05/02/2010

Témoignage d’un homme de terrain.

Permettez-moi de vous faire part de ce qui se passe dans mon école.

 

Celle qu'on appelait auparavant la GNT (maintenant ECSP, Enseignant Chargé du Soutien Pédagogique) travaille dans mon établissement  à mi-temps, soit 2 jours par semaine. Elle a essayé de proposer quelque chose :

 

Durant le 1er trimestre seuls les élèves de division moyenne (7 classes) ayant été promus avec mesures d'accompagnement ont pu bénéficier de son aide. Evidemment, vu les 14 périodes hebdomadaires disponibles pour 7 classes, il n'a pas été possible, malgré toute la bonne volonté de cette enseignante de faire un travail en profondeur.

 

Les élèves de division élémentaire n'ont bénéficié d’aucune mesure d’accompagnement durant ce trimestre. Ainsi, ceux qui, en 2 P voire en 1 P, ne décrochaient pas en lecture n'ont pas reçu d'aide extérieure avec les conséquences qu'on devine. Il en a été de même pour les élèves allophones qui n'avaient plus droit à la classe d'accueil.

 

Pour pallier à ce manque de moyens, il a fallu que je me débrouille dans ma classe :

 

J'ai regroupé les 7 élèves concernés et les ai incorporés dans un demi-groupe de classe ( 11 élèves) en profitant des périodes vouées aux travaux manuels (2 périodes tous les 15 jours) et à la gym (1 période tous les 15 jours). Je dispose dans ma classe de 12 ordinateurs anciens que j'ai récupérés auprès de parents qui souhaitaient s'en débarrasser. Chacun a donc travaillé en fonction de ses difficultés sur des exercices adéquats. L'ordinateur enregistrant les résultats, j'ai pu vérifier la progression de chacun.

 

A la fin du 1er trimestre, ces mesures d'accompagnement ont encore diminué pour les élèves de division moyenne puisque, durant le reste de l’année, l’ECSP se chargera des deux divisions en même temps, soit un mi-temps pour environ 350 élèves.

 

En conclusion nous avons bricolé avec le peu dont nous disposions (et ce sera pire pour le reste de l'année), grâce à la bonne volonté du prof de gym qui a accepté de travailler avec 2 demi-classes provenant de 2 classes différentes permettant au titulaire de rester dans sa classe avec un demi-groupe. Sur le papier, cela peut paraître intéressant -et c'est ce qui compte pour la direction ! - mais dans la réalité les élèves concernés sont loin d'avoir refait leur retard.

 

 Un enseignant dans une école en ville de Genève

10:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.