13/02/2010

Les pestiférés du Grand Conseil

Le député Deneys (PS) a jeté son pavé dans la marre, aussitôt repris par le parti libéral.

Interdire l’éligibilité au GC non seulement aux policiers mais aussi à tous les fonctionnaires.

Pinaillage, ergotage ou pire…basse magouille politicienne qui risque fort de se retourner contre leurs auteurs et profiter encore à ceux qu’ils visent précisément…voilà qui est malin !

Le peuple a beau avoir voté le contraire en 1998, peu importe. Monsieur Jornot (Lib) va jusqu’à prétendre, sur le plateau de Léman Bleu, que cet « essai » (sic) a permis de soi-disant prouver que « ça ne marche pas comme ça » ! Une opinion comme une autre...

La mienne est différente.

Pour deux raisons qui me paraissent essentielles.

-          Les fonctionnaires sont des citoyens comme les autres, à part entière. Ils payent leurs impôts comme tout un chacun. Il n’y a pas de raison de les museler et d’en faire l’objet d’une discrimination inadmissible.

Contrairement à ce qui est avancé par certains, un policier, un enseignant, un fonctionnaire a le droit d’avoir son avis sur un sujet qui touche à sa profession. Bien placé, il est même primordial qu’il puisse émettre des critiques positives comme négatives.

 

-          Tout aussi important, ces fonctionnaires ont été élus par les citoyens ! Ceux-ci votent pour telle ou telle personne en parfaite connaissance de cause. S’il me plaît d’élire un policier ou un enseignant, je sais pourquoi je le fais et je ne vois pas au nom de quoi on me l’interdirait.

C’est ce qu’on appelle la démocratie.

Mais voilà, il est tellement plus simple de s’entendre entre gens de mêmes lobbies, de mêmes castes. Supprimons donc les gêneurs et instaurons notre petite monarchie à nous.

Profondément attachés à notre démocratie qu’ils disaient ?

12:21 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook

Commentaires

Je partage votre point de vue!
De plus, l'attitude de nos politiciens de perdre leur temps dans des débats déjà débatus et leur vision du fonctionnaire bon toutou de leur décision me donne grandement envie de voter pour un type comme Stauffer!

Écrit par : Riro | 13/02/2010

Commentaire censuré en raison de son caractère diffamatoire.

Écrit par : Géo | 13/02/2010

bonsoir M. Duval...je suis navré de constater que vous mélangez tout....
qui parle de "s'entendre entre amis de même castes..."... ??'

Moi je constate qu'il est demandé aux policiers comme aux autres fonctionnaires de faire un choix !!!! soit tu fais de la politique...soit tu restes fonctionnaire !!! mais il y en raz le bol de cumulards qui grattent à tous les rateliers, qui mélangent allègrement les satuts et les fonctions, qui pataugent dans les conflits d'intérêts flagrants et qui noyautent notre démocratie en faisant du lobbying politique à tous les étages...on les trouvent dans les institutions d'Etat (profs, flics...) et on les retrouvent encore au Grand Conseil... qui sait bientôt au CE !!
Non vraiment, il faut obliger à la séparation des pouvoirs et des fonctions..pour que notre démocratie soit véritablement participative..sinon, on tombe dans un théatre de fantoches où les copains en bleus ne sont jamais bien loin des archanges du pouvoir !!!

Mais dans notre république bananière...il est "normal" que même vous preniez défense pour vos ouailles enseignants....ils représentent votre première garde...n'est-ce-pas ?? lol......;o)

ps....par pitié, ne me corriger pas sur l'orthographe ...cher professeur Duval !! .........

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

@ MUR

Et c'est moi qui mélange tout! Relisez-vous!
De quel choix parlez-vous? Faire de la politique ou être fonctionnaire... Comme si c'était quelque chose d'incompatible!!!
De plus, je crois que vous n'avez pas bien compris...c'est justement en interdisant à tout un chacun de siéger au GC que vous allez créer des "castes" des lobbies qui feront ce qu'ils veulent....vous préférez être dirigé uniquement par des des entrepreneurs, des architectes, etc. qui s'arrangent pour se faire des cadeaux entre eux...

Écrit par : duval | 13/02/2010

Non...désolé je ne vous comprends pas !!!! vous mélangez tout !!!
et OUI....faire de la politique et être fonctionnaire...c'est incompatible !!!
Prenons l'exemple de M. Cerrutti ou M Golay... ils sont policiers et politiciens (MCG)...pensez-vous qu'ils soient intègres dans leurs double fonction...qu'ils sont exemptes d'influences et imperméables aux appels des "copains"...???

moi je ne le pense pas !!
il faut exiger des candidats qu'ils démissionnent de la fonction publique pour espérer siéger ...
moi j'execre les cumulards et autres pics-assiettes qui méprisent la démocratie.... alors je rend grace A M Deney et à Jornot qui ont bien compris l'enjeu véritable de cette dérive démocratique...

et de grace...n'agitez pas l'épouvantail de la peur pour nous faire croire que sans eux on serait envahi par des architectes et autres professions libérales...
C'est bien le peuple qui vote...et les partis qui présentent des candidats...alors à eux de faire le bon casting...et à nous d'élire les meilleurs....

mais il faut débloquer, dépoussiérer notre démocratie de tous ces pics-asiettes qui se gavent et qui nous gavent !!!!

allons Mon cher Duval....un peu de courage politique, un opeu d'audace dans vos convictions...vous nous avez habitué à plus de grandeur que cette mièvrerie qui reprend la logomachie ambiante....

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

Dommage votre "dérapage"limite-limite en fin de commentaire! (dernier §)...
Ce que vous avancez tient aussi pour tous les entrepreneurs qui se refilent les mandats dans leurs différents départements. Copain/copain....vous connaissez?
Si on vous suit, il faudrait un parlement de députés professionnels sans autre casquette.

Écrit par : duval | 13/02/2010

A nouveau, je suis d'accord avec le billet du blogueur en chef!

Le GC est prévu pour les politiciens de tout poil. Si l'on admet que les fonctionnaires n'y ont pas leur place, il faut alors arrêter de prétendre que l'on vit en démocratie.
Par ailleurs, cette remarque est valable pour tous les corps de métier.

Dans le but d'éviter les conflits d'intérêt(s) on pourrait, par exemple, décider que seuls ont le droit de vote les membres du GC qui ne sont pas concernés professionnellement ou personnellement par le vote en cours; ça permettrait d'arrêter de jeter la suspicion sur les uns ou les autres.

En outre, si l'on vit réellement dans une démocratie, le peuple est parfaitement libre de se déterminer lorsqu'il s'agit d'élire les membres du GC; comme l'écrit plus haut M. Duval: "S’il me plaît d’élire un policier ou un enseignant, je sais pourquoi je le fais et je ne vois pas au nom de quoi on me l’interdirait".

Toute autre pensée n'est qu'un tissu d'âneries et une violente négation des principes qui fondent la démocratie.
...Mais, est-on réellement en démocratie ? La question peut légitimement se poser lorsque des élus tiennent des propos qui vont à l'encontre de cette dernière...

Écrit par : Ervan Dalud | 13/02/2010

exactement...la fonction politique doit se professionnaliser...pourquoi ne pas imaginer une école de l'administartion du type de l'ENA...car le mythe du citoyen politicien est franchement usé jusqu'à la corde... mais je suis d'accord qu'il y a trop de petits copains qui se refilent des mandats et des contrats publics ...voilà pourquoi il faut créer une classe de personnes qui se dévoue exclusivement aux responsabilités politiques pour le bien exclusive de notre république...une classe de citoyens au service exclusif de tous les citoyens...bien loin des pots de vins et autres délits d'initiés qui entachent trop souvent notre république...voir l'affaire Aumenier, la dernière magouille...

Maintenant, excusez mon ton direct et quelque peu trivial qui fait réference à votre illustre passé de dissident...hélas, je constate que sur ce coup, vous avez versez de l'eau dans votre vin....mais n'y prenez pas ombrage.... je suis franc et n'aime pas jouer de faux-semblant !!

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

En chef, en chef...???
Bref, en effet tout est résumé dans votre 2ème §
"Le GC est prévu pour les politiciens de tout poil. Si l'on admet que les fonctionnaires n'y ont pas leur place, il faut alors arrêter de prétendre que l'on vit en démocratie.
Par ailleurs, cette remarque est valable pour tous les corps de métier."

Écrit par : duval | 13/02/2010

@MUR
Pouvez-vous me dire en quoi j'ai versé de l'eau dans mon vin?
J'ai de la peine à vous suivre...

Écrit par : duval | 13/02/2010

oh...comment vous dire....vous nous avez habitué à plus de critiques...que cet angélisme que vous nous servez à l'unisson des bien-pensants de tous poils qui se croient encore intouchables...venant de vous. "un libre-penseur" on aurait espéré une autre analyse...une vision moderniste et volontariste...pas cette approche molle qui reprend les bêtises ambiantes en incantations divines...¨¨ tout le monde il est gentil, tout le monde il est bô"....
voilà tout.... a vous lire, nous sommes dans un système merveilleux, transparent...où les êtres sont doués du don de se couper en deux ou trois... des êtres capables de se réfréner sur leurs penchants les plus vils.... moi j'ai une vision beaucoup manichéenne...les êtres sont foncièrement vils...et il appartient à la collectivité de les ordonner...et pour ce faire, faisons déjà la séparation entre les intérêts personnels et ceux du public....!!
Cela...c'est de la démocratie !!! le reste...que la poudre aux yeux pour les gogos......(voir le post de Erwan Dalud)...

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

Franchement je crois que vous n'avez rien compris. Relisez mon billet et vous verrez que c'est tout le contraire de ce que vous me reprochez.

Écrit par : duval | 13/02/2010

Cher Monsieur Duval.....j'ai beau relire votre billet en long et en large de haut en bas.... je n'y vois rien de "révolutionnaire"......tout au contraire !!! vous vous déversez dans la même veine que tous les autres "défenseurs" de ce merveilleux système.....
moi je constate que l'idée de M. Deneys, n'a rien d'incroyable...au contraire, elle touche au bon sens le plus flagrant...d'ailleurs, le système existe déjà dans d'autres cantons comme Zurich.... mais c'est vrai là bas ils sont bien plus évolués et éveillés que de notre coté de la barrière de rösti...

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

Mais...c'est vous qui parlez de "révolution". Je n'ai jamais revendiqué une tendance révolutionnaire! Je ne fais, dans ce billet, que dénoncer l'absurdité proposée par M. Deneys, relayée par le parti libéral.
Restons-en là:

Écrit par : duval | 13/02/2010

Ah ben voilà....vous reconnaissez enfin....quand je disais que "vous reprenez la logomachie ambiante....."... elle est bien là ...l'absurdité ambiante !! et non pas dans le pl de M Deneys..qui au contraire fait preuve d'innovation, d'audace et de courage...bref..tout le contraire des nombreux commentateurs qui défendent encore ce système absurde et hypocrite...vous voulez nous faire croire que les profs, les flics, bref tous ce qui a deux pattes et qui reçoit un salaire de la fonction publique ...est tout à fait capable de faire la part des choses... moi je n'y crois pas...et vous constaterez que le degré de défiance de la population est à son comble.... je suis prêt à parier que cette motion pourrait bien passer si le peuple devait s'en saisir... regardez dans d'autres cantons...sortez donc de Genève...et constatez le retard que l'on accuse ici bas en comparaison avec Neuchatel, Zurich....là bas, les fonctionnaires sont exclus des sièges d'élus !! et le peuple ne s'en porte pas moins bien...au contraire !!!
je vous le redis..vous voulez faire de la politique...??? grand bien vous en fasse!!! mais démissionnez de votre poste de fonctionnaire !! voilà la Règle d'OR !! et cela vaux aussi pour les cumulards de tous bords qui collectionnent les casquettes et qui se mélangent !!(entrepreneurs et autres élus siégeant dans les nombreux conseils d'administration de grandes sociétés privées...!!

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

Vous autres suisses avez des discussions qui m'épatent. Au nom de quoi des citoyens quels qu'ils soient se verraient-ils refuser l'accès aux fonctions politiques?

Bon, ceci dit, ça vous regarde, hein. Mais de grâce, épargnez-vous les corps de politiciens professionnels que nous avons en France pour notre malheur.

Écrit par : Pascal Oudot | 13/02/2010

Si on interdit aux fonctionnaires de siéger dans un parlement, il faudra alors également l'interdire à toutes les personnes qui représentent des lobbies, comme les paysans, les médécins, les architectes, les travailleurs des métiers de la construction, de la banque, du commerce et j'en passe.
Par contre on pourrait peut-être veiller à ce que certains "métiers" ou "castes" ne soient pas surreprésentés dans un parlament.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 13/02/2010

@ Pascal Oudot...
moi qui suis bi-national....je puis vous dire que le système suisse est beaucoup plus hypocrite que le français....
c'est un monde où le lobbying est maitre, un monde où les intérêts et les considérations républicaines s'éffacent bien vite devant les magouilles entre petits copains....
Alors oui, tordons le cou une bonne fois pour toute au vieux mythe du citoyen politicien...notre société complexe nécessite des gens professionnels et parfaitement intègres, dévoués au bien collectif....!! pour cela il faut que la barrière soit infranchissable entre le politique et le privé...entre le politique et la fonction publique...le cas véolia-francetelecom...nous démontre bien que la limite est mal définie entre le privé et le public...et c'est en France !!

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

@Marion....
oui, c'est une solution provisoire qui pourrait être valable... mais pourquoi ne pas faire comme à Zurich ???

les zurichois ne sont pas idiots et ils savent très bien pourquoi ils ont interdit à tous les fonctionnaires de siéger...et le parlement zurichois n'est pas devenu pour autant un repère à professions libérales !!

Écrit par : M.U.R | 13/02/2010

Il convient de distinguer deux choses assez différentes :

- d’une part la collusion des intérêts
- d’autre part la séparation des pouvoirs.

Ce sont deux notions distinctes

La collusion des intérêts surgit, pour n’importe quelle profession - fonctionnaire ou indépendant - au moment où un sujet que le député est appelé à voter sur un plan général rencontre ses propre intérêts particuliers. Par exemple une subvention accordée par l’État et qui toucherait de près la profession et donc un avantage (pécuniaire) personnel possible. L’art. 24 du Grand Conseil impose alors à tout député de s’abstenir de voter.

L’autre notion est la séparation des pouvoirs : dans notre cas, le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Cette exigence de séparation est assurée par la Constitution elle-même.

Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui - la remise en cause de l’éligibilité des serviteurs de l’État -, nous devons opérer une pesée d’intérêts entre le principe l’élargissement des divers points de vue parlementaires aux professions de la fonction publique, et celui de la séparation stricte des pouvoirs. Qu’est-ce qui doit primer ? L’intérêt de tous par multiplication des différentes points de vue, ou l’intérêt sectoriel par risque d’être désigné par le peuple pour statuer sur soi-même ?

Il est possible que la réponse ne soit pas « blanc » ou « noir » mais qu’elle est à trouver dans une recherche d’équilibre.

Écrit par : Jean Romain | 14/02/2010

L’aspect constitutif ne me paraît pas décisif. Il ne pourrait décider clairement du droit à l’éligibilité des fonctionnaires. Sinon, comment se fait-il que l’initiative de 1998 ait pu être proposée au peuple. Il y a sûrement eu, à l’époque, d’éminents juristes qui se sont posé la question et qui ont donc planché sur le problème. L’avis de droit qui en est ressorti très probablement pourrait ressurgir des tiroirs de l’un ou l’autre des partis politiques. Ou Messieurs Jornot et Deneys en ont peut-être un double…

Écrit par : duval | 14/02/2010

ça l’est pourtant ! Tu te trompes car les textes sont sujets à interprétations, et la votation de 1998 a opté pour une interprétation. Voyons la Constitution actuelle :

Art. 74
1 Sont incompatibles avec le mandat de député les fonctions:

a. de conseiller d’État et de chancelier d’État;
b. de collaborateur de l’entourage immédiat des conseillers d’État et du chancelier d’État;
c. de collaborateur du service du Grand Conseil;
d. de cadre supérieur de la fonction publique;
e. de magistrat du pouvoir judiciaire, à l’exception des juges suppléants et des juges prud’hommes;
f. de magistrat de la Cour des comptes.

2 Les personnes concernées par l’al. 1 sont néanmoins éligibles mais doivent, après les élections, opter entre les deux mandats.


C’est le point d qui est sujet à interprétation : que signifie « cadre supérieur » ? Classe 24 comme l’ancien député Didier Bonny ? Là, il y a eu un mique-maque, c’est vrai.

J’ai entendu dire que la nouvelle constitution n’envisageait pas vraiment de modifier ces dispositions. Mais il faut attendre que le PL libéral soit connu.

Écrit par : Jean Romain | 14/02/2010

Que veut dire le terme "cadre supérieur" ? à partir de quel niveau le devient-on?

Écrit par : charly schwarz | 14/02/2010

??? caporal classe 15, lieutenant classe 18, 1er lieutenant classe 21/23, capitaine classe 24...

Écrit par : soldat | 14/02/2010

@Charly Schwarz
Les directeurs d'établissement au primaire sont nommés en tant que cadres supérieurs parce que en classe salariale 24.

Écrit par : duval | 14/02/2010

Les commentaires sont fermés.