21/12/2009

Anne ma sœur Anne…ne vois-tu rien venir ?

On attend toujours que nos braves directeurs d’établissement veuillent bien nous livrer leur emploi du temps journalier. Ceux-ci seraient-ils des lâches, des poltrons ou sont-ils tout simplement incapables de le faire ?

On n’y changera rien. Il faut se rendre à l’évidence, jamais ils ne s’exécuteront. Ils savent pertinemment que ce serait un suicide de leur part.

Un silence qui ressemble fort à un aveu.

Alors peut-être qu’au niveau de la Direction Générale on pourrait espérer une réponse ?

Allo, allo ! Personne !

En attendant, je ne résiste pas à vous livrer quelques points qui figurent dans le cahier des charges des directeurs d’établissement.

Outre que dans le genre pédant  et redondant il est difficile de faire mieux, une fois décrypté, le message est…comment dire…intéressant.

Voici donc :

« Dans le cadre du projet d’établissement, le directeur organise les délégations, répartit les responsabilités et régule le travail de ses collaborateurs ».

En fait…en plus clair, il délègue les différentes tâches aux enseignants pour ensuite se la couler douce !

« Il développe des outils de pilotage et de gestion de la qualité de l’établissement ».

Heu…traduction ?

« Il assure le suivi et la qualité de la formation, de l’évaluation et de l’orientation des élèves ».

Moi qui croyais que c’était là le boulot des enseignants….mais, alors, que font-ils, eux ?

« Il intègre les résultats des évaluations internes et externes dans la gestion de l’école ».

Heu…???

« Il est responsable de la promotion de l’innovation ».

Heu…???

« Il développe une stratégie de communication avec l’ensemble des partenaires de son école ».

Mazette ! Il est vrai que ça doit bien remplir sa journée.

Bref…blablabla….je vous fais grâce des autres points de ce cahier des charges.

14:54 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

18/12/2009

La dérobade de Monsieur le directeur

A la suite de ma dernière note « une journée avec un directeur d’établissement scolaire »

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/12/06/une...

un directeur, lâchement anonyme, a jugé utile de m’adresser un commentaire qui mérite qu’on s’y attarde.

De manière tout à fait « compréhensible », celui-ci me reproche de « n'être capable que de rabâcher des propos proches de la calomnie, des approximations, des contre-vérités ».

Soit….mais….  c’est un peu court, Monsieur le directeur ! Vous auriez pu dire…bien des choses en somme…. Par exemple :

???? Heu….

Dans le commentaire que je lui adresse en réponse, je lui demande de bien vouloir développer, m’apporter la preuve que je me trompe.

Je le mets donc au défi de me décrire, en détail, son emploi du temps journalier. Chacun aurait alors pu se rendre compte de l’importance de sa tache et de ma lamentable erreur.

Eh bien non ! Rien, silence radio.

Monsieur le directeur est-il dans l’incapacité de le faire ? N’en a-t-il pas le courage ?

Est-ce là une confirmation des propos que je tiens au sujet du travail de directeur d’établissement ?

Un silence révélateur qui a valeur d’aveu.

P.S. A noter, par contre, l’excellent commentaire de « enseignante ».

09:43 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

06/12/2009

Une journée avec un directeur d’établissement scolaire

OK, je me risque à vous décrire la journée « type » d’un directeur d’établissement. Un peu caricatural me direz-vous….pas si sûr !

-          7h.

Réveil et toilette

-          7h30

Petit déjeuner, éventuellement en famille

-          8h

Penser à téléphoner dans les écoles dont j’ai la responsabilité pour m’excuser de mon absence due aux embouteillages. Eventuellement aviser les enseignants de tel bâtiment que je serai ce matin justement dans l’autre bâtiment que le leur...

-          8h30

Dans mon bureau (que j’ai fait confortablement aménager par la commune), lecture de la Tribune de Genève.

-          9h

Régler les affaires courantes du genre courrier dont il faut extraire les publicités (petit regard sur celles-ci quand même…au cas où une « action » sympa aurait lieu au centre commercial et vite y faire un saut).

Lecture des mails envoyés par la direction…rien de spécial aujourd’hui, comme d’habitude quoi.

-          9h40

Récréation. Café/biscuits avec les enseignants, petits messages à faire passer, petits encouragements à leur prodiguer (« il est sympa notre dirlo, il nous ménage et surtout….il nous fout la paix » !).

-          10h

Retour de récréation des élèves….paraître, faire preuve de proximité et d’autorité (ne pas oublier de se montrer un brin paternaliste envers les élèves), déambuler dans les couloirs et attendre que les élèves soient tous à nouveau dans leur classe respective.

-          10h30

Tuer le temps (solitaire sur l’ordinateur, surf sur internet) peut-être une ou deux directives à rédiger. Téléphoner au fisc pour demander des explications sur le montant exorbitant de mes impôts moyennant mon salaire de 156 000 frs/année.

-          11h30

Faire preuve de ma présence, à nouveau, pour la sortie des élèves. Très important moment, à ne pas négliger, de nombreux parents sont là à attendre leur enfant.

Pause repas. Rendez-vous avec un collègue dirlo dans un resto sympa, le plus éloigné possible de mon lieu de « travail ».

-          13h30

Rentrée des classes, même tactique que ce matin…je n’en suis qu’au café et nous avons, mon collègue et moi, plein de choses à nous raconter, sans compter que nous devons parler de la croisière que nous projetons de faire lors des prochaines vacances que nous passons ensemble en famille.

-          14h

J’apprends qu’une enseignante a eu des problèmes avec un élève turbulent…enfin ! Faire preuve d’autorité : je m’en occupe ! Je le prends dans mon bureau pour le « sermonner » lui expliquer que ce ne sont pas des façons d’agir. Ensuite, je l’occupe à faire du dessin jusqu’à la récréation (véridique !).

-          15h

Récréation, même programme que ce matin…

-          15h15

Rentrée, faire preuve de….

Puis à choix selon les jours

-Lecture du dossier d’un élève à problème

-Préparation d’une entrevue éventuelle avec des parents

-Préparation d’un conseil d’établissement (établir un ordre du jour qui ne paraisse pas trop inutile)

-Préparation d’une séance de « travail » avec les enseignants (établir un ordre du jour qui ne paraisse pas trop inutile)

-Heu….rien à faire alors surfer sur internet

-          16h

Ouf ça sonne…Sortie des élèves, faire preuve de…. Ah oui….important puisque les parents sont de nouveau là !

Puis, attendre éventuellement l’heure du rendez-vous avec des parents d’élèves (ça peut arriver).

En fonction….

-          17h (au plus tard….après il y a trop de trafic pour rentrer chez moi)

Pffff journée terminée. Adopter une mine exténuée en prenant congé des enseignants qui, chacun dans leur salle de classe, rédigent un des nombreux rapports que la hiérarchie leur impose et qui doivent encore corriger les copies de leurs élèves.

Demain sera peut-être un autre jour…

12:09 | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook

04/12/2009

Si le Grand Maître le dit !

Me voilà obligé d’y revenir !

Ainsi donc, la Tribune de Genève nous apprend aujourd’hui que Monsieur Beer, ministre en charge du DIP, est « très satisfait » des directeurs.

Tous les feux sont au rouge… on a beau le lui dire et redire

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/12/03/on-vit-une-epoque-formidable.html

 

…pourtant il persiste et signe.

Normal, me direz-vous. Avez-vous déjà vu un politicien reconnaître des erreurs…surtout lorsque ce sont les siennes ? Est-ce si difficile d’admettre que l’on s’est fourvoyé !

Les travaux sur cette nouvelle organisation sont lancés depuis 2005, soit depuis 4 ans, mais nous n’en sommes, selon ses dires, encore qu’aux balbutiements du processus. Celui-ci est « évolutif », on va donc de l’avant et « nous nous donnons plusieurs années ». Pas de problème, moyennant quelques petits « correctifs », tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Il faudra donc encore bien du temps (à 14 millions 200 mille francs par année, rappelons-le) pour que nos directeurs parviennent à, je cite Monsieur Beer,« mieux mettre en évidence les mesures d’accompagnement » par exemple !

Je vous le disais, ce sera pour nos petits-enfants.

Quant à ce qui a déjà été accompli, Monsieur Beer ose avancer deux « événements majeurs » :

1. La mise en place des conseils d’établissement…cocasse quand on sait à quoi ils servent (http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/11/16/du-role-primordial-des-conseils-d-etablissement.html)

2. L’élaboration des projets d’établissementtout aussi cocasse, alors que ceux-ci existent depuis belle lurette, bien avant la mise en place de ce nouveau fonctionnement.

Bref, nos directeurs peuvent dormir tranquilles, ils ont la bénédiction du Grand Maître de l’ordre du DIP et ainsi, grassement payés,  encore de beaux jours devant eux.

15:25 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

03/12/2009

On vit une époque formidable

Si l’on en croit l’article de la Tribune de Genève du jour, les directeurs divisent toujours l’école primaire.

Alors que ce nouveau système devait offrir plus d’autonomie et de réactivité aux établissements scolaires, on apprend que les ratés sont nombreux :

-          Multiplication de « chefaillons »

-          Une bureaucratie insensée qui épuise le corps enseignant

-          Un bon tiers des directeurs incompétents

-          Inutilité de la fonction

-          Etc.

Pour notre ministre, Charles Beer, il ne s’agit que de « problèmes ponctuels ». Tout va bien, il n’y a pas lieu de s’affoler car nous n’en sommes qu’aux « balbutiements » du processus de changement….des balbutiements à plus de 14.500.000 francs par année tout de même (93 directeurs à 13000 frs par mois).

Il est par ailleurs intéressant de noter que la plupart des intéressés, des cadres supérieurs, acceptent de s’exprimer à condition de le faire sous le couvert de l’anonymat ! Bonjour la transparence au DIP.

Il est vrai que ces gens ne sont pas fous.

Preuve en est l’interview de Madame Françoise Hirsig, directrice de l’établissement de Trembley, qui n‘hésite pas à déclarer que « pour rien au monde elle ne reviendrait en arrière »….pensez donc, elle avoue gérer 3 fois moins de travail que lorsqu’elle était inspectrice…elle ne va tout de même pas scier la branche sur laquelle elle est confortablement assise !

http://www.arle.ch/ecole-primaire/directeurs/61-placards-dores-dip

Et d’ajouter qu’en effet les directeurs ont une « faible marge de manœuvre », qu’ils « n’ont pas grand chose à dire quant au renouvellement de leur équipe », qu’ils « devraient avoir le droit d’être plus imaginatifs dans l’organisation »….

Bien entendu, en bonne petite soldate de sa hiérarchie, elle s’empresse de conclure que ce ne sont là que des « défauts de jeunesse ».

Le meilleur est à venir : « les directeurs vont à présent devoir devenir créatifs pour coller à la réalité du terrain » !!!

Mais qu’ont-ils fait jusqu’à maintenant, depuis 15 mois ?

Cerise sur le gâteau, la conclusion « assassine » de l’article de la TG : on y apprend

qu’il est temps pour ces directeurs de « s’investir dans le pédagogique en se préoccupant des projets pour les élèves en difficulté scolaire, c’est à ce prix que leur activité va véritablement prendre sens »….

Enfin ?! On est heureux de l’apprendre.

Il suffit d’être patient…ce sera pour nos petits-enfants.

Pour mémoire :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/11/16/du-role-primordial-des-conseils-d-etablissement.html

12:59 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

02/12/2009

Le conseil municipal à la manif !

Le droit de manifester en tant que citoyen est un fait, mais les élus auraient-ils oublié que lorsqu’ils siègent en plénière, ils sont AVANT tout les « employés » du peuple ?

 Pourtant, sur proposition du Maire de Genève, Monsieur Rémy Pagani, le conseil municipal de la ville de Genève a voté par 39 voix contre 30 la suspension de la séance de hier pour se rendre à la manifestation prévue devant la cathédrale…

Une interruption de séance pour un tel motif ne peut se justifier!

Bel exemple du respect de la démocratie de la part de nos élus...et ceci que l'on soit dans le camps des perdants ou des gagnants.

P.S. Curieusement, pas un mot de cette affaire dans la Tribune de Genève aujourd'hui.

14:01 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Les étudiants genevois sont-ils plus bêtes que les autres ?

Intégralité du texte paru ce jour dans la TG, sous la plume de Monsieur Marc Fischer.

Lire la suite

10:28 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Le conseil municipal à la manif !

Le droit de manifester en tant que citoyen est un fait, mais les élus auraient-ils oublié que lorsqu’ils siègent en plénière, ils sont AVANT tout les « employés » du peuple ?

 Pourtant, sur proposition du Maire de Genève, Monsieur Rémy Pagani, le conseil municipal de la ville de Genève a voté par 39 voix contre 30 la suspension de la séance de hier pour se rendre à la manifestation prévue devant la cathédrale…

Une interruption de séance pour un tel motif ne peut se justifier!

Bel exemple du respect de la démocratie de la part de nos élus...et ceci que l'on soit dans le camps des perdants ou des gagnants.

P.S. Curieusement, pas un mot de cette affaire dans la Tribune de Genève aujourd'hui.

10:17 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/12/2009

Le conseil municipal à la manif !

Ainsi donc, sur proposition du Maire de Genève, Monsieur Rémy Pagani, le conseil municipal de la ville de Genève vient de voter par 39 voix contre 30 la suspension de la séance d’aujourd’hui pour se rendre à la manifestation prévue devant la cathédrale…

Bel exemple du respect de la démocratie de la part de nos élus...et ceci que l'on soit dans le camps des perdants ou des gagnants.

18:28 | Lien permanent | Commentaires (36) | |  Facebook