08/02/2010

Question pertinente

Dans son billet du jour paru dans la TdG ainsi que sur son blog, Pascal Décaillet pose une question fort pertinente : « Qu’est-ce qu’un bon prof »?

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2010/02/08/la-cause-de-tous.html

Il est indéniable que la réponse tient non seulement en grande partie à la personnalité de l’enseignant mais aussi à sa formation. D’où l’importance de cette étape.

Il se trouve que cette formation est, elle-même, étroitement liée à ceux qui la dispensent.

Or, voyez-vous, j’ai de sérieux doutes quant à la crédibilité de certaines personnes qui sont en charge actuellement dans ce qui est dorénavant appelé l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants (IUFE).

En effet, comment voulez-vous que les futurs enseignants ressortent grandis, responsables et aptes à assumer les charges qui leur seront confiées alors qu’ils sont confrontés à des formateurs sans scrupule.

Ainsi, il en est un qui se permet, sous le couvert de son pseudo, de poster sur les blogs, des commentaires orduriers, empreints de malhonnêteté, de mensonges et de calomnies ?

Pourtant supposé être un « expert » sur le sujet de l’enseignement, aurait-il honte d’en débattre au grand jour ?

Sont-ils tous de la même veine ? On peut craindre qu’il en va ainsi pour une bonne partie d’entre eux puisque eux-mêmes ont été formatés à l’idéologie prônée depuis trop longtemps au sein de cette faculté.

Dès lors, croyez-vous sincèrement qu’avec une telle mentalité, ce genre de personnage est capable de former de futurs « bons profs » ?

16:02 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Commentaire censuré en raison de son caractère diffamatoire....et conformément à ma note précédente "Les lâches de la blogosphère"
Duval

Écrit par : briand | 08/02/2010

Le commentaire que vous censurez n’a strictement rien de diffamatoire de plus j’utilise mon vrai nom, dois-je me munir de pincettes, de préservatif, si je souhaite réagir aux écrits de votre ami Decaillet dont je cite la phrase sublime l’apparatchik, on l’ oublie « on le renvoie à ses plaisirs solitaires «A l’ onanisme blanchâtre « sic » de ses structures. » Mon commentaire était évidemment également censuré dans son blog.
Ce style poussiéreux fleur bon la revue « je suis partout » d’où mes craintes du retour à une école vichyste avec vos mentors politiques au parlement notamment.
Vais-je passer la CENSUR cette fois ?

Écrit par : briand | 08/02/2010

Monsieur Briand, puisque c'est votre vrai nom.
Oui, cette fois vous passez la censure.
Je ne vois, par ailleurs, nulle part dans votre commentaire précédent, une quelconque citation de M. Décaillet. Par contre, je l'estime diffamatoire envers d'autre personne.
Je veux bien comprendre votre "colère" mais vous prie de bien vouloir alors l'argumenter.

Écrit par : duval | 08/02/2010

Moi, français, je trouve très amusant que vous autres, Suisses, puissiez faire état d'un éventuel "retour à une école vichyste"...

Au-delà de l'absurdité des mots en question (que peut bien être une école vichyste?), cela ressemble fort à un point Godwin, mais de plus ubuesque passé la frontière française.

Bon, vous aussi vous avez des problèmes avec vos IUF*? Ici, en France, il est de bon ton de les défendre actuellement, alors que tout le monde sait leur parfaite incompétence. Rigolo de retrouver ça chez vous.

Écrit par : Pascal Oudot | 08/02/2010

EH oui, les genevois ont une fâcheuse tendance de copier tout ce qui ne va pas en France, avec un peu de retard. Vous devriez voir nos pauvres étudiants qui s'embêtent à l'IUFE de GEnève, tellement ils n'apprennent rien et ne font que pondre des papiers inutiles à longueur de journée. Je les vois bien tous ces jeunes avec parfois des doctorats en poche, qui doivent recevoir un enseignement qui n'est pas digne d'une université à la salle des maîtres, par dizaines. Je n'ai pas entendu UN SEUL qui soit content ! Mais évidemment ils n'osent pas trop le dire ouvertement, car sinon ils seront fichés et n'auront pas leur certificat. VOilà où nous en sommes à Genève.... belle perspective pour ce canton, non ?

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 08/02/2010

je viens du Maroc et nous étions presque 40 élèves dans une classe. Pourtant, même avec ce nombre, je n'ai eu presque que de bons profs.

Ils n'avaient qu'un salaire de misère, mais ils se tuaient dans leurs tâches. Ils faisaient tout leur possible afin de remplir leur devoir.

J'étais sidérée par contre quand j'entendais les profs; genevois; de mon fils se plaindre de manque d'effectifs. Ils n'avaient à peine qu'une vingtaine d'élèves. je ne veux même pas parler des punitions pour un oui ou un non.

J'ai été déçue par l'enseignement publique genevois. Je suis désolée de le dire, mais je suis devenue allergique aux fonctionnaires.

J'en suis sûre et certaines qu'ils existent de bons professeurs, malheureusement je n'en ai pas rencontré bon nombre.

Monsieur Duval je vous admire pour votre persévérance. Je ne réponds pas à vos billets, mais je les lis souvent.

Écrit par : La Franchise | 08/02/2010

Monsieur Oudot ,Dans mon commentaire je m’en prends à un article de Monsieur Decaillet qui compare certains enseignants à des apparatchiks pratiquant l’onanisme.
Alors à moi le point Godwin et à lui le point G ?
Je pense que le débat sur l’école mérite mieux que ces billets fielleux.

Écrit par : briand | 09/02/2010

Vous vous trompez Monsieur Briand. Monsieur Décaillet ne s'en prend qu'à une seule personne, celle à qui la question a été posée lors de ce débat, le conférencier invité par le DIP....qui n'était pas un prof mais un de ces théoriciens d'une certaine pédagogie.
Relisez donc attentivement le billet en question.

Écrit par : duval | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.