20/06/2011

Le smic culturel

Texte de Jean Romain, paru le 19 juin sur Commentaires.com

L’école s’enfonce toujours plus dans sa longue agonie : les nouveaux moyens romands d’enseignement du français seront prochainement introduits dans les écoles primaires de Romandie. C’est consternant !
On ne peut pas l’attribuer seulement à l’idéologie soixante-huitarde, à l’interdit d’interdire, au tout est dans tout, aux farines issues de cette mouvance. Non. Mai 68 est mort, et à lui seul le mouvement n’a pas eu ce pareil pouvoir de durer, 45 ans plus tard. La destruction scolaire est planifiée de longue date, et Mai 68 n’est pas la cause essentielle même si cela a joué un rôle. De Mai 68 à Mai 78, c’est la décennie durant laquelle la gauche a renoncé à se battre et elle a fait allégeance à l’économie. Cette histoire d’une défaite est intéressante et devrait faire l’objet d’une vaste étude. Bien plus puissante qu’une gauche en déliquescence en Europe, qu’une gauche qui n’a plus d’idée du tout et qui pleurniche, c’est la montée des idéologies du marché qui a renversé l’école. La machine ici est puissante, énorme, monstrueuse. Voici de quoi susciter quelques réflexions :
« La mondialisation – économique, politique et culturelle – rend obsolète l’institution implantée localement et ancrée dans une culture déterminée que l’on appelle “l’école” et, en même temps qu’elle, l’enseignant ». (Learning and Technology in OECD Countries, OCDE 1996).
«  Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire par exemple les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités (…). Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement et l’école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l’établissement voisin, de telle sorte que l’on évite un mécontentement général de la population. » (Christian Morrisson, La faisabilité politique de l’ajustement, Cahier de politique économique n°13, Centre de développement de l’OCDE, 1996). « A terme, le rôle des pouvoirs publics se limitera à assurer l’accès à l’apprentissage de ceux qui ne constitueront jamais un marché rentable et dont l’exclusion de la société en général s’accentuera à mesure que d’autres vont continuer de progresser. ” (Adult Learning and Technology in OECD Countries, OCDE 1996).
Sans oublier le mot d’ordre de l’OMC : «  Les deux derniers bastions à conquérir sont la santé et l’éducation. » …
Reprenez votre souffle, et jaugez à ces quelques citations l’ambition de ceux qui mettent en œuvre la destruction de l’école, de ceux qui l’ont pensée, de ceux qui la peaufine tous les jours, et de tous les porteurs d’eau qui assurent l’huilage du système parce qu’ils sont tellement sots, y compris les politiques, y compris les partis de gauche de nos parlements, qu’ils croient que « mettre l’élève au centre » c’est lui rendre service. La machine fonctionne de l’entrée à l’école jusqu’à la fin de l’Université.
Et les velléités de résistance face à ce qui n’est pas un complot (puisque tout est clairement dit, expliqué, admis, écrit noir sur blanc) sont étouffées parce que noyées dans le seul projet monomaniaque de nos sociétés : « faire la fête ». Du 1er janvier au 31 décembre, faire la fête semble la seule faim collective, donnée en tout cas comme désirable par tous. “Faire la fête” permet de faire passer en douceur l’idée de ce smic culturel.

15:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Ceux qui voient Mai 68 comme une réussite scolaire sont à coté de la plaque,le new âge ouvrait la porte toute grande à toutes les sottises scolaire,summer Hill.la vraie débâcle scolaire commençait on peut juger du résultat sur le nombre de mouvances sectaires et religieuses essayant pas tous les moyens de s'octroyer le droit de gouverner la famille,on n'ose imaginer le chantage affectif et monétaire s'en suivant,travailer pour donner de l'argent à certaines écoles pour être au moins sûr que votre enfant exige de vous ce qu'aucun patron intelligent ne fera jamais,ensuite on victimisera ces enfants devenus ados qui ont des parents incapables de gérer leurs émotions on le serait à moins surtout en lisant que l^école et l'éducation sont les derniers bastions,et on ose demander aux autres pays comme ceux du Moyen- Orient à se rebeller et venir en suisse ,on ose à peine sourire l'OMC serait-elle islamiste?

Écrit par : lovsmeralda | 20/06/2011

L'OMC, la politesse voudrait qu'on dise à ces messieurs vous faites déjà assez de sottises sans vous occuper de l'enseignement,car considérer l'enfant comme marchandise ou objet ,nous concernant nous les vieux on veut bien mais de grâce occupez vous de vos choux et consacrez vous à l'agriculture sans OGM et laissez le monde de l'école aux enseignants,et le parental aux parents!

Écrit par : caramel | 20/06/2011

Les commentaires sont fermés.