27/06/2011

T’es pour ou contre le mercredi d’école?

Mais alors, Duval…quelle est sa position ?

Le référendum contre l’introduction du mercredi matin d’école, il le soutient ou pas ?

Des amis m’ont tout récemment posé la question.

Je reviens donc sur le sujet, bien que je pense avoir été clair dans mes billets précédents.

A mon sens, il ne fait aucun doute que Genève devra augmenter sensiblement l’horaire scolaire des écoliers du primaire.

Non pas, comme certains essayent de le faire croire, parce que Harmos l’imposerait. Tout comme il est faux de croire qu’il suffit simplement de plus de temps d’école pour améliorer miraculeusement les résultats du canton aux tests PISA.

Car ce n’est pas une question de temps mais plutôt de contenu et de qualité d’enseignement.

Que va-t-on faire de ce temps supplémentaire, voilà la seule question raisonnable à se poser.

Et c’est là que le bât blesse.

Ce ne sont pas, en effet, les deux heures hebdomadaires d’anglais qui suffiront à « meubler » la totalité de cette augmentation d’horaire. Alors, quid du reste de ce temps scolaire en plus ?

Du côté des « pro-mercredi », sur ce sujet, c’est le silence

On reste également sur sa faim quant aux arguments des référendaires. Prétendre au statut quo est une grave erreur de leur part et persister dans cette voie mènera à coup sûr à l’échec en votation populaire.

On attend donc de leur part une proposition concrète qui remplacerait celle de l’introduction du mercredi matin d’école.

Si les référendaires et ceux qui les soutiennent veulent garder une certaine crédibilité, ils se doivent donc de nous dire comment ils comptent concrètement augmenter cet horaire de l’écolier.

Si ce n’est pas le mercredi, où donc placer les heures supplémentaires ? Allonger chacun des quatre jours scolaires actuels ? Rétablir les heures du samedi matin ?

Dans ces conditions, tant que je n’aurai pas la réponse à cette question et surtout tant que le DIP n’aura pas dévoilé clairement ce qu’il prévoit de faire de ces heures supplémentaires, je serai bien évidement dans l’incapacité de me prononcer.

 

20:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

essayez de meubler un instant vide de sens ou meubler une heure laissée à l'abandon par une langue,décidément les métaphores de la langue françaises sont géniales je ne sais si celle-ci eut l'heure de plaire aux futures déménageurs de l'époque et c'est en riant que je vous souhaite
une bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 28/06/2011

Les commentaires sont fermés.