15/02/2010

Y a quand même comme un hic !

Je l’ai dit et je le redis, je crois que la qualité du travail prime sur la quantité.

Il faut admettre pourtant que le temps consacré aux études a bien naturellement tout de même une certaine importance.

Alors qu’en est-il dans les différents cantons romands ?

Voici donc le nombre d’heures d’enseignement (pour l’ensemble de la scolarité obligatoire -de la 1ère primaire jusqu’à la fin du Cycle d’Orientation, soit 9 années) dispensées dans les cantons romands :

Genève : 7402 heures

Fribourg : 8249 heures

Jura : 7488 heures

Neuchâtel : 7444 heures

Valais : 8486 heures

Vaud : 7638 heures

Entre les deux extrêmes, Genève et le Valais, on constate donc une différence de 1084 heures.

En partant de l’hypothèse, qui me semble correcte, que le nombre d’heures d’enseignement au Cycle d’Orientation est sensiblement le même dans tous ces cantons, on peut répartir une bonne partie de ces 1084 heures sur les 6 années de scolarité au primaire :

Soit 180 heures par année

Arrondissons à…152 heures… le nombre de jours que comporte une année scolaire à Genève.

Les élèves genevois ont donc, au primaire, un déficit d’environ 1 heure par jour par rapport aux élèves valaisans.

Monsieur Beer l’a annoncé clairement, il faudra bien que Genève trouve une solution.

Ecole le mercredi matin ?

Maintien de la semaine de 4 jours et allongement de la durée d’école chacun de ces 4 jours ?

Tout un débat !

Une chose est sûre, les élèves genevois vont moins longtemps à l’école qu’ailleurs.

Quelle que soit l’option qui sera prise, hormis l’enseignement de l’anglais qu’il faudra bien placer, il me semble évident et primordial de saisir cette occasion et utiliser ce gain de temps essentiellement à la mise en place d’une structure d’appui pour les élèves en difficulté scolaire.

19:09 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

"...utiliser ce gain de temps essentiellement à la mise en place d’une structure d’appui pour les élèves en difficulté scolaire".

Proposition intéressante, mais ça ne semble, hélas, pas prévu...
Qui a dit que c'était étonnant?

Écrit par : Ervan Dalud | 15/02/2010

Ma proposition:
Instaurer l'école le mercredi matin, car rallonger les journées me paraît une très mauvaise solution compte tenu de la concentration de moins en moins bonne de nos chers enfants.
Pour que les généralistes puissent pleinement exercer leur vrai métier, je proposerais d'engager des "spécialistes" pour l'enseignement de l'allemand et de l'anglais, et si possible des gens de langue maternelle ou au moins bilingue. A Genève on doit pouvoir trouver des personnes maîtrisant ces langues étrangères.

Et quand je parle de spécialistes je ne crois sincèrement pas qu'on ait besoin d'une licence universitaire en allemand ou en anglais (qui consiste principalement dans l'étude de la littérature) pour pouvoir enseigner les bases de ces deux langues. Le fait de les maîtriser et de baigner dans leur culture me paraît primordial. On pourrait alors créer une formation sur 6 -12 mois pour ces nouveaux spécialistes qui enseigneraient à l'école primaire et/ou demander à des gens du CO d'assumer quelques cours à l'école primaire.
Sortons un peu des schémas qu'on commence à nous imposer de plus en plus, c'est-à-dire des études hyper-académiques et de plus en plus longues, qui ne sont en aucun cas un garant pour réussir à donner aux enfants le plaisir et le goût pour une autre langue. Une attestation de l'IUFE dans ce domaine ne me paraît pas du tout nécessaire... au contraire!

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 15/02/2010

A ce que nous lisons, Genève est toujours en tête ! La faute à Voltaire ou à Calvin ? allez savoir !

Écrit par : Les zumeurs du jour | 15/02/2010

Ceci étant dit !, Nous verrions bien la reprise du samedi matin, en gardant le mercredi off. Des générations l'ont pratiqué et n'en sont pas morts. Bon, à l'époque, les mères étaient aux fourneaux... !

Écrit par : Les zumeurs du jour | 15/02/2010

Cela me paraît un peu aléatoire de se baser sur le canton qui impose le plus d'heures à l'école à ses enfants pour en tirer des conclusions.

En Valais, ils font (faisaient?) aussi 5ans de lycée (gymnase?) alors que dans d'autres cantons, c'est 3ans, comme à Neuchâtel. Tout ça pour une matu. Alors les bacheliers valaisans ont peut-être de meilleures connaissances générales, mais il n'empêche que c'est quand même beaucoup plus de temps passé à l'école pour au final arriver au même point que les autres.

Écrit par : Fufus | 16/02/2010

"alors que dans d'autres cantons, c'est 3ans, comme à Neuchâtel. "

C'est faux !
Ils font 4 ans, mais commencent le cursus de matu lors de la dernière année de l'école obligatoire.
Ce que Genève n'a pas voulu en mai 2009, préférant le contre-projet du Gouvernement à l'IN 134.

Écrit par : Jean Romain | 16/02/2010

Les commentaires sont fermés.