10/11/2010

L’UDC n’y va pas de main morte !

Je suis tombé par hasard, il y a peu, sur un document intitulé « Le chemin conduisant à une école publique basée sur la performance », document stratégique de l'UDC (octobre 2010)

                                     

Malgré ses 159 pages de lecture redondante à souhait, ce document mérite qu’on s’y attarde (pièce jointe pour ceux qui auraient le courage de le lire dans son entier).

 

Oublions donc l’aspect purement politique de la démarche. Parmi la quantité de propositions farfelues, voire indécentes pour ne pas dire effrayantes, quelques points soulevés me paraissent judicieux, en tout cas susceptibles d’ouvrir le débat.

 

Par exemple :

 

-         Les parents sont responsables de l'éducation de leurs enfants. L'école est responsable de leur formation.

 

L'Etat n'intervient dans la responsabilité éducative des parents que si ces derniers ne peuvent les assumer pour des raisons non influençables (cas de force majeure) ou par manque de volonté

 

-         L'idéologie soixante-huitarde a échoué; halte à la "réformite"!

 

La confusion réformiste doit cesser. L'école primaire doit retrouver le calme et se recentrer sur le fondement de valeurs qui ont fait leurs preuves. A cet effet, chaque classe a besoin d'un maître de classe qui prend sa tâche au sérieux. En outre, il faut veiller à la stabilité de la classe donc éviter des niveaux trop différents ainsi que le va et vient d'élèves suivant des thérapies spéciales.

 

-         L'enseignant a une tâche dirigeante.

 

Grâce à leur formation, les enseignants doivent être capables de diriger une classe d'école et d'assumer la responsabilité de la formation de leurs élèves.

 

-         La discipline et l'ordre sont à la base du succès de l'apprentissage.

 

Les enseignants et les autorités scolaires doivent disposer de sanctions efficaces pour maintenir l'ordre et la discipline dans les salles de classe et sur le terrain de l'école.

 

-         Les moyens d'enseignement doivent être axés sur les objectifs d'apprentissage

 

Les moyens d'enseignement servent à atteindre les objectifs d'apprentissage. Ce ne sont ni des jouets, ni des instruments d'endoctrinement politique. Leur utilité doit se limiter strictement à la transmission de connaissances et ils ne doivent en aucun cas restreindre la liberté méthodologique de l'enseignant. Ils doivent par leur structure répondre au principe "du facile au compliqué" tout en contenant des matières supplémentaires pour les élèves particulièrement doués. Les moyens d'enseignement doivent contenir suffisamment de matières à exercices afin d'ancrer solidement les aptitudes et connaissances dans l'esprit des élèves. Il est proprement irresponsable de diffamer la répétition systématique des matières en la qualifiant d'abrutissante

 

- L'enseignement intégratif a échoué.

 

Les enfants ayant de graves problèmes d'apprentissage et/ou de comportement doivent être scolarisés dans des classes spéciales (petites classes) conduites par des enseignants spécialement formés à cet effet. Il est faux de chercher à imposer des solutions uniformes dans toute la Suisse pour la scolarisation spéciale. Il s'agit de mettre en place des solutions adaptées aux problèmes concrets. Des petits cantons prendront d'autres mesures, mieux adaptées à leurs conditions, que les grands.

 

-         L'école enseigne des disciplines clairement délimitées et non pas de vagues "domaines d'enseignement".

 

L'enseignement à l'école primaire doit reposer sur un ordre de disciplines clairement définies (géographie, biologie, histoire, etc.). Remplacer ces définitions précises par de vagues notions comme "espace – temps – société", c'est encourager la dérive de l'enseignement vers un verbiage insignifiant sur des thèmes à la mode.

 

-         Oui aux notes – non au système porte-folio pour remplacer les notes.

 

-         Formation des enseignants par des gens du terrain!

 

-         La fonction du directeur de l'école en tant que courroie de transmission servant à imposer les ordres de l'administration scolaire cantonale doit être supprimée.

 

-         Pas de cours de rattrapage dans les structures d'accueil parascolaires

 

 

UDC education.pdf

 

14:10 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

En effet, ces propositions semblent plutôt sensées (je n'ai pas lu tout le document).

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 10/11/2010

Excellent ! Pour une fois qu'on n'accuse pas les profs de tous les maux et que des propositions intelligentes sont avancées !

Écrit par : enseignant primaire | 10/11/2010

Excellent ! Pour une fois qu'on n'accuse pas les profs de tous les maux et que des propositions intelligentes sont avancées !

Écrit par : enseignant primaire | 10/11/2010

C'est marrant (en fait pas du tout), parce que le catalogue (réduit ici, je n'ai pas lu le document original) de mesures proposées coûterait très cher, par exemple les classes spécialisées à effectifs réduits qui devraient permettre de rescolariser des élèves en rupture (une excellente réforme de gauche!*)... alors que ce même parti (et il n'est pas le seul) prône sans discontinuer le moins d'Etat, c'est-à-dire moins de moyens aussi pour l'instruction publique. Expliquez-moi donc!

* Mais que fait CB?


"Les parents sont responsables de l'éducation de leurs enfants. L'école est responsable de leur formation."

Excellent! L'éducation religieuse évacuée de l'école une bonne foi pour toutes!

Écrit par : Johann | 10/11/2010

Les commentaires sont fermés.