15/05/2010

Epilogue ? Le DIP plaide …l’erreur !!!

Ainsi donc le DIP reconnaît que la note de service envoyée par Mme Guerrier est parfaitement illégale (lire l’article de Jérôme Faas dans la tribune de Genève du jour ainsi que mes billets précédents).

Comment est-ce possible ?

Prise les doigts dans la confiture, voilà que la direction générale, coiffée de sa plus belle auréole, vient prétendre qu’il s’agit d’une petite erreur, d’une « maladresse de vocabulaire » !! Celle-ci sera corrigée par l’envoi d’une circulaire rectificative.

De qui se moque-t-on ? Ce n’est pas sérieux.

La réalité est toute autre.

Il n'y a pas d'erreur de la part des directeurs du primaire, il y a un esprit faussé et rongé par les théories des « pédagogistes » qui ne veulent toujours pas reconnaître la défaite de 2006.

La Direction de l’enseignement primaire est encore « truffée » de gens endoctrinés par cette idéologie qui a miné l’école pendant des années. Ils n’hésitent pas, s’il le faut, à violer la loi pour tenter de la faire passer.

A force d’avoir multiplié à outrance la hiérarchie dans l’enseignement primaire, le président du DIP y a installé des directeurs d’établissement qui, eux aussi endoctrinés, cautionnent ces théories et s’y confortent. Cette pseudo erreur prouve manifestement que la plus dangereuse des gabegies s’est instaurée au sein de cette Direction.

Comment expliquer sinon l’absence de réaction de la part des 94 directeurs d’établissement face à cette directive qui date pourtant du mois de janvier 2010 ?

Cette erreur leur aurait-elle échappé ?

Allons, allons, essayé... pas pu pour cette fois !

Sur le même sujet, un excellent billet de Pascal Décaillet :

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2010/05/15/la-depeche-d-ems-du-dip.html

 

Pour la petite histoire, j’ai appris, à la lecture de l’article de Monsieur Faas, que Monsieur Beer avait « décidé de ne plus commenter » mon blog !

Ah, bon ? C’est que ça lui serait arrivé ? Je n’ai pas souvenir d’un quelconque commentaire de sa part…ou alors….sous quel pseudo ?

11:39 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Essayé pas pu ! Et les directeurs en place depuis la rentrée 2008 ont-ils la moindre base légale ? Et les conseils d'établissement sont-ils davantage dans la légalité. Ne parlons pas des réseaux d'enseignement prioritaires (REP) qui s'imposent progressivement dans le paysage genevois. N'avaient-ils pas été présentés dès leur origine comme une "expérience" innovante ?

Écrit par : J-F Girardet | 15/05/2010

...et l'école obligatoire à 4 ans? La loi ne dit-elle pas 6 ans?
Quand va-t-on voter?

Écrit par : lucide | 15/05/2010

Rien du tout Lucide, il n'y aura pas de votation. Comme à son habitude, le président du DIP met en place ce qu'il veut, puis le présente au GC qui mis devant le fait accompli n'a plus qu'à accepter et à modifier les articles de loi concernés.
A moins que quelqu'un lance alors un referendum....seule opportunité pour voir l'objet soumis à un vote populaire.

Écrit par : Duval | 15/05/2010

Ainsi on peut changer la loi sans voter? Avec des magouilles?
On se croirait en république bananière....
1) on fait croire au gens qu'on harmonise le système scolaire suisse. Tout le monde dit OUI (moi aussi)
2) On fait accepter cela aux citoyens, sans leur dire qu'un certain nombre de nouveautés non existantes vont se greffer à ce projet.
3) Une fois le principe d'harmonisation accepté, on y met ce qu'on veut, sans passer par la case votations.

On appelle ça tromper le peuple, pour rester poli.

J'ai cru lire qu'il était trop tard pour un référendum. Est-ce exact?

Écrit par : lucide | 15/05/2010

Pour Harmos, oui, il est trop tard pour un referendum et je crois bien que l'âge d'entrée à l'école était dans le "package", à vérifier. Mais chaque "élément" nouveau modifiant la loi doit être proposé au GC qui l'accepte ou pas. S'il l'accepte, il entre dans la loi et il y a alors possibilité de lancer un referendum en récoltant les signatures nécessaires.

Écrit par : Duval | 15/05/2010

`à propos de votre dernière phrase, c'est lui moi c'est moi , je n 'appartiens à aucune hierarchie, je suis un peu trop vieux pour comploter.

Écrit par : briand | 15/05/2010

@briand
heu....je comprends rien à votre commentaire....peut-être qu'une petite explication....?

Écrit par : Duval | 15/05/2010

bien qu'ayant écrit la même phrase "je n'interviendrai plus dans votre blog,", je ne suis pas le Conseiller d'Etat Beer , j'ai déjà dit sur un autre site qu'il s'agit de mon vrai nom, qui plus est entre Beer et Briand au moins trois Républiques sont passées.

Écrit par : briand | 15/05/2010

La direction générale de l'école primaire est à mon avis totalement incompétente et cette dernière épisode en date prouve en plus qu'elle est d'une mauvaise foi crasse:Parler de "maladresse" quand on tente sciemment de contourner la loi est juste ignoble. Et comme A. Duval le relève, aucun des directeurs nommés (sans aucune base légale, faut-il le rappeler ??) s' est offusqué de cette "note de service" avec une directive illégale.... curieux, non ou plutôt évident... ils ont semble-t-il tous subi le même lavage de cerveau !
Et quand je parle d'imcompétence de l'école primaire j'aimerais rappeler au public qu'on enseigne à Genève depuis plus de 25 l'allemand à l'école primaire et le CO ne peut toujours pas s'appuyer sur des connaissances solides des élèves pour pousuivre le programme: TOut doit être repris depuis le début. Et ce n'est pas la faute des enseignants, mais des chefs qui sont incapables d'organiser ces cours correctement avec des structures adaptées.

SI on veut que quelque chose change dans cet ordre d'enseignement, il faut commencer par engager des gens compétents qui sont également d'accord de respecter les lois.Et visiblement les directeurs nouvellement nommés étaient d'accord de baffouer une loi. Rien que pour cela ils devraient tous être renvoyés.

Comment d'ailleurs peut-on attendre de nos enfants qu'ils respectent les lois et règlements quand leur supérieurs hiérarchiques ne le font pas ???

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 15/05/2010

Cela fait longtemps que je n'ai pas passé un petit mot chez vous, mais je ne résiste pas au plaisir de vous faire connaître que même si je me fais moins présent, je lis néanmoins toujours avec intérêt depuis Dijon vos pérégrinations, et que j'ai suivi votre dernier feuilleton sans, je dois bien vous l'avouer, y comprendre grand chose... Ne m'en veuillez pas, votre système scolaire m'est un peu obscur. Mais vos billets me rassurent, car au moment où les rapports et les constats sur l'enseignement en France -et ses criantes faillites- s'accumulent avec fracas, il n'est pas désagréable pour un petit directeur d'école français de constater que vous aussi de votre côté connaissez vos propres ahurissantes péripéties... Je le dis avec un grand sourire, bien entendu! :-)

Pour info, si cela vous intéresse, le rapport de l'Institut Montaigne: http://www.institutmontaigne.org/medias/documents/rapport_echec_scolaire.pdf

... et celui de la Cour des Comptes: http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport-education-nationale-face-a-objectif-reussite-eleves.pdf

Écrit par : Pascal Oudot | 15/05/2010

Les commentaires sont fermés.