05/01/2011

Des profs choqués et déboussolés

Suite à la décision irraisonnée de Monsieur Beer de supprimer une année d’enseignement du latin, les enseignants du CO et du post-obligatoire ont réagi.

 

Voici la lettre qu’ils ont adressée au Président du DIP.

Leurs propos sont sensés et leurs questions légitimes.

Bien qu’on puisse aisément l’imaginer, on se réjouit tout de même d’apprendre ce que Monsieur Beer répondra…

 

 

Enseignant-e-s de latin du C.O.

Enseignant-e-s de latin et de grec du P.O.   Genève, le 2 décembre 2010

 

 

Monsieur Charles Beer

Conseiller d’État en charge du

Département de l’instruction publique,

de la culture et des sports

Rue de l'Hôtel-de-Ville 6

Case postale 3925

1211 Genève 3

 

 

Concerne : Nouvelle grille horaire du C.O.

 

Monsieur le Président,

 

Nous avons pris connaissance avec consternation, colère et inquiétude de la place accordée au latin dans la nouvelle grille horaire que vous avez adoptée pour le C.O. genevois.

 

Jusqu’à ce jour, et depuis la fondation du C.O., les enfants de tous les milieux pouvaient faire le choix du latin en 7e, pour une année ou pour trois ans, sans préjuger de la suite de leur cursus scolaire. Les élèves avaient ainsi accès, dès leur entrée au C.O., à une culture commune intégratrice et découvraient une discipline structurante et formatrice.

 

Dès 2007, vous aviez reconnu les valeurs éducatives de la langue et de la culture latines au point d’en envisager l’enseignement pour tous les élèves de 9ème HarmoS. Ce défi genevois ambitieux avait été mis en avant lors de la présentation du contre-projet aux initiatives 134 et 138. Il était présenté comme un argument pour un C.O. “exigeant et formateur pour tous”. Bien plus, après le vote du 17 mai 2009, des commissaires ont été chargés, avec dégrèvement à l’appui, d’élaborer un programme et du matériel pédagogique ad hoc.

 

En outre, la grille horaire présentée au printemps 2010 par la Direction générale du C.O. à tous les collaborateurs prévoyait un enseignement de Langue et Culture Latines (LCL) à raison d’une heure par semaine, destiné à tous les élèves de 9ème HarmoS. L’enseignement du latin pour les élèves du regroupement 3 était également prévu sur trois ans, ce qui garantissait un apprentissage progressif, cohérent et équilibré. Or nous constatons que, suite à votre arbitrage, la nouvelle grille horaire, rendue publique le 25 novembre courant, ne comporte plus pour la 9ème HarmoS ni enseignement de Langue et Culture Latines, ni enseignement de latin.

 

Notre consternation n’a d’égale que notre incompréhension face à un tel revirement.

Quels sont les éléments objectifs fondant cette décision ? Pourquoi faire fi des engagements que vous aviez pris avant les votations et qui avaient contribué largement au soutien du contre-projet par divers partis politiques, associations, professeurs et citoyens ?

 

Nous sommes convaincus que la disparition du latin de la 9ème HarmoS non seulement prive nos futurs élèves d’un enseignement qui a fait ses preuves, mais qu’il risque même d’anéantir les efforts de démocratisation entrepris depuis de nombreuses années par les enseignants de latin du C.O. et du P.O. Le choix du latin, dans la grille horaire que vous proposez, est rendu de fait plus difficile et plus élitiste.

 

Dans ces conditions, l’avenir professionnel des enseignants de latin est naturellement fortement menacé. Nous sommes extrêmement inquiets face à la réduction de deux heures de la discipline, à laquelle s’ajoute la suppression de l’enseignement du latin en 9ème HarmoS. C’est en effet dans ce degré-là que nos effectifs actuels sont les plus importants. Nous estimons, sans exagérer, que cette nouvelle organisation fera disparaître plus d’un tiers des heures de latin enseignées à ce jour, soit une bonne dizaine de postes pleins. Êtes-vous bien conscient de ce paramètre ? L’avez-vous pris en considération ?

 

En espérant que vous saurez répondre aux préoccupations que nous partageons avec tous ceux qui sont fiers de la tradition humaniste de l’École genevoise, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

 

 

Les enseignant-e-s de latin du C.O. soussigné-e-s

Les enseignant-e-s de latin et de grec du P.O. soussigné-e-s

 

 

20:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

"Dans ces conditions, l’avenir professionnel des enseignants de latin est naturellement fortement menacé. Nous sommes extrêmement inquiets face à la réduction de deux heures de la discipline, à laquelle s’ajoute la suppression de l’enseignement du latin en 9ème HarmoS. C’est en effet dans ce degré-là que nos effectifs actuels sont les plus importants. Nous estimons, sans exagérer, que cette nouvelle organisation fera disparaître plus d’un tiers des heures de latin enseignées à ce jour, soit une bonne dizaine de postes pleins. Êtes-vous bien conscient de ce paramètre ? L’avez-vous pris en considération?"

Comme disait Francis Kunz dans Groland: "Avec les profs, on commence toujours par parler Culture et on finit toujours par parler gros sous"

Écrit par : Fischer Marc | 05/01/2011

Oh ! Oh ! pas de panique, le latin sera remplacé par le Schwyzerdütsch avec une forte orientation du Beerdütsch ! Faut être moderne, faut vivre avec son temps, non ? Nos bouebes vont prendre un panard du tonnerre de dieu.
http://www.youtube.com/watch?v=fUAvI2pnevQ

Nachtse

Écrit par : Benoît Marquis | 06/01/2011

Les commentaires sont fermés.