25/11/2010

Le suisse allemand au Cycle d’Orientation

Voilà qui a de quoi décoiffer à mon avis. Monsieur Charles Beer vient de l’annoncer lors du TJ de la TSR : introduction d’une sensibilisation au suisse allemand dans la grille horaire du Cycle d’Orientation ! Tout cela au nom de Harmos bien sûr ! A quand l’introduction du patois valaisan (lequel) à Bâle ou Zürich ?

 

Quoi qu’il en soit, voici quelques points à méditer que nous propose Jean Romain

 

Concernant la nouvelle grille horaire du Cycle d’orientation

 

On insiste sur des disciplines fondamentales et c’est une bonne chose. 

 

1. On regrette cependant qu’on perde une année de latin. C’est donc en 10e année (8e actuelle) que le latin pour latiniste commence. Le latin est un enseignement structurant, les parents comme les élèves y voient clair, et la suppression d’une année est très dommageable pour tous les jeunes qui désiraient commencer cette discipline dès la sortie de l’école primaire. « Attendez, leur dit-on. »

 

 

2. L’enseignement du suisse allemand (initiation) est inutile. On sait déjà combien l’allemand suscite de réticences à Genève. Il n’y a rien qui presse pour le suisse allemand. « N’attendez pas, leur dit-on. »

 

 

3. L’heure d’enseignement des religions a perdu sa spécificité originelle pour devenir une heure d’enseignement des grands textes fondateurs. On perd en précision, et on fait entrer au Cycle d’orientation des thèmes qui seront abordés dans le post-obligatoire.

 

 

On  regrette que la réelle volonté de recentrer l’enseignement sur l’essentiel soit contredite par l’introduction de disciplines intéressantes certes mais sans urgence pour de jeunes esprits de cet âge. Alors que le latin, lui, a été urgent dans la tradition humaniste genevoise.

 

15:10 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

Commentaires

C'est le 1er avril ou quoi?

Écrit par : Jos | 25/11/2010

Il est possible après tout que ce soit que l'os à ronger. Pour faire passer la pilule du latin qui perd une année entière à Genève, on jette au milieu des médias l'os du suisse allemand. On attend ensuite que tout le monde se soit bien excité. On retire l'os en disant qu'après tout, c'est vrai, on s'est un peu avancé.

Et le tour est joué. Le latin amputé passe en douceur.

Écrit par : Jean Romain | 25/11/2010

C'est juste n'importe quoi !!!! Du suisse allemand au CO... Nos dirigeants n'ont-ils plus aucun bon sens??? C'est une suisse allemande qui vous parle... Je vous en supplie , arrêtons de faire n'importe quoi, un peu de bon sens !!
Nos élèves ont déjà assez de peine avec l'allemand et maintenant on veut encore les sensibiliser au suisse allemand pour qu'ils mélangent le tout ? Par ailleurs quelqu'un qui maîtrise l'allemand comprend le suisse allemand!
Ahurissant comme idée!

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 25/11/2010

C'est juste n'importe quoi !!!! Du suisse allemand au CO... Nos dirigeants n'ont-ils plus aucun bon sens??? C'est une suisse allemande qui vous parle... Je vous en supplie , arrêtons de faire n'importe quoi, un peu de bon sens !!
Nos élèves ont déjà assez de peine avec l'allemand et maintenant on veut encore les sensibiliser au suisse allemand pour qu'ils mélangent le tout ? Par ailleurs quelqu'un qui maîtrise l'allemand comprend le suisse allemand!
Ahurissant comme idée!

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 25/11/2010

Ce qui aussi ahurissant c'est qu' veuille introduire le latin pour tous! Juste N'importe quoi! Qu'ils apprennent d'abord le français, TOUS les élèves ... De nouveau GE veut faire mieux et fera bcp moins bien! Que c'est fatiguant de voir certains politiques qui vivent en dehors des réalités!

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 25/11/2010

Ja Grüezie wohl,
Frau Stirnimaa,
Saged Si wie labed Si
wie sind sie au so draa?

Grüezie wohl,
Frau Stirnimaa,
saged Si wie labed Si,
wie gaht´s dam ihrem Maa?

Ja Grüezie wohl,
Frau Stirnimaa,
saged Si wie labed Si
wie sind Sie au so draa?

Ja Grüezie Gott
Frau Stirnima,
saged Si, wie sind Sie au so draa?



Ja grüß Sie wohl
Frau Stirnima,
sagen Sie, wie geht es Ihnen
wie sind Sie so dran?

Ja Güß Sie wohl
Frau Stirnimann,
sagen Sie mir wenn was fehlt
womit ich helfen kann.

Ja Grüß Sie wohl
Frau Stirnimann,
sagen Sie wie geht es ihnen,
wie sind Sie so dran?

Ja Grüß Sie wohl,
Frau Stirnimann,
ich weiss immer
wie man helfen kann.

Jui, Juh, Juh, Hei!

Écrit par : frau Stirnma | 25/11/2010

pourquoi tant de soucis,avec les progrès de la génétique,les enfants dès leurs naissance naitront avec CFC ou maitrise Fédérale!

Écrit par : lovsmeralda | 25/11/2010

Si les écoliers romands ont tant de difficultés pour apprendre l’allemand je pense que cela est dû à une perversion intellectuelle qui avait cours dans le passé. Certains milieux se faisaient un malin plaisir à assimiler les Suisses allemands aux Allemands.

En ce qui concerne les langues mortes latin et grec c’est une volonté unanime de nos autorités qui tentent depuis tant d’années de détruire ces fleurons de la connaissance ; il est vrai qu’ils préfèrent de parfaits robots bien formatés et ne présentant aucun risque pour la société qu’ils nous réservent.

Doué pour les langues mon fils a obtenu il y a quelques années sa maturité au collège de Sécheron en ayant comme langue le français, l’allemand, l’anglais, le latin et le grec.
A noter que sa langue maternelle est le serbo-croate ce qui lui a facilité l’apprentissage du russe.

Dans son actuel profession la connaissance des langues vivantes lui est d’un précieux secours ; quant aux langues mortes elles sont les courroies de transmission des connaissances non perturbées par les néfastes influences de la culture judéo-chrétienne.

Écrit par : Hypolithe | 25/11/2010

Ce qui me fait en plus sursauter quant aux propos de CH.Beer, c'est quand il parle de "sensibilisation". On a bien vu ce que la "sensibilisation à l'allemand" a donné à l'école primaire, c'est bien ce qui était prévu au début..... le résultat est un désastre, car sensibilisation veut dire qu'on ne fait rien de sérieux, un fait du "à peu près", et cela c'est catastrophique.
SOit on enseigne quelque chose en donnant des bases solides, soit on abandonne, mais ces demi-mesures font perdre du temps précieux à tout le monde et l'argent du contribuable !

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 25/11/2010

Les grands textes fondateurs? Chic nos enfants vont pouvoir étudier les auteurs grecs, Rousseau, Voltaire, les Encyclopédistes, Marx, Freud, Reich... tous des auteurs qui sont au fondement de nos sociétés actuelles.

Rappelons que certains autres textes n'ont rien fondé du tout, mais qu'ils ont bien au contraire plongé les société dans l'obscurantisme pour des siècles, empêchant tout progrès des connaissances (interdiction des dissections, assassinats ou condamnation de ceux qui envisageaient le monde autrement, interdiction des représentations humaines, etc.), un obscurantisme dont les sociétés musulmanes ne sont pas encore sorties.

Qu'est-ce qui est plus important dans le monde actuel: connaître la signification de pentecôte ou certaines notions de base de l'économie? Et ensuite devinez le choix des incompétents?

Écrit par : Johann | 25/11/2010

Devoirs:

Commentez et dégagez les valeurs exprimées par les textes suivants:

1)

" Moïse vit que le peuple était livré au désordre, et qu'Aaron l'avait laissé dans ce désordre, exposé à l'opprobre parmi ses ennemis.
Moïse se plaça à la porte du camp, et dit: A moi ceux qui sont pour l'Éternel! Et tous les enfants de Lévi s'assemblèrent auprès de lui.
Il leur dit: Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël: Que chacun de vous mette son épée au côté; traversez et parcourez le camp d'une porte à l'autre, et que chacun tue son frère, son parent.
Les enfants de Lévi firent ce qu'ordonnait Moïse; et environ trois mille hommes parmi le peuple périrent en cette journée.
Moïse dit: Consacrez-vous aujourd'hui à l'Éternel, même en sacrifiant votre fils et votre frère, afin qu'il vous accorde aujourd'hui une bénédiction."

2)

"Mais un homme nommé Ananias, avec Sapphira sa femme, vendit une possession, et, de connivence avec sa femme, mit de côté une partie du prix, et, en apportant une partie, la mit aux pieds des apôtres. Mais Pierre dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, que tu aies menti à l’Esprit Saint et que tu aies mis de côté une partie du prix de la terre ? Si elle fût restée [non vendue], ne te demeurait-elle pas ? Et vendue, n’était-elle pas en ton pouvoir ? Comment t’es-tu proposé cette action dans ton cœur ? Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu. Et Ananias, entendant ces paroles, tomba et expira. Et une grande crainte s’empara de tous ceux qui entendirent [ces choses]. Et les jeunes hommes, se levant, le couvrirent, et l’ayant emporté dehors, l’ensevelirent. Et il arriva, environ trois heures après, que sa femme, ne sachant pas ce qui était arrivé, entra et Pierre lui répondit : Dis-moi, avez-vous donné le champ pour tant ? Et elle dit : Oui, pour tant. Et Pierre lui [dit] : Comment êtes-vous convenus entre vous de tenter l’Esprit du Seigneur ? Voici, les pieds de ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t’emporteront aussi. Et à l’instant elle tomba à ses pieds et expira. Et les jeunes hommes, entrant, la trouvèrent morte ; et ils l’emportèrent dehors et l’ensevelirent auprès de son mari. Et une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui entendaient parler de ces choses."

3)

"Ceux qui refuseront de croire à nos signes, nous les approcherons du feu ardent. Aussitôt que leur peau sera brûlée, nous les revêtirons d'une autre, pour leur faire éprouver un supplice cruel; dieu est puissant et sage."

4)

"Les hommes sont supérieurs aux femmes en raison des qualités par lesquelles dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l'absence de leurs maris ce que dieu a ordonné de conserver intact. Vous répri­manderez celles dont vous aurez à craindre l'inobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle ; dieu est élevé et grand."

Écrit par : Johann | 25/11/2010

Devoirs:

Commentez et dégagez les valeurs exprimées par les textes suivants:

1)

" Moïse vit que le peuple était livré au désordre, et qu'Aaron l'avait laissé dans ce désordre, exposé à l'opprobre parmi ses ennemis.
Moïse se plaça à la porte du camp, et dit: A moi ceux qui sont pour l'éternel! Et tous les enfants de Lévi s'assemblèrent auprès de lui.
Il leur dit: Ainsi parle l'éternel, le dieu d'Israël: Que chacun de vous mette son épée au côté; traversez et parcourez le camp d'une porte à l'autre, et que chacun tue son frère, son parent.
Les enfants de Lévi firent ce qu'ordonnait Moïse; et environ trois mille hommes parmi le peuple périrent en cette journée.
Moïse dit: Consacrez-vous aujourd'hui à l'éternel, même en sacrifiant votre fils et votre frère, afin qu'il vous accorde aujourd'hui une bénédiction."

2)

"Mais un homme nommé Ananias, avec Sapphira sa femme, vendit une possession, et, de connivence avec sa femme, mit de côté une partie du prix, et, en apportant une partie, la mit aux pieds des apôtres. Mais Pierre dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, que tu aies menti à l’Esprit Saint et que tu aies mis de côté une partie du prix de la terre ? Si elle fût restée [non vendue], ne te demeurait-elle pas ? Et vendue, n’était-elle pas en ton pouvoir ? Comment t’es-tu proposé cette action dans ton cœur ? Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu. Et Ananias, entendant ces paroles, tomba et expira. Et une grande crainte s’empara de tous ceux qui entendirent [ces choses]. Et les jeunes hommes, se levant, le couvrirent, et l’ayant emporté dehors, l’ensevelirent. Et il arriva, environ trois heures après, que sa femme, ne sachant pas ce qui était arrivé, entra et Pierre lui répondit : Dis-moi, avez-vous donné le champ pour tant ? Et elle dit : Oui, pour tant. Et Pierre lui [dit] : Comment êtes-vous convenus entre vous de tenter l’Esprit du Seigneur ? Voici, les pieds de ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t’emporteront aussi. Et à l’instant elle tomba à ses pieds et expira. Et les jeunes hommes, entrant, la trouvèrent morte ; et ils l’emportèrent dehors et l’ensevelirent auprès de son mari. Et une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui entendaient parler de ces choses."

3)

"Ceux qui refuseront de croire à nos signes, nous les approcherons du feu ardent. Aussitôt que leur peau sera brûlée, nous les revêtirons d'une autre, pour leur faire éprouver un supplice cruel; dieu est puissant et sage."

4)

"Les hommes sont supérieurs aux femmes en raison des qualités par lesquelles dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l'absence de leurs maris ce que dieu a ordonné de conserver intact. Vous répri­manderez celles dont vous aurez à craindre l'inobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle ; dieu est élevé et grand."

Écrit par : Johann | 25/11/2010

Des cours de sensibilisation au suisse allemand ???...

Cette initiative est stupide et grotesque !

-1° Le suisse allemand, même si c'est la "langue parlée" de nos compatriotes et bien que ceux-ci soient très majoritaires dans le pays, n'est pas une langue écrite, c'est une "langue phonétique" qui se décline en plusieurs idiomes selon les régions. Lequel de ces idiomes servira-t-il de référence dans le cadre de ces cours ?

-2° Le suisse allemand n'est pas une langue nationale et vous ne trouverez nulle part dans la Constitution fédérale, une référence à cette "langue".
Les quatre langues nationales sont énumérées à l'article 4 de la Constitution fédérale :

Art. 4 Langues nationales
Les langues nationales sont l’allemand, le français, l’italien et le romanche.

Voir ici :

http://www.admin.ch/ch/f/rs/1/101.fr.pdf

-3° Comment le DIP s'y prendra-t-il pour organiser ces cours, pour former les enseignants ?

-4° Si l'intention est de renforcer la cohésion nationale, ce que je pourrais admettre, il faudrait que cette initiative émane des autorités fédérales, mais il serait tout aussi important que ces mêmes autorités incitent avec fermeté les cantons de Suisse orientale, et Zurich en premier lieu, à renoncer à faire de l'anglais la première langue étrangère étudiée à l'école.

-5° C'est sur l'apprentissage de l'allemand que le DIP doit porter ses efforts, car cette langue n'est pas seulement la première langue "officiellement parlée" par plus de 70% de la population suisse, c'est aussi la première langue européenne en nombre de locuteurs, près de 100 millions de personnes.

-6° Si l'on veut "sensibiliser" - encore faudrait-il s'entendre sur ce terme - les élèves au suisse allemand, qu'on leur fasse écouter des débats sur les chaînes de radios et TV suisses alémaniques, DRS et SF, mais dans le cadre d'un cours dédié aux institutions suisses ou un cours d'histoire et géographie. Que l'on organise des voyages d'études à Zurich, St-Gall, Bâle ou Berne, plutôt que d'aller à l'étranger, à Rome par exemple, ceci pour évoquer un triste événement récent ...

-7° Ce qui me paraît important, c'est de susciter de l'intérêt chez les élèves pour l'apprentissage de l'allemand standard. Si le Hochdeutsch est maîtrisé, la compréhension du Schwyzerdütsch suivra. Quant à parler suisse allemand, c'est une autre histoire ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/11/2010

Vous critiquez, vous critiquez! Mais l'un d'entre vous autres peut-il nous montrer une photographie aussi "cool" que celle de Monsieur Beer qui est parue dans la TdG d'aujourd'hui?
En politique, c'est cela qui fait toute la différence .....

Écrit par : Mère-Grand | 26/11/2010

"Le latin est un enseignement structurant, les parents comme les élèves y voient clair..." Ça fait des générations qu'on colporte cette légende. Si les élèves qui font du latin paraissent mieux structurés et voir plus clair, c'est que cette option n'est choisie que par des élèves qui avaient déjà ces qualités, enfants de parents qui les avaient également.

Quant à l'enseignement des langues étrangères en milieu scolaire, en tout cas avec les méthodes d'enseignement et les effectifs de classes actuels, on aurait intérêt à poser une bonne fois la question de manière beaucoup plus fondamentale. Le retour sur investissement est généralement extrêmement faible, autrement dit les résultats par rapport aux moyens mis à disposition sont catastrophiques, voire proches de zéro pour une grande partie des élèves. Une langue, ça s'apprend très rapidement quand on en a besoin. Si on n'en a pas besoin, et surtout si on n'a aucune envie de l'apprendre parce qu'on n'a pas l'occasion de l'utiliser pour communiquer et que de surcroit on n'a pas envie de lire dans cette langue, il est inutile d'y consacrer des heures et des centaines de millions de fonds publics.

Vu que les résultats sont dérisoires quand on parle d'enseignement, on imagine quel sera le fruit d'une "sensibilisation*. Encore du temps et de l'argent mal investi.

Écrit par : Rapunzel | 26/11/2010

Je travaille depuis 4 ans à Lucerne. Je vous prie de croire que si j'avais eu une introduction au suisse-allemand à l'école, je m'en porterais beaucoup mieux! Le suisse-allemand est indispensable pour vivre et travailler en Suisse alémanique. Le Hochdeutsch ou Schriftdeutsch est une langue étrangère pour les alémaniques! Avoir des notions de suisse-allemand, cela devrait être une priorité dans les programmes scolaires même à Genève et cela pour la cohésion nationale qui est en train d'exploser sous les coups de l'UDC!

Écrit par : Grégoire Praz | 26/11/2010

À condition d'avoir de bonnes bases d'allemand, pour apprendre le suisse allemand, il suffit généralement de mettre en marche un moulin à café, ceci pour habituer vos oreilles, puis pour la voix, ingurgiter un grand bol de gravier.
Répétez l'opération 5 ou 6 fois par jour pendant 2 ans.

Écrit par : Benoît Marquis | 27/11/2010

@ Benoit Marquis croyez-vous que le Brélaz Daniel soit un exemple pour les suisses allemands qui apprennent le français ?
Le parler vaudois...un dialecte utilisé par les curafifi de Lôzanne et environs !

Écrit par : Hypolithe | 27/11/2010

ya cthe guet'si,pourquoi avoir abandonné la fameuse année au pair en Suisse -allemande,on y faisait nos armes et les habitants d'outre Sarine possédant un énorme savoir enrichissaient notre vie de femme et d^épouse fort recherchées à l'époque,ce qui nous faisait voir la vie sous un autre angle et nous permettait de comprendre celle-ci ,mais loin du foyer des parents,et quand nous revenions toutes les portes s'ouvraient à nous.c'était une étape importante ,nous étions initiées à la vie réelle,dommage que cela ne se fasse plus,c'est une expérience fabuleuse

Écrit par : lovsmeralda | 27/11/2010

@Hypolithe
Évidemment, si vous allez dans les cantons rupestres… il y a mieux pour apprendre le français.
Mais il y a pire aussi, du côté de Martigny, il y a un énergumène à la retraite qui, certains mardis à la RSR, mime le français. Du français même pas fédéral.

Écrit par : Benoît Marquis | 27/11/2010

@ Benoît Marquis c'est vrai que le Pinocchio octodurien brasse beaucoup d'air. C'est qu'en plus du sang valdotain coule dans ses veines. Avec sa voix de stentor il aurait fait un excellent commissaire priseur.

Mais alors que dire du trompettiste de Sumiswald Burkhalter et sa tignasse gominée au Brylcreem et sentant le Pitralon à longueur de matinée. Bien que né à Neuch' il n'a vraiment pas l'accent d'un du bas, c'est-à-dire d'un chevron par opposition au dahut du haut vagabondant sur le "Pod"

Écrit par : Hypolithe | 28/11/2010

Les commentaires sont fermés.