28/11/2009

Où en est-on à Genève ?

Une vision du futur que je vous livre partiellement, l’ensemble de l’article est disponible sur le site suivant :

 

Plongée dans l'école du futur

via O. Leguay's shared items in Google Reader de Sonia Geffrier le 27/11/09


Petite fiction proposée par Natacha Polony, du Figaro :

Les enfants terribles

Le bonheur à l'école, ça existe. Arthur, 15 ans, ne vivra pas les heures d'insupportable ennui qu'ont subies ses parents à écouter vaguement un professeur, assis sur une chaise au fond de la classe. Certes, il ne voit pas bien l'intérêt de ce qu'on lui fait faire, mais il a au moins compris comment avoir de bonnes notes. Et puis, il est payé pour venir en cours : enfin, il voit un sens à l'école. D'ailleurs, sa classe aura droit cette année à un voyage en Espagne. Les élèves de sa classe ont été les plus assidus, avec un taux de présence de 96 %, et leurs résultats sont les meilleurs du lycée. Bon, il a fallu secouer un peu Martin, qui n'était pas motivé, mais tout le monde s'y est mis. Ce matin, Arthur remplit son livret de compétences pour le domaine «autonomie et esprit d'initiative». Il a su mener son projet de groupe sur les langues méditerranéennes, il a eu l'idée d'aller chercher des documents sur Internet et, surtout, d'ajouter un passage sur l'entraide entre les peuples… : il peut cocher tous les items. Et ne parlons pas de ceux qui concernent les langues ! Et comme le livret de compétences valorise les engagements extérieurs, il pourra faire mention de ses cours de batterie et de son groupe de rock. Le matin, il travaille sur ses projets, et l'après-midi, on vérifie les connaissances acquises, on les fixe avec un enseignant. Mais plus de notes surtout : au dernier conseil d'administration, les lycéens ont voté contre ce couperet qui augmente le stress au travail. Et ils sont des travailleurs comme les autres. Arthur a un tuteur et pratique chaque matière dans des groupes de niveaux. Comme les modules sont thématiques, il n'aura peut-être pas traité le même programme que son voisin Yohann. Mais peu importe : il est jugé sur ses capacités méthodologiques, la qualité de ses recherches… Et si les notes ne suivent pas, il pourra toujours attribuer une mauvaise évaluation à l'un des professeurs, puisque les élèves donnent leur avis en fin d'année.

Ce qui existe déjà.

L'organisation en une demi-journée de projets et une demi-journée de vérification des connaissances, ou une demi-journée de cours et une demi-journée d'ateliers, est actuellement expérimentée dans plusieurs lycées en France. La rémunération des élèves assidus est une des dispositions mises en place par le Haut-Commissariat à la jeunesse. Le livret de compétences a été validé par Luc Chatel et Martin Hirsch ; il tient également une place dans la réforme du lycée. L'idée de faire évaluer les professeurs par les élèves est proposée par de nombreux travaux de recherche en sciences de l'éducation. Un site Internet finalement supprimé l'avait mise en place.

18:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/11/2009

Au secours

DSC04279.JPG

 

Une fois n'est pas coutume, je lance un SOS...

Cette marque figure au dos d'une peinture italienne du XVI, une huile sur panneau de bois.

Quelqu'un connaît-il ce signe et peut alors m'en dire plus?

Un gand merci d'avance.

16:53 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

25/11/2009

L’art d’éviter les ennuis, police, école même combat…

Plus explicite, tu peux pas….

 


Dans la même lignée, l’affaire de la fillette de 8 ans tabassée pendant la récréation (page 23, TG du 25 novembre) n’est pas mal non plus !

On y apprend que « le reproche des familles se porte aussi sur le directeur, qu’elles n’estiment pas ASSEZ PRESENT. A chaque fois qu’on essaie d’entrer en contact, on se heurte à un mur » !!!!

Je croyais que l’un des grands avantages de l’introduction de ces directeurs était justement la PROXIMITE.

Là aussi, pourquoi s’attirer des ennuis quand on jouit de ce que j’ai appelé dès le début "des placards dorés" ?

http://www.arle.ch/ecole-primaire/directeurs/61-placards-dores-dip

Et le directeur de répliquer  que pour lui, « il n’y a aucun problème de violence dans son établissement. Pas plus qu’ailleurs, en tout cas ».

Ben voyons….prière de ne pas déranger, j’ai autre chose à faire !

10:34 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

24/11/2009

Le rodéo de Bellevue : la police reconnaît une erreur

Erreur d'appréciation

Par ailleurs, la police reconnaît dans un communiqué diffusé en fin d'après-midi "une erreur d'appréciation sur l'ampleur de l'événement, ce qui a conduit les collaborateurs à mener une investigation classique". Une enquête interne est en cours.

Lire la suite

19:37 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

20/11/2009

Les députés du Grand Conseil sont des marionnettes.

Je ne m’y ferai jamais…

Les élections genevoises sont terminées, les jeux sont faits.

Avec ce nouveau gouvernement, de nouveaux députés, on pourrait espérer une salutaire bouffée d’air frais… un changement radical dans le système de fonctionnement de nos élus.

On pourrait imaginer, rêver que les « anciens » aient enfin compris combien la politique qu’ils pratiquent depuis trop longtemps commence à sérieusement agacer les citoyens.

J’ai des doutes.

Nos frais élus reprendront la classe comme si de rien n’était. Les «jeunots » vont s’adapter au petit jeu que les « anciens » leur dicteront….sous peine de bizutage.

La cours de récréation va reprendre ses droits.

A titre d’exemple, on peut lire dans « Le Genevois » de ce jour, organe de presse du parti radical, sous la plume de Monsieur Hugues Hiltpold :

« Trouver des majorités et des alliances restera indispensable dans un Gand Conseil ou les populistes détiennent 17 fauteuils et par conséquent un pouvoir de nuisance considérable, capable de voter à droite, à gauche ou même ailleurs ».

Un crime de lèse majesté ! Inadmissible !

Soyons clair. Je n’ai rien contre Monsieur Hiltpold lui-même. C’est cette vision de la politique que je ne peux accepter.

Eh oui, je suis peut-être un grand naïf, mais je rêve d’une politique honnête. Celle qui permet à chacun de nos élus de faire son propre choix sur les objets qui lui sont soumis…sans obligation de suivre forcément les mots d’ordre de son parti. Un choix dicté par son jugement personnel.

Ce projet est-il bon ou non ?….quel est MON avis et non celui de Monsieur X ou Madame Y qui a mené par le bout du nez les députés membres de la commission qui en a débattu.

Pourquoi alors ne pas rendre secret chaque vote qui a lieu lors des plénières du Grand Conseil….et éviter ainsi les pressions que les ténors de chaque parti imposent à leurs députés ?

Ainsi, ils cesseront enfin d’être leurs marionnettes.

13:06 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

16/11/2009

Du rôle PRIMORDIAL des conseils d’établissement

Je viens de lire le magazine d’information du DIP « Les clefs de l’école » n°4 (novembre 2009) tiré à 250000 exemplaires. En page 20, un article passionnant m’apprend enfin à quoi servent ces « fameux » conseils d’établissement mis en place à grands frais sous la haute autorité des 93 directeurs qui les président.

Jugez plutôt…

« Dans cette salle de classe de l’Ecole du Lignon, en ce lundi soir de septembre, on n’entend plus que le chuchotements des parents d’élèves et des enseignants… »

C’est que la directrice vient de soumettre au vote des membres du Conseil des sujets de la plus haute importance.

 

-          Faut-il conserver ou enlever -mais en les remplaçant par d’autres jeux- les deux cabanes qui figurent dans le préau ?

Hum ?! Complexe, complexe, cela mérite une sérieuse réflexion.

 

-          Malgré l’ajout de onze poubelles supplémentaires en début d’année, les nombreux déchets débordent toujours des récipients prévus pour les accueillir….

Que fait-on ? Il faut que l’on en débatte en effet.

 

Autres sujets de délibérations :

-          La grippe H1N1. Les parents ont appris quelques règles élémentaires telles « se laver les mains »…voilà qui est nouveau, merci pour ce précieux renseignement.

 

-          La surveillance du préau sera renforcée en ajoutant un enseignants afin d’éviter que...des enfants ne quittent le périmètre de l’école lors de la récréation.

Si si !

 

!!!!!

Vous en conviendrez, tout cela est de la plus haute importance tout de même.

Plus de doute, ces conseils et leur directeur sont d’une nécessité absolue.

Bon bon, soyons honnête. En fin de séance, on a quand même parlé un peu de lecture…présentée comme le remède « miracle » pour lutter contre l’échec scolaire.

 

Heu…et « mes » fameuses mesures d’accompagnement ?

C’est pour plus tard… Comment ? Ouiiii, ah ! D’accord. On patiente encore un peu….OK, pas de problème.

 

 

 

14:05 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

15/11/2009

On n'est pas sorti de l'auberge!

PÉTITION

La méthode qui fâche les enseignants de maths

Alexandre Haederli - le 14 novembre 2009, 20h40
Le Matin Dimanche

Lire la suite

10:23 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

11/11/2009

Rochat/Beer un débat qui s’annonce chaud, si si !

????!!!!

Dans un esprit sûrement très louable, l’Eglise protestante de Genève annonce un débat intitulé « Instruction publique : vers un nouveau pacte éducatif ? »

http://egliseprotestante.blog.tdg.ch/archive/2009/11/11/l-ecole-genevoise-en-question.html

Les organisateurs sont-ils conscients de l’énormité de la chose ?

Ce soi-disant débat s’annoncerait « chaud » à leurs dires.

En ce qui concerne l’école, on connaît bien les vues de Charles Beer, mais qui peut se vanter de connaître celles de Mme Rochat sur cette question ?

Pourtant, elle est bien candidate au Conseil d’Etat sous la bannière du parti libéral !

Au vu des positions que ce parti a adoptées ces derniers temps- via Monsieur Weiss- il y a fort à parier que ce débat tournera court et qu’il se résumera à une simple autosatisfaction ainsi qu’à de mutuelles congratulations.

Dorénavant, au prétexte d'une apparente paix scolaire, tout est consensus, compromis...même s'il s'agit, au GC, de voter des mauvais projets....comme celui de la formation des enseignants!

Rendez-vous est pris….soyez nombreux demain à 12h30 au temple de la Fusterie.

Et n’oubliez pas de prendre votre petit casse-croûte.

14:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/11/2009

Véronique Pürro, enfant gâtée

Les 100 députés qui formeront le nouveau visage du Grand Conseil ont prêté serment hier.

Madame Pürro, candidate au Conseil d’Etat, élue récemment au Grand Conseil, n’a pas voulu se joindre à eux… !?

Bizarre autant qu’étrange.

Ainsi, au cas où, le 15 novembre, elle n’est pas élue comme ministre, elle disparaîtra tout simplement de la scène politique.

Pourquoi donc cette décision de sa part ?

Mais…c’est…bien sûr…. !

Serait-elle orgueilleuse à ce point? « Grrrrr…Je veux ce poste et aucun autre ! »

Telle la fillette qui réclame en hurlant la poupée qu’elle estime être son dû.

« C’est le Conseil d’Etat que je veux….ou rien ! Na ! »

Voilà une attitude bien étrange pour quelqu’un qui prétend vouloir œuvrer pour Genève.

Pour ma part, je lui souhaite donc une bonne retraite politique.

15:57 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

03/11/2009

Mais comment donc voulez-vous choisir vos candidats au Conseil d’Etat ?

Avez-vous suivi le « débat » proposé hier soir par la TSR ?

Une vraie brochette de cocottes minute !

Une chose est sûre, à gauche comme à droite on est cette fois « uni » pour lutter contre le MCG.

Comme ces messieurs dames doivent en avoir peur ! Une possible élection de l’un des deux candidats MCG !

Et Stauffer de s’en régaler dès le début de l’émission…plus besoin d’argumenter !

Ils en deviennent tous pathétiques, tous prêts à exploser :

-          Longchamp retenant ses hoquets pour ne pas laisser le couvercle de sa cocotte partir en éclat

-          Unger qui sort de ses gongs et pète un plomb

Et Stauffer de s’en régaler encore….

-          Beer qui veut donner l’apparence de rester calme et se perd dans des formules toutes faites qui échappent à la plupart des téléspectateurs

-          Künzler qui opte pour le ricanement mais ne parvient pas à tenir un discours clair

-          Pürro, le sourire jaune, qui, elle aussi, se perd dans des formules dégoulinantes en cherchant niaisement de l’aide dans le regard de ses colistiers

Et Stauffer de s’en régaler encore…

-          Rochat, incapable de formuler clairement une pensée…plutôt attentive à son look et à remettre son col en place

-          Müller qui botte en touche en rejetant la faute sur les « bloqueurs » de projets

Et Stauffer de s’en régaler encore et encore

-          Hiler réussit son examen comme d’habitude et parvient à utiliser la soupape de sécurité de sa cocotte.

-          Niedegger, isolé, qui tente de sortir son épingle du jeu en s’extirpant de cette bizarre « union » gauche/droite

-          Poggia qui parvient pas trop mal à soigner son « acné »

Et Stauffer qui continue à se régaler devant le tapis rouge que la gauche et la droite lui déroule.

Petite cerise sur le gâteau en fin d’émission….l’aparté entre Pürro qui se penche vers Beer, celui-ci posant son bras sur l’épaule de Madame

-          Ouf…ça a été, comment tu m’as trouvée ?

-          Ne t’en fais pas, bien, bien…

L’essentiel, c’est d’y croire !

12:51 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

02/11/2009

Les énormités dont est capable un député ou vive la politique

Suite aux billets parus dans nos blogs respectifs, je vous livre encore quelques florilèges tirés des commentaires dont Monsieur Pierre Weiss a bien voulu se fendre.

Je laisse le lecteur juger des incohérences du député.

« Le texte de loi voté par la commission de l'enseignement supérieur est on ne peut plus clair. »

« L'important, c'est que la formation des enseignants primaires en 3 ans puisse coexister avec une formation en 4 ans qui peut être raccourcie à 3 ans. Compliqué, j'avoue, mais on peut supposer que les futurs étudiants seront en mesure de saisir les opportunités de ce nouveau système. »

« Il y aura donc des Genevois qui iront à Lausanne ou St-Maurice pour faire leurs études en 3 ans, comme des Valaisans ou des Vaudois qui voudront suivre leur formation à Genève en 4 ans »

« les Genevois pourraient ne pas être très nombreux à choisir de se former hors du canton pour de nombreuses raisons. Moindre coût (malgré une année d'étude supplémentaire), moindre effort (de ne pas se déplace), prestige de l'université par rapport au prestige de la HEP, etc. »

« Ce qui est sûr, sur un strict plan financier, c'est que l'Etat est gagnant à ne pas ouvrir de HEP. »

« Non, cher Monsieur, ce n'eût pas été trop simple. C'eût été plus coûteux. »

« La solution proposée n'est certainement pas idéale. C'est la seule qui a trouvé une majorité. »

 

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/10/31/charles-beer-reussit-son-coup-les-deputes-bernes.html

 

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/11/01/enoooorme-auto-goal-de-pierre-weiss.html

 

http://pierreweiss.blog.tdg.ch/archive/2009/11/01/formation-des-enseignants-3-ans-ou-4-ans-3-ans-et-4-ans.html

16:05 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

01/11/2009

Enôôôôrme auto-goal de Pierre Weiss

Ainsi donc le scandale est confirmé par Monsieur Weiss lui-même.

Selon ses propres propos, le texte de loi sur la formation des enseignants est « on ne peut plus clair »

Lisez donc le commentaire que M. Weiss-membre de la commission de l’enseignement et responsable de ce projet- a bien voulu laisser à la suite de mon billet précédent :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/10/31/charles-beer-reussit-son-coup-les-deputes-bernes.html

« …Les porteurs d'un bachelor d'une hep suisse pourront être nommés sans le moindre certificat complémentaire qui sera exigé en revanche des étudiants suivant leurs études à Genève, une fois leur BA terminé. Il y aura donc des Genevois qui iront à Lausanne ou St-Maurice pour faire leurs études en 3 ans, comme des Valaisans ou des Vaudois qui voudront suivre leur formation à Genève en 4 ans. Le futur nous montrera quelle tendance l'emportera. J'ai d'ailleurs personnellement souligné cette possibilité/ce danger/cette chance en commission ».

OK !!! On prend acte.

Les étudiants genevois qui suivront leur formation à Genève (IUFE) se verront donc injustement prétérités.

Edifiant ! Non seulement le gouvernement genevois s’apprête à voter une loi inique mais, en plus, il se permet de postuler sur un danger ou une chance…seul l’avenir dira si le choix était fondé! Le tout sur le dos des étudiants genevois, merci pour eux !

Monstrueuse loterie !

J’en appelle au bon sens de TOUS les députés du Gand Conseil  (s'ils en ont encore) qui seront chargés de voter ce projet de loi avant la fin de l’année...qu’ils pèsent bien toutes les implications que leur décision impliquera.

Ont-ils le droit de prétériter ainsi les étudiants genevois sans aucune raison valable ?

 

20:09 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook