25/10/2010

Revaloriser les apprentissages

La CDIP (conférence des directeurs de l’instruction publique) tient conférence en ce moment. Le Forum de la RSR à 18h40 y est consacré :

La revalorisation des filières d’apprentissage au niveau national, tout un programme.

Une fois n’est pas coutume, en attendant d’en savoir plus, j’applaudis des deux mains à cette idée.

Depuis trop longtemps, en effet, on a prétendu que pour « arriver » dans la vie, il fallait faire des études. Pendant des décennies on a distillé cette idéologie malsaine.

Résultat : des écoles surpeuplées et un trop-plein de « têtes pleines »…accompagné d’une pénurie de gens bien formés capables et fiers d’exercer des métiers dignes de bien des éloges.

Pour une fois, venant de la CDIP, enfin une initiative à saluer !

Affaire à suivre donc…

17:24 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

"Revaloriser les apprentissages"

Permettez mon intrusion pour vous dire que vous avez raison.

Mais un des problèmes à résoudre, c'est le mental de beaucoup de parents...Et d'autres qui "s'éparent" les éducations en deux !

Il y aurait les intellectuels, et, les manuels! Ce qui est totalement faux et qui plus est, ce genre de raisonnement positionne des jeunes pour leur futur sur des scénariots PERDANT.

Un chirurgien est à la fois intellectuel et manuel, un peintre comme picasso était intellectuel et manuel, les scientifiques géologues sont également des intellectuels et des manuels!

Alors il faut convaincre les gens, que les doigts fonctionnent avec le cervaux!

Sinon on a à faire à des handicapés......Il y en a !

Écrit par : NOËL pierre | 26/10/2010

D'accord avec l'idée de re-valoriser les professions manuelles. Malheureusement la seule valorisation que nos sociétés connaissent, c'est celle qu'apporte l'argent, en particulier le salaire. Il en est d'ailleurs question ces jours-ci lorsque l'on parle du recrutement de nouveaux policiers. Or, toucher à l'échelle des salaires et donc à celle de la considération et du pouvoir social dont jouissent ses bénéficiaires, est une tâche qu'aucune de nos sociétés modernes n'a entreprise ou du moins menée à bien.
Cette échelle des salaires, qui ne fait donc que refléter une échelle de valeurs est tellement profondément liée à la conception que nous nous nous sommes faite d'une société efficace, sinon plus juste, que nous imaginons qu'elle reflète véritablement des différences de valeur humaine, alors qu'elle ne fait qu'entériner, au profit de peu d'entre nous, une certaine répartition du pouvoir social et politique.
Le substantif "intellectuel", probablement né en France et presque exclusivement utilisé à l'origine dans ce pays, surtout depuis les années '60 et les dits "nouveaux philosophes" devrait être mis au ban du bon usage, tant il en a été fait mauvais usage par les médias qui l'ont utilisée pour créer des vedettes à divers usages: BHL en France, Tariq Ramadan chez nous, ne sont que les exemples les plus connus; ils démontrent tous deux que le terme ne dénote pas un usage particulièrement fin et acéré de l'intellect, qui puisse être considéré comme un bienfait pour les meilleures qualités de l'être humain. Le premier n'est pas largement considéré comme un grand philosophe, un grand penseur ou un grand écrivain, mais quelqu'un dont l'activité professionnelle consiste effectivement à utiliser son intellect, dans la mesure de ses capacités et ses talents; le deuxième est essentiellement un prédicateur et enseignant qui a voué sa vie, comme son célèbre grand-père, à la diffusion et à la défense de l'Islam, sans avoir créé quoi que ce soit d'original, ni nouvelle interprétation des textes sacrés, ni mouvement de renouveau de l'Islam qui permettrait ni une intégration et encore moins une assimilation politique indispensable des musulmans dans les pays dans lesquelles ils s'installent pour y trouver refuge devant l'oppression politique, les injustices sociales ou simplement la pauvreté à laquelle ils seraient condamnés dans leurs pays d'origine.
Le qualificatif d'intellectuel leur est donc attribué à défaut, il dévalorise plutôt ce que l'on devrait attendre du bon fonctionnement de l'intellect et de ce point de vue-là il ne vaut pas mieux, en soi, que celui de manuel. Mais alors qu'il est difficile de sa passer du deuxième, le premier est tout à fait inutile, puisque ni Socrate, ni Montaigne, ni Darwin, ni Einstein, ni Piaget (et chacun peut compléter cette liste à loisir) n'en ont jamais été affublés.

Écrit par : Mère-Grand | 26/10/2010

@ "mère grand" d'accord avec vous ou presque.

Pour les deux personnages cités, l'un devrait être en prison ou, reconduit dans son pays natal, l'autre est contesté sur son honnêteté intelectuelle, quant à sa philosophie, je ne la connaît pas. Ou plutôt si "l'HYPOCRISIE" totale!

Ceci étant écrit, reconnaissez que nos écoles et université sont des usines qui fabriquent des salariés dont on ne sais que faire! Tandis que beaucoup d'entreprises de toutes tailles recherchent des tecniciens hyper qualifiés et n'en trouvent pas asser sur le marché !

Ce qui ma fait gagner de l'argent, voyager et découvrir d'autres cultures, c'est tout simplement que j'ai bossé pour acquérir plusieurs métiers afin de partir à l'étranger, car la France me "gavait"

Ancien compagnon de la métalurgie il m'a fallu acquérir les savoirs faire et les savoirs être. Et ce sont de "vieux compagnons" qui m'ont transmis tout cela.

J'ai des bulletins de salaires avec 267 heures de travail pour un mois, sans compter d'autres heures payées au "black" lorsque je dormais qu'une heure par nuit!

Très bons salaires, belles voitures, belles femmes, bons hôtels et restaurants, beaux paysages égale..Belle vie! Je payais mes impots dans le pays ou je travaillais, et en France. Idème pour les charges.

TOUT le monde gagnait de l'argent, y compris les ouvriers locaux, palestiniens, kurdes, irakiens, iraniens etc et tout le monde s'entendait bien sur les sites pétroliers.

Les nouvelles technologies et les nouveaux savoirs ont augmenté la distance "parents-enfants" J'ai cotoyé des hommes de soixante cinq ans et plus sur des sites, la plupart étaient des zombies, les accidents du travail et des cadavres merci j'ai vu.

Membre d'une chambre de commece, combien de fois j'ai demandé que chaque jeune soit pris en main par un compagnons en même temps qu'il allait dans une école technique pour apprendre tout ce qui est théories.

Mais les employeurs ont décrété que c'était une perte de temps et de profits pour les entreprises, il a donc été créé des centre de formations sur les mêmes concepts que la mentalité "école" résultat, les jeunes aidés de leurs parents dans bien des cas ont déserté ce milieu ou on met les mains à la pâte et ou on se sali des pieds à la tête!

D'ou cette devinette née dans les années 70 : "Un spermatozoïde avec un attaché-caisse c'est quoi?.............................................................................................................................................................................Un commercial des couilles! Pardon, ce n'est pas mon habitude.

Revaloriser des activités mais également les entreprises comme le BTP, les commerciaux en les rénumérants normalement et non comme des étudiants changeraient bien des choses.

Le markéting Américain devenu obsolète ne fonctionnant que sur segments de marchés LINEAIRES, est en dehors de notre monde économique d'aujourd'hui, qui fonctionne "en dent de scie" donc c'est faux dans le concept étudié dans les hautes écoles!

Les Arts et la culture avec un bon entrainement à créer, visionner un tableau blanc et en faire une oeuvre d'Art sont des moyens parmis beaucoup d'autres, utiles, et concréts pour développer des cerveaux obligés de communiquer, voire avant les autres pour anticiper les évènements plutôt que les subir, bref, il y a matière à réflexion et du "boulot"

Mais il faut faire vite et bien, nous sommes en guerre économique depuis les années 70-80 et nous avons commencé notre auto-destruction alors qu'il fallait aller vers une dé-contruction pour mieux rebondir....

Bonne journée!

Écrit par : NOËL pierre | 28/10/2010

Les commentaires sont fermés.