12/02/2010

La matu à 18 ans ? Quelle question !

Invité ce matin sur les ondes de Radio Cité, j’ai eu l’occasion d’entendre le débat engagé sur la question de la maturité à 18 ans….débat qui se prolongera ce soir au Grand Conseil.

Encore une fois, me voilà perplexe. J’ai de la peine à concevoir qu’on puisse se pencher sur cette question.

Le député libéral, invité par Monsieur Décaillet, tient un raisonnement qui me semble bien étrange. Pour lui, seul compte « le temps » ainsi que le coût de la formation : il faut que l’étudiant soit au plus vite « productif » et le plus rapidement sur « le marché du travail ».

La rentabilité au moindre coût

Récemment, une grosse firme de construction de voitures japonaises a suivi la même logique. Produire massivement et au plus vite des automobiles, rentabiliser un maximum les chaînes de production, inonder le marché…au détriment de la qualité ! On connaît le résultat…une belle « cacade » avec des pédales d’accélérateur qui se bloquent…quelle ironie !

Une matu à 18, 19 ou 20ans, peu importe. A mon sens, la priorité est ailleurs…c’est la qualité de la formation et ce que « vaut » cette maturité qui a du sens.

Il ne sert à rien de se poser la question du « quand ? » avant celle du « quoi ? ».

Question inutile tant que nos dirigeants n’auront pas compris que pour obtenir une formation post-obligatoire de qualité, il faut se saisir du problème à la base, dès les premières années de la scolarité.

C’est en amont qu’il faut tout mettre en œuvre pour que les jeunes puissent suivre des études qui les amèneront jusqu’à une maturité éventuelle.

Un prix à payer !

 

13:36 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Dans la plupart des cantons, la maturité est déjà à 18 ans ! Sont-ils plus idiots pour autant ? C'est vrai qu'à Lausanne ou les étudiants qui passent la maturité fédérale sont plus idiots que les Genevois !

Écrit par : Café | 12/02/2010

Dommage que vous n'ayez pas entendu tout ce que j'ai dit ce matin. Vous auriez peut-être apprécié que je demande plus d'école et une meilleure école obligatoire. Pour porter le nombre d'heures d'enseignement au niveau valaisan, par exemple. Un canton où les enseignants primaires se forment aussi plus vite et où ils ne sont pas moins bons, au vu des résultats.

Écrit par : Pierre Weiss | 12/02/2010

Cher Monsieur,
Il ne suffit pas de demander…il faut du concret. Le problème ne se résume pas simplement à un nombre d’heures. Dès lors, pourriez-vous me dire pourquoi les mesures d’appui prévues pour le Cycle d’Orientation ne sont pas appliquées au primaire (voir mon billet précédent) ? Ne serait-ce pas la logique même ?
Quant à votre allusion à la formation des enseignants, permettez-moi de sourire…La matu à 18 ans parce que c’est ainsi dans tous les autres cantons, argument qui vous arrange dans le cas qui nous occupe, mais argument que vous réfutez au sujet de l’IUFE genevois en 4 ans plutôt que les HEP romandes en 3 ans.

Écrit par : duval | 12/02/2010

@Café
Je dis simplement que peu importe l’âge auquel on passe sa matu. Ce qui est important c’est la qualité de celle-ci. Tant que nous n’aurons pas résolu le problème de l’échec scolaire dans les premières années de scolarité, il ne sert à rien de se poser cette question. Je rappelle que près d'un tiers des élèves du primaire sont en situation d’échec ! Alors….on laisse un petit nombre d’entre eux passer la matu le plus tôt possible ou on tente d’en amener le plus grand nombre possible jusque là ?
Ou encore…on baisse le niveau à atteindre pour garder un bon pourcentage ce qui fait politiquement correct ?

Écrit par : duval | 12/02/2010

Monsieur Duval,

C'est dommage que je tombe très tard sur une personne comme vous. J'aurais souhaitée bénéficier de vos conseils plus tôt.

Vous avez plus que raison de soulever le point de la maturité car en effet, j'avais constaté qu'en général, les enseingants n'encourageait pas les élèves vers les études mais au contraire, les pousser vers les apprentissages.

Je ne dénigre pas l'apprentissage, loin de moi, mais j'aurais préférée qu'ils voient le potentiel de l'élève et ne pas le décourager.
Il faut effectivement revendiquer une formation de qualité supérieure.

Espérant que les dirigeants vous entendent

Écrit par : La Franchise | 12/02/2010

Les députés du GC ont refusé ce soir l'entrée en matière du projet de loi sur la matu à 18 ans par 63 voix contre 26.

Écrit par : Joe | 12/02/2010

Les commentaires sont fermés.