18/01/2011

A la mine les enfants !

mineurs-t7724.jpg

 

Quelques parents m’ont interpellé il y a peu de temps afin de me rendre attentif à une pratique en usage dans l’établissement scolaire que fréquente leur enfant. Renseignements pris, il semble que le cas ne soit pas isolé.

 

Qu’en est-il donc ?

 

Certains enseignants, soumis à leur projet d’école, ont coutume de « donner »à leurs élèves les devoirs à domicile à la semaine, du jeudi au jeudi.

 

Il se trouve, par ailleurs, que la nature et la quantité de ces travaux à domicile est telle que leur enfant est incapable de les assumer seul. En l’occurrence, ces enfants de 4 ème primaire (10 ans !) en ont régulièrement pour…au minimum 6 heures hebdomadaires de travail, avec l’aide indispensable d’un de leurs parents!

 

Surpris, j’ai voulu savoir quelles étaient, sur le sujet, les directives données par le DIP.

 

Voici donc les principes qui devraient être respectés selon la Direction de l’Enseignement primaire :

 

-         Les devoirs doivent pouvoir être accomplis par l'élève de manière autonome. Dans cet esprit, ils visent à rendre l’élève responsable de la gestion et de la réalisation de son travail à la maison. L’enseignant a la responsabilité de lui expliquer le sens du travail à effectuer et en quoi ce travail va l’aider dans ses apprentissages.

 

-         Selon l’âge des élèves, la durée des devoirs varie entre une demi-heure par semaine au début de la scolarité obligatoire (1P) et trois heures en fin d’école primaire (6P).

 

-         Les devoirs sont proposés en règle générale à la semaine, par exemple du lundi au lundi, étant entendu que le samedi et le dimanche ne constituent pas l'occasion d'effectuer les devoirs mais plutôt une opportunité pour les parents d'en prendre connaissance.

 

Dans le cas qui nous occupe, force est de constater qu’on est bien loin des principes prônés par le DIP.

Ni l’autonomie de l’élève, ni le temps de travail, pas plus que le respect de la liberté du week-end ne sont respectés.

 

Que font donc les directeurs d’établissement, eux qui justement sont chargés de faire appliquer le règlement, eux qui sont responsables des projets d’école, projets qui bafouent sans vergogne les directives officielles.

 

Qu’il fait bon, aujourd’hui, avoir 10 ans !

 

16:40 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,
Si j'ai bien compris vous voudriez que les enfants n'aient plus de devoirs sur 7 jours? Mes enfants âgés de 12 et 14 ans ont, à partir de la 3ème primaire, toujours eu des devoirs en quantité raisonnable. Les maîtresses voulaient les donner du lundi au vendredi. Avec beaucoup d'autres parents de leurs classes nous avons demandé que l'on donne les devoirs du vendredi au jeudi, car les enfants ont des activités sportives ou autre qui ne leur permettent pas toujours de faire les devoirs le soir en rentrant de l'école. Ce système nous semblait le plus pratique. Il nous permettait de revoir avec nos enfants les difficultés durant le weekend, tranquillement, plutôt que le soir après une longue journée de travail et d'école.
Pouvoir prendre le temps quand il y a le temps de revoir et suivre le travail de vos enfants me semble très important.
Ils n'ont que rarement eu plus de 3 heures de devoirs par semaine.
HarmoS serait passé par là? Apparamment les exigences pour entrer au C.O. ont été revues à la hausse, ceci ferait-il peur aux enseignants du primaire, après toutes ces années de laisser-aller?

Je me réjouis de vous relire très bientôt.
Meilleures salutations.

Écrit par : erge1217 | 18/01/2011

@erge

Merci pour votre commentaire tout à fait intéressant.
Ce que je veux, c'est que le DIP doit faire preuve de cohérence. En l'occurence, les directives du DIP ne sont pas respectées et sont contraires à ces pratiques...ce qui, une fois de plus, me fait douter du travail des directeurs d'école...et de la crédibilité du DIP.
Il faut relever que vous avez eu de la chance puisque, dans votre cas, le temps de tavail semble avoir été à peu près respecté (à signaler que 3 heures sont un maximum...en 6P et pas dans les degrés inférieurs)...mais qu'en est-il de l'autonomie de vos enfants face à leurs devoirs? Votre point de vue est respectable mais en ce qui me concerne, j'aimerais pourtant mieux que les devoirs soient "épargnés" aux enfants durant le WE et surtout éviter les abus qui obligent certains à y passer leur dimanche. Je pense en effet, qu'il ne devrait pas être problématique d'étaler ces devoirs sur 5 jours....à condition que les principes du contenu et du temps soient respectés et que l'on sache faire la part des choses avec les activités extra-scolaires qui ne doivent pas non plus être trop envahissantes.

Écrit par : Duval | 18/01/2011

alors à quand le devoir unique?sous peu les enfants dès le 6janvier auront les devoirs pour l'année,décidément on arrête pas de progresser mais à l'envers du bon sens!et tout le monde à l'ordi ainsi depuis la maison ,les enfants n'auront plus besoin de se déplacer,mais dès 30 ans souffriront de maladies génétiques encore bien plus graves que la flemmingite aigüe!

Écrit par : lovsmeralda | 18/01/2011

Il faut dire que nous avons la chance d'avoir des enfants assez indépendants dans leur travail scolaire. Et oui, la charge de travail était progressive entre la 3P et la 6P. Elles font du sport deux fois par semaine. Quand elles étaient à l'école primaire, elles avaient en plus la chance de participer en 4ème et 5ème primaire aux mercredis à ski organisés par la commune. Sans les devoirs du vendredi au jeudi, ça n'aurait pas été possible.

Je pense que les directives du DIP sont de toute façon juste là pour faire joli. La réintroduction des notes au primaire m'avait déjà fait rire il y a 4? ans. Le DIP tout fier de fournir ce que le peuple demandait, mais en fin de compte ces notes, telles qu'elles étaient présentées dans le carnet ne voulaient et ne veulent toujours pas dire grand-chose.

Avez-vous déjà essayé de discuter avec un directeur d'école concernant un problème dans la classe de votre enfant. Très souvent on préfère "cacher" les dysfonctionnements, de peur que l'école n'aie une mauvaise réputation (je pense notamment à ce qui s'est passé à l'école de la Tour du Grand-Saconnex l'été passé - la Tribune en a parlé).

Écrit par : bigleuse | 18/01/2011

en général on donne pas assez de devoirs au DIP et tout le monde le sait bien:
la question c'est de redresser enfin l'école genevoise en général, de la sortir de l'emprise des gauchistes bobo/caviar, nian-nians à outrance, surprotectrice avec les jeunes en les maternant constament (en leur donnant toujours du pré-mâché à tout bout de champ), ou de régler des vieux comptes avec la hiérarchie (certes incompétente et hypertrophiée) en jouant les pointilleux systématiquement, pour trouver la faille dans des conflits de personnes?!
attention à rester sur un combat de fond en toute cohérence pour garder une ligne de claire aux yeux des citoyens de ce canton si mal dirigé (un scoop?)
sinon gare au perdage de plume, des gens mal intentionés attendent que ça!

Écrit par : job | 18/01/2011

Les commentaires sont fermés.