 désormais, avant : 16) grâce au Conseiller
d'Etat Charles Beer refusent délibérément le plan d'har-
monisation scolaire romand HARMOS, qui voudrait une ex-
tension de l'horaire scolaire au mercredi matin. Nous
ne parlerons pas du cadeau fait à certains fonction-
naire avec la création de 93 postes de directeurs en
classe 24 de l'Etat. Alors qu'autrefois 25 inspecteurs
rémunérés en classe 18 suffisaient à assurer le fonc-
tionnement administratif de l'Ecole primaire et de l'E-
cole enfantine.

Les études PISA montrent que les élèves genevois sont les
pires cancres de la Suisse romande. Peut-être serait-il
bien aussi d'évaluer les enseignant(e)s genevois(e)s, qui
de toute évidence auraient quelques préceptes à apprendre
de leurs collègues vaudois, valaisans et fribourgeois.

Les socialistes genevois n'ont qu'un objectif : saigner
l'Etat et détruire l'économie genevoise dans le but d'aug-
menter la bureaucratie, comme dans Le meilleur des mondes
d'Aldous Huxley et 1984 de Georges Orwell.

J'espère bien que ni Madame Véronique Pürro ni Madame Anne
Emery Torracinta n'accéderont jamais au Conseil d'Etat. Et
que le prochain Grand Conseil veillera à mettre un terme
au parasitisme engendré par le Parti socialiste genevois.

Écrit par : Alain Fernal | 02/11/2009

Aïe!

Écrit par : Mère | 02/11/2009

Les commentaires sont fermés.