19/03/2011

Des députés peu responsables ou inconscients des urgences

En 2006, le peuple acceptait l’initiative de l’Arle qui réintroduisait les notes certificatives à l’école primaire.

Cela fait donc maintenant 4 ans qu’est entré en vigueur le nouveau règlement qui en a découlé.

Est-il nécessaire de le répéter, ce règlement précise très clairement que des mesures d’appui sont obligatoires pour les élèves qui sont promus par dérogation ou tolérance.

Depuis toutes ces années, avec l’Arle, je n’ai pas cessé de réclamer des mesures qui se doivent d’être efficaces, contrairement aux broutilles qui nous sont servies actuellement.

Il se trouve qu’une poignée de députés du Gand Conseil semble enfin s’en inquiéter.

Ils ont déposé, en novembre 2010, une proposition de motion intitulée « pour donner les moyens à l'école primaire de mettre en place de vraies mesures d'accompagnement ».

 

On pourrait s’en réjouir et attendre que le Grand Conseil y donne suite au plus vite, l’urgence étant évidente.

 

Quatre ans de déshérence…n’est-ce pas suffisant?

 

Pourtant tout ce beau monde d’élus ne semble pas pressé !

 

Cet objet est en effet en attente de traitement depuis novembre 2010 mais il risque fort de le rester encore une année puisqu’il est actuellement en 89ème position de l’ordre du jour du Grand Conseil !

 

Une année de plus pendant laquelle les élèves concernés continueront à payer les frais.

En attendant donc que nos députés décident éventuellement de l’urgence pour traiter de cette motion, je vous en livre le contenu.

 

Secrétariat du Grand Conseil

Proposition présentée par les députés :

Mmes et MM. Esther Hartmann, Sylvia Nissim,

Marie Salima Moyard, Jean-François Girardet,

Jean Romain, Pierre Losio et Charles Selleger

Date de dépôt : 24 novembre 2010

 

Proposition de motion

« Pour donner les moyens à l'école primaire de mettre en place de vraies mesures d'accompagnement »

 

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant :

 

– que le règlement d’enseignement primaire REP (C1 10 21) exige la mise en place de mesures d’accompagnement spécifiques et pédagogiques pour les élèves de l’école primaire ayant redoublé ou ayant passé « par tolérance » ;

 

– le manque de moyens logistiques et de personnel qualifié à disposition des écoles primaires pour répondre à ce mandat ;

 

– l’augmentation du nombre d’élèves se trouvant en difficulté ou confrontés à ce type de situations ;

 

invite le Conseil d’Etat

 

– à vérifier les besoins réels de mesures d’accompagnement au primaire, en concertation avec les établissements ;

 

– d’établir les manques éventuels à l’accomplissement de ce mandat que ce soit en personnel, en logistique ou en moyens financiers ;

 

– de présenter les résultats de ces évaluations sous la forme d’un rapport au

Grand Conseil ;

 

– et, si la situation le requiert, de créer une ligne budgétaire supplémentaire afin d’y remédier.

 

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

Mesdames et Messieurs les députés,

 

En septembre 2006, l’approbation de l’initiative populaire 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire » a conduit à la modification du règlement d’enseignement primaire REP (C1 10 21) qui a vu l’introduction de mesures d’accompagnement spécifiques pour les élèves se trouvant en situation de redoublement ou de passage par tolérance. Les élèves ne pouvant redoubler qu’une seule fois dans le cursus de l’école primaire, et passant automatiquement au niveau supérieur si leur moyenne n’est pas inférieure à 3, ces mesures d’accompagnement se trouvent fréquemment sollicitées depuis la réintroduction des notes à l’école. Un certain nombre d’enseignants se trouvent alors confrontés à davantage d’enfants qu’ils ne peuvent accueillir pour de telles mesures que ce soit en raison du manque de personnel qualifié ou du manque de salles. Si certaines classes d’études surveillées peuvent se permettre d’employer des étudiants pour pallier au manque de personnel, les mesures d’accompagnement spécifiques exigent quant à elles des compétences professionnelles particulières que ceux-ci ne peuvent remplir.

Etant donné les circonstances actuelles de changements multiples tant à l’école primaire qu’au cycle d’orientation et le relèvement des exigences scolaires, de telles mesures d’accompagnement sont d’autant plus indispensables.

En conséquence, les motionnaires demandent au Conseil d’état d’établir une évaluation précise des besoins concrets en mesures d’accompagnement à l’école primaire et à relever le cas échéant les manques éventuels. Les signataires demandent également la restitution de ces observations dans un rapport au Grand Conseil et la création éventuelle d’une nouvelle ligne budgétaire consacrée aux mesures d’accompagnement.

Au vu des arguments et des besoins présentés ci-dessus, nous espérons que vous réserverez un accueil favorable à la présente motion.

12:52 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

inconscients sans hésitation,au fait serait-ce un nouveau test pour savoir si on a trouvé la solution du mot,socioconstructibilité,Titeuf aurait vite fait d'y ajouter le mot débilité,avec tout le respect que je vous dois
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 20/03/2011

Le retour des notes n'a pas changé grand chose au problème et les élèves genevois sont toujours aussi médiocres.

Écrit par : Patrick Lehman | 23/03/2011

Je demande demain matin l'urgence pour envoyer cette Motion à la comm. Ens.

Écrit par : Jean Romain | 23/03/2011

Voilà, amis de l'école primaire, le Grand Conseil a urgemment envoyé cette motion à la comm. ens.

Écrit par : Jean Romain | 24/03/2011

Les notes restent une bonne pratique, cela permet aux élèves de réaliser qu'ils doivent mettre les bouchées doubles pour passer à la classe supérieure. Pour les parents, ils réalisent mieux dans quelle branche leur enfant "pêche". Ils peuvent ainsi leur payer des cours privés de rattrapage.
Quant aux notes de conduites, c'est important, punir un élève ne lui a jamais fait de mal, bien au contraire, cela lui permet d'apprendre à se socialiser. Les parents pourront ainsi connaître comment leurs enfants se comportent à l'école et les suivre un peu mieux au sein de leur éduction.

Écrit par : rose des sables | 25/03/2011

Les notes restent une bonne pratique, cela permet aux élèves de réaliser qu'ils doivent mettre les bouchées doubles pour passer à la classe supérieure. Pour les parents, ils réalisent mieux dans quelle branche leur enfant "pêche". Ils peuvent ainsi leur payer des cours privés de rattrapage.
Quant aux notes de conduites, c'est important, punir un élève ne lui a jamais fait de mal, bien au contraire, cela lui permet d'apprendre à se socialiser. Les parents pourront ainsi connaître comment leurs enfants se comportent à l'école et les suivre un peu mieux au sein de leur éduction.

Écrit par : rose des sables | 25/03/2011

Les commentaires sont fermés.