22/05/2010

Des arguments qui ne tiennent pas la route

L’excellent article de Jérôme Faas dans la Tribune de Genève de ce samedi m’amène à vous faire part d’un certain nombre de remarques.

http://www.tdg.ch/geneve/actu/eleve-quarante-redouble-1re-primaire-2010-05-21

 

Constat

Il se trouve que le nombre d’élèves qui redoublent en 1ère primaire, ils sont donc en difficulté scolaire, est important.

Dès lors, peu importe les divergences que l’on peut observer sur les bienfaits ou non du redoublement. Ce qui est primordial, c’est de trouver des solutions qui puissent aider ces enfants.

Qu’en est-il alors ? Quelles sont les propositions avancées par Monsieur Beer, président du DIP ?

Au début de son mandat,  il m’avait affirmé qu’il n’était pas un pédagogue mais un politicien, ses vues  vont bien évidemment dans ce sens. Est-ce la peur d’affronter certains députés, particulièrement celui qui ne se soucie que de l’aspect financier? Voilà que le conseiller d’Etat annonce clairement qu’  « il se refuse à toute hausse budgétaire »!

Et de proposer « ses » solutions :

1.    L’école obligatoire à 4 ans.

Elle permettrait de « caler les apprentissages fondamentaux dès cet âge ». On le sait très bien, c’est plus tard que ces apprentissages, notamment celui de la lecture, se mettent en place, soit justement dès la 1ère primaire. Ce serait à ces « petiots » de 4 ans que, désormais, les enseignants vont inculquer des « apprentissages fondamentaux », j’ai de la peine à l’imaginer.

A cet âge, la priorité sera donnée à leur socialisation.

 

2.    La formation des enseignants axée sur l’apprentissage de la lecture.

Eh bien, là encore, j‘émets de sérieux doutes. Quand on sait ce que vaut réellement cette formation.

http://www.arle.ch/formation-des-maitres/instituteurs

 

L’argument invoqué par Monsieur Beer peine à tenir la route. Tant que l’idéologie dominante restera ce qu’elle est dans cet institut de formation, tant que, pour l’apprentissage de la lecture, on continuera à y prôner des méthodes globales ou semi-globales, aux résultats catastrophiques, on continuera à foncer dans le mur.

http://www.arle.ch/apprentissage-de-la-lecture

 

http://www.arle.ch/images/stories/file/primaire-oct-2007.pdf

 

3.    L’augmentation de l’horaire scolaire.

Certes l’horaire scolaire de l’écolier du primaire devra augmenter mais dans des proportions infimes. En effet, comparativement aux autres cantons romands, force est de constater que c’est essentiellement au niveau du Cycle d’Orientation qu’il y a un déficit d’heures d’enseignement à Genève. Encore un argument « bidon ».

Pourtant, c’est au Cycle d’Orientation qu’il est prévu d’injecter 33 millions afin de mettre en place ces fameuses « passerelles ».

Voilà qui me paraît totalement illogique.

Le « mal » doit être pris à la racine, dès les premières années de scolarité. Ne serait-il pas plus judicieux alors de mieux répartir ces moyens financiers entre les deux ordres d’enseignement, voire de les augmenter ?

Se donner les moyens de….respecter la loi…elle qui stipule que les mesures d’appui au primaire sont OBLIGATOIRES pour les élèves en difficulté scolaire.

17:45 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Pour résumer:
mettons les élèves du CO sérieusement au travail en "occupant" judicieusement leur temps de scolarité obligatoire. L'ajout de 4 périodes supplémentaires à l'horaire actuel de 32 périodes au CO pourrait faciliter la prise en compte des " passerelles".
Une période supplémentaire en fin de journée de 5P et 6P permettraient d'introduire l'enseignement de l'anglais et d'offrir du temps pour les fameuses mesures d'accompagnement.
Il est également urgent d'attribuer des moyens humains supplémentaires en 1P et 2P pour envisager l'apprentissage de la lecture dans des classes aux effectifs réduits.
Des mesures financièrement modestes et qui n'mpliquent pas un chamboulement fondamental de la vie des petits genevois comme pourrait l'imposer la suppression du mercredi matin de congé.

Écrit par : J-F Gîrardet | 22/05/2010

Les commentaires sont fermés.