22/04/2011

Timeo Danaos et dona ferentes

trojan_horse.jpg

 

Mon ami Bernard Favre, militant du parti radical, me livre une analyse littéraire qui, sous des couverts de déclaration d'amour pour le latin, semble plutôt s'adresser à ceux qui s'interrogent sur les alliances électorales.

Bernard Favre a toujours fait partie de ceux qui pensaient qu'une alliance avec l'UDC était inutile et contreproductive.

 

Voici donc le texte:

 

Je suis de ceux qui aiment le latin. Qui l’ont aimé même avec passion pendant leurs études. Le latin, c’est bien sûr la matrice de la pensée occidentale. Bien plus que le Grec, que l’Eglise a pris soin de mettre à l’écart pendant 10 siècles afin d’empêcher les ignorants que nous sommes d’aller lire les Evangiles dans leur langue d’origine.  Le latin, c’est l’épaisseur de notre vocabulaire, la richesse de notre histoire, le poids de la religion, la structure du droit pénal et civil.

 

Et c’est aussi, surtout, le véhicule d’une pensée formidablement riche et synthétique. « Cuique suum » : à chacun le sien.  Ou encore : « Homo homini lupus », sujet de combien de dissertations sur la capacité de l’homme à se nuire à lui-même.

Orfèvre parmi les orfèvres, Virgile nous a laissé, taillées comme des diamants pour l’éternité, certaines injonctions à l’économie verbale cinglante. Deux mots, ou cinq, suffisent aux esprits qui veulent bien ouvrir leurs fenêtres à cette lumière brûlante surgie du fond des âges. « Horresco referens », je frémis d’horreur en racontant ce qui s’est passé, explique Enée au moment de narrer, après la chute de Troie, la mort de Laocoon. Oui, je frémis d’horreur en narrant la mort du sage prêtre, dans l’étreinte abhorrée et venimeuse de deux serpents, alors qu’il tente vainement de sauver ses fils. Oui, je frémis d’horreur en narrant Troie, proie des flammes et inondée de sang, pour n’avoir pas su écouter la mise en garde du même Laocoon.

 

Car quelques heures avant le massacre, sur la plage, tandis que les Troyens découvraient le cheval laissé là par des Grecs prétendument en déroute, Laocoon étaient bien seul à avertir ses concitoyens, aveuglés par la soif d’une victoire improbable, assourdis par le vacarme d’un triomphe fantasmé. Ce cadeau des Grecs, qui nous ont combattus sans pitié, méfions-nous en. « Timeo Danaos et dona ferentes ». Je crains les Grecs, même - et surtout - lorsqu’ils nous portent des cadeaux.

 

La puissance de cette phrase. Car on peut aussi entendre une autre phrase, cachée dans le ventre de la première : «Timeo Danaos, et dona ferenta.» Je crains les Grecs, et les cadeaux qui les portent. La vérité, l’horrible vérité, cachée dans le ventre du Cheval grec, se cache dans la formule de Laocoon elle-même. Les naïfs croient que nos ennemis nous offrent un cadeau. La sagesse commande de lire que, en réalité, c’est leur cadeau qui les fera entrer dans la Cité. Pour la réduire en cendres.

 

Bernard Favre

 

 

09:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/04/2011

Soyons vraiment très clairs !

Suite à mon billet et celui que vient de poster Madame Roullet, je me dois de vous communiquer les chiffres officiels.

Au primaire, 2ème cycle, (soit de la 3P à la 6P), le nombre de jours d’école par année est de :

Berne                                                                                   175,5

Fribourg                                                                              171

GENEVE                                                                              151

Jura                                                                                      185

Neuchâtel                                                                           175,5

Tessin                                                                                   159,5

Valais                                                                                   167

Vaud                                                                                    171

 

En terme de minutes, au total pour les 4 mêmes degrés (3P à 6P), SANS LES COURS D’EDUCATION RELIGIEUSE:

Berne                                                                                   200070

Fribourg                                                                              197600

GENEVE                                                                              196300

Jura                                                                                      196560

Neuchâtel                                                                           196560

Tessin                                                                                   211151

Valais                                                                                   215040

Vaud                                                                                    205200

 

Je le répète donc, il est indéniable que, soit en jours d’école soit en minutes d’enseignement, Genève souffre d’un certain déficit par rapport aux autres cantons romands.

Il semblerait, d’autre part, que TOUS les cantons, y compris le Valais (qui y réfléchit), s’apprêtent à encore augmenter leur quota d’heures d’enseignement.

Genève devra donc se mettre au diapason !

Mais toute la question est de savoir où placer ces heures que notre canton devra bien instaurer et qu'y mettre !

Mercredi matin d’école ou allonger l’horaire journalier pour préserver la semaine de 4 jours ?

13:40 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

18/04/2011

Rassemblement des étudiants de l’IUFE, formation des enseignants contestée

Il y a bien longtemps que, à Genève, l’Arle dénonce les méfaits de l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants (IUFE).

Aujourd’hui, des étudiants sortent du bois et osent enfin se faire entendre pour, à leur tour, dénoncer les nombreux dysfonctionnements de cette formation.

Ils font preuve de courage et organisent donc un rassemblement de contestation auquel je vous invite à participer massivement.

 

Voici leur message :

Cher Iufiennes, Chers Iufiens,

Suite à l'assemblée générale de l'Association des Futurs Enseignants (association des étudiants de l'IUFE) qui s'est déroulée le 15 mars 2011, nous vous proposons un rassemblement le mercredi 4 mai 2011 à 13h15 devant le Pavillon Mail. Concrètement, il s'agira de se réunir devant le PM plutôt que d'aller en cours (rafraîchissements prévus).

Par cette action nous aspirons à :

- une meilleure organisation
- une attitude plus respectueuse envers les étudiants
- le rétablissement de la session d'examens d'août
- la reconnaissance de la formation au niveau fédéral

Rappelons que nous avons déjà fait part de notre profond mécontentement envers l'institut, il y a plusieurs mois de cela, à travers divers articles de presse (Le Temps, la Tribune) mais que les remédiations se sont avérées insignifiantes. Le fait que le début de ce semestre de printemps se soit déroulé dans la désorganisation la plus complète l'illustre suffisamment. De plus, le comité de l'AFE a procédé à diverses entrevues avec la direction, mais elles n'ont abouti à aucune amélioration concrète.

Bref, réunissons-nous donc maintenant pour faire valoir notre droit à une formation correcte et afin qu'elle le soit aussi pour les futures générations de iufienNEs. Aussi, nous comptons sur chacun d'entre vous  pour assister à ce rassemblement. De notre nombre dépendra notre succès.

Un groupe d’étudiants

Pour rappel :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/10/19/for...

 

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/10/27/les...

 

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/11/20/mal...

 

 

 

 

10:54 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/04/2011

Faudrait savoir !

Oui, en effet, faudrait savoir, Monsieur Beer.

A la question pourquoi faut-il augmenter l’horaire scolaire des écoliers genevois, le conseiller d’Etat en charge du DIP répond dans la Tribune de Genève du jeudi 14 avril :

-         Il serait irresponsable de ne pas augmenter l’horaire des petits genevois, dont les résultats sont inférieurs aux autres Romands.

-         L’objectif premier est le niveau de l’école genevoise – régulièrement brocardée à travers les études PISA – qui exige une inversion de la situation

-         Ajouter quatre périodes à l’horaire scolaire fait partie des mesures indispensables pour améliorer nos résultats

-         Aujourd’hui, Genève a la gueule de bois !

Ainsi donc, les mauvais résultats de Genève au test PISA seraient dus, pour une part non négligeable, au manque d’heures d’enseignement dont bénéficient les écoliers genevois.

 

Moi, je veux bien…mais alors, faudrait savoir…parce que…

Comment se fait-il que ce même Monsieur Beer, en cœur avec la CDIP (Conférence des Directeurs de l’Instruction Publique), venait, tout fier, nous annoncer en décembre dernier, lors de la publication des résultats PISA 2009, que la Suisse avait comblé son retard et nettement progressé pour se situer maintenant dans le haut du classement des pays classés ?

La question devient alors très simple.

Genève est-elle dans la même situation ? A-t-elle, elle aussi suivi cette progression ?

Parce que si c’est le cas, les élèves testés à PISA 2009 étaient pourtant bien soumis à l’horaire actuel, celui qu’il serait aujourd’hui irresponsable de maintenir !

Ou plutôt…Genève fait-elle exception en Suisse ?

Serait-ce à dire alors que les « craintes » dont je vous avais fait part sont fondées ?

A savoir que ces résultats de Genève au test PISA 2009 sont d’ors et déjà parfaitement connus de Monsieur Beer alors que, pour des raisons "obscures", ils resteront encore longtemps top secrets pour le reste du monde... et que les écoliers genevois, eux, n’auront pas progressés d’un pouce, voire régressés ?

Un aveu d’échec Monsieur Beer ?

Réponse dans environ huit mois !!!

Pour rappel :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2011/03/07/que...

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/12/08/coc...

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/12/index....

17:42 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

14/04/2011

Parabole

187187sierra-nevada-parabole.jpg

 

En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne.  Lorsqu'il fut assis, les douze vinrent à lui.

Il leva les yeux sur ses disciples et leur dit :
- Bienheureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux leur appartient.
- Bienheureux ceux qui souffrent car ils seront consolés...
- Bienheureux les doux car ils  possèderont la terre...
 
Quand Jésus eut terminé, Simon-Pierre dit : "- Il fallait écrire ?"
Puis André demanda :  "- Est-ce qu'on doit apprendre tout ça ?"
Et ! Jacques :  "- Il faut le savoir par cœur  ?"
Philippe ajouta : "- C'est trop dur !"
Jean dit : "- J'ai pas de feuille !"
Et Thomas ajouta : "- Moi, j'ai plus d'encre dans mon stylo !"
Inquiet, Barthélemy demanda : "- Y aura une question aux examens ?"
Et Marc interrogea : "- Comment ça s'écrit "bienheureux"" ?

Matthieu se leva et quitta la montagne sans plus attendre et disant : "- Je peux aller aux toilettes ?"

Simon précisa : "- Ça va sonner."
et Judas dit enfin : "- Vous avez dit quoi après pauvres ?"

Alors, un Grand Prêtre du Temple s'approcha de Jésus et lui dit :
- Quelle était ta problématique de départ ?
- Quels étaient tes objectifs transversaux ?
- A quelle compétence faisais-tu appel ?
- Pourquoi ne pas avoir mis les apôtres en activité de groupe ?
- Pourquoi cette pédagogie frontale ? Était-elle la plus appropriée ?

Alors, Jésus s'assit et se mit à pleurer.

 

 

11:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

13/04/2011

Mercredi d’école ? Que les choses soient bien claires !

Ainsi donc référendum il y aura.

Il ne fait aucun doute que la SPG (société pédagogique genevoise), réunie hier soir en assemblée générale, obtiendra le nombre de signatures nécessaires à son aboutissement.

Le peuple décidera donc et c’est fort bien.

Mais pour cela, encore faut-il que celui-ci soit correctement informé afin de juger en connaissance de cause des tenants et aboutissants du problème.

Qu’en est-il donc ?

De l’horaire des écoliers du cycle 2, c’est-à-dire des degrés 3P/4P/5P et 6P actuels (5/6/7 et 8 selon Harmos). Des élèves de 8 à 11 ans.

Selon des chiffres officiels, en comparaison avec les écoliers d’autres cantons, les genevois se situent dans une honorable moyenne mais ils souffriraient d’un manque d’heures d’enseignement par rapport aux cantons les mieux dotés, à savoir le Valais et Fribourg. C’est donc sur eux que les autres cantons devront s’aligner.

Soit.

Il convient alors de comparer ce qui est comparable. C’est à cette tâche que je vais tenter de me livrer en comparant Genève avec le canton du Valais.

Mais attention…à moins que le DIP genevois veuille introduire des heures de religion (en suisse-allemand bien entendu !), il convient, avant tout, de retirer ces heures du décompte valaisan. Ce sont donc 76 périodes (de 45 minutes) annuelles dont il ne faut pas tenir compte, ce qui porte, en Valais, le total des périodes à 1200 pour 1100 à Genève.

Un déficit genevois de 100 périodes par année !

Mais de quoi se composent-elles exactement ?

Il serait, en effet, trompeur de prétendre qu’il s’agit là, d’enseignement du français ou des mathématiques uniquement.

Voyons cela d’un peu plus près et observons, ce qu’il en est dans les degrés concernés, dans chacune des disciplines.

Par année :

Français, en Valais on compte 85 périodes de plus qu’à Genève

Allemand, 30 périodes de plus qu’à Genève

Mais par contre:

Mathématique, en Valais 3 périodes de moins qu’à Genève

Géo/Histoire/Sciences 23 périodes de moins

Travaux manuels/Dessin 6 périodes de moins

Education musicale 10 périodes de moins

Gymnastique 2 périodes de moins

 

Le constat est assez clair.

Genève semble donner la préférence à certaines disciplines, notamment « artistiques », au détriment des disciplines dites « principales » telles le français et l’allemand.

Faut-il alors penser à redistribuer ces heures de façon à « égaliser » ce qui se fait dans chaque canton ?

 

Quoiqu’il en soit, Genève, devra, pour se porter à hauteur du Valais, augmenter l’horaire des écoliers d’une petite centaine d’heures d’enseignement par année. Il en va de même, dans d’autres proportions, pour tous les autres cantons romands, à l’exception de Fribourg.

100 périodes de 45 minutes à répartir sur 38 semaines d’école par année…

Le devoir des citoyens sera de juger à quel moment les placer…

-         En maintenant la semaine de 4 jours, soit moins de 120 minutes par semaine, ce qui fait 30 minutes de plus par jour soit 15 minutes par demi-journées.

-         En acceptant la semaine de 4,5 jours avec le mercredi matin d’école (180 minutes), ce qui entraînerait alors, comparé au Valais, une augmentation supplémentaire d’une heure par semaine.

 

Enfin, afin de répondre aux nombreux commentateurs qui invoquent la paresse des enseignants genevois, je rappelle que leur temps de travail restera le même ! Les heures supplémentaires seront, en principe, prise en charge par l’ouverture de postes supplémentaires.

15:53 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

07/04/2011

Mais où est donc passée Dorothée ?

johnny-hallyday.jpg

 

Oui, qu’est-elle devenue Dorothée?

Affalé en plein soleil sur un transat, je me laisse "bercer"  au rythme des chansons que me déverse mon i-pod, mode aléatoire…

C’est toute mon adolescence qui ressurgit. Little Richard, Eddy Cochran, Jerry Lee et tous les autres, ceux qui reprenaient ces tubes en les adaptant en français : Les Chaussettes Noires, les Chats Sauvages…et Johnny Hallyday.

« Je cherche une fille », c’est la chanson qui soudain m’a sorti de ma torpeur.

Toute une époque ! Celle où ce brave Jojo enregistrait chez Vogue…1960 ! Cette année là !

Par trois fois je m’y suis repris pour bien écouter les paroles qui m'avaient échappé pendant toute ces années…vraiment toute une époque…!

Depuis, 1968 est passé par là.

Alors, pour vous Mesdames, paroles sans musique:

 

Oh!
Sur les boulevards quand vient le soir
Je m’en vais de mon pas traînard
Rien dans les poches, tout dans le regard
Pourquoi, oh oui pourquoi?

Je cherche une fille
Oh oh oh
Je cherche une fille
Yeah hé hé
Pour l’emmener
Faire un petit tour au ciné

Oh!
Comme je n’ai pas un seul radis
Je ne peux pas faire de folie
Lui payer même une menthe à l’eau
Pour moi oh oui c’est trop

Je cherche une fille
Oh oh oh
Je cherche une fille
Yeah hé hé
Afin de faire
De faire l’amour buissonnière

Oh!
Si parfois vous en avez une
Envoyez la blonde ou la brune
Pourvu qu’elle ait un peu de fortune
Un peu oh oui de fortune

Je cherche une fille
Oh oh oh
Mais je la veux très très jolie
Pour l’embrasser
Sans avoir à me forcer

Oh!
Ce n’est pas facile je vous le dis
Surtout quand on la veut ainsi
Riche et belle avec de l’esprit
Voilà oh oui pourquoi

Je cherche une fille
Oh oh oh
Je cherche une fille
Genre modèle
Et qui serait
Intelligente et fidèle

Je cherche une fille
Oh oh oh
Mais comme j’suis pas près de la trouver
Je vais garder
Je vais garder Dorothée

 

 

13:51 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook