18/03/2010

Caroline

En faisant de l’ordre dans mon grenier, j’ai retrouvé le livret scolaire de Caroline.

Elle a fait toute sa scolarité obligatoire à l’école communale de Vex en Valais, c’était dans les années trente.

Assis sur une malle, c’est avec émotion que je l’ai parcouru.

On y découvre, en introduction, le règlement en vigueur à l’époque…

Je ne résiste pas à vous en livrer quelques extraits…à méditer !

Parents

-Toute absence non justifiée aux écoles primaires est passible d’une amende de 20 Cts pour chacune des trois premières absences de l’année scolaire et de 40 Cts pour chacune des autres absences du même élève.

-Les demandes de congé ou de permission basées sur des motifs reconnus faux sont punies de 2 à 10 frs d’amende.

-Les parents qui entravent ou négligent gravement l’éducation et l’instruction des enfants confiés à leurs soins sont punis d’une amende de 10 à 30 frs.

-Il est interdit à toute personne de s’introduire dans le bâtiment de l’école pour adresser des reproches au personnel enseignant ou de le troubler dans l’exercice de ses fonctions.

-L’abus des boissons alcooliques produit des effets funestes sur la santé physique, intellectuelle et morale. Il faut donc éviter tout excès dans l’usage des boissons fermentées et surtout distillées.

Elèves

-L’exactitude est le devoir d’un bon élève. Tout retard non motivé est passible d’une punition.

-Pendant la classe, l’élève se montre attentif, il s’acquitte consciencieusement de tout travail imposé. Il s’abstient de tout ce qui est contraire à l’ordre et aux bienséances, comme de faire du bruit, de manger, de quitter sa place sans permission, d’avoir une tenue inconvenante.

-Il est défendu aux élèves

-         de détériorer le matériel scolaire et les murs de l’école ;

-         de répliquer aux observations qui leur sont faites ;

-         de proférer des paroles grossières ou malhonnêtes ;

-         de se battre, de s’injurier, de faire quoi que ce soit contre les règles de la politesse et du bon ton.

-Partout et toujours, spécialement dans les rues et sur les places publiques, les bons élèves se respectent eux-mêmes et respectent les personnes et les choses. Ils sont polis et prévenants à l’égard des étrangers, ne se moquent jamais des vieillards, ni des infirmes, ne se permettent pas d’écrire sur les portes ou les murs, de se battre, de faire du tapage, de fumer, de maltraiter les animaux et de dénicher les petits oiseaux.

!!!!!

Oui, oui, je sais ! La société change et l’école doit s’y adapter ! Et les enfants sont des mutants ! Tant et si bien que ce règlement paraît aujourd’hui complètement désuet !

18:09 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Merci Monsieur Duval de votre envoi ... Pour ma part et, au risque de paraître ringard, étant un vieux de la vieille, j'ai passé un très bon petit moment nostalgique à sa lecture. Certes, tout çà se passait au (si bon) vieux temps, mon temps aussi !

Écrit par : Pierre-André Dupuy | 18/03/2010

Voilà un règlement qui est (devrait être) d'actualité! pourquoi l'avoir changé?

Écrit par : Joe | 18/03/2010

Vraiment dommage qu'on ait abandonné ce règlement ! C'est ce qu'il nous faudrait de nos jours !!!! En adaptant un peu les amendes, évidemment !

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 18/03/2010

C'est bizarre que vous trouviez ce règlement désuet - à moi il me semble on ne peut plus adapté à l'école d'aujourd'hui!

D'ailleurs, des "règles de vie en commun" sont affichées dans la plupart des classes et, le plus souvent, respectées.

Les absences ne sont plus amendées - c'est peut-être une erreur - mais elles restent punissables sous diverses formes.

L'interdiction de préau est tout à fait d'actualité, en tout cas là où les toxicomanes les utilisent comme terrains de jeu.

La prévention contre l'alcoolisme n'est plus à la mode, et on boit bien moins que dans le temps - mais les drogues ont pris cette place, ce qui ne change rien.

Mauvais comportement, mauvais travail, déprédations, ne sont en théorie pas plus acceptés aujourd'hui qu'hier. La différence c'est que, hier, ces interdictions étaient mieux appliquées.

Quant aux batailles, il fut un temps où les enfants se battaient courageusement, un contre un, et cette interdiction prend encore plus de sens quand des bandes s'attaquent lâchement à une victime.


Vraiment je ne sais pas dans quel monde vous vivez, mais pour avoir qualifié ce règlement de "désuet", on n'a pas l'impression que vous avez observé la vie dans une école.


Encore un détail: en ce temps-là, l'école était d'un tout autre niveau, nettement meilleur.

Écrit par : antoineb | 18/03/2010

@Antoineb
Votre commentaire est très pertinant....mais je ne suis pas sûr que vous ayez saisi l'ironie de mon billet. Ce règlement n'est justement pas désuet! Au contraire, l'école obligatoire en manque cruellement, au point que par manque, on a dû, dans certaines écoles, établir des "règles de vie"! A voir d'ailleurs comment se comportent les élèves lors d'une sortie de CO, aux arrêts de bus par exemple, on se dit que ces règles sont loin d'être respectées. Il en va de même dans les classes (tous degrés confondus), il suffit d'écouter ce que les profs racontent.

Écrit par : duval | 19/03/2010

pertinEnt...

Écrit par : Hého | 19/03/2010

Les commentaires sont fermés.