10/10/2011

On refuse d’instruire au DIP

Le bulletin d'information Correspondances N°38, essentiellement consacré aux moyens d'enseignement du français à l’école primaire vient de sortir.

Effarant !

A Genève tout semble mis en œuvre pour déstructurer l’enseignement. Les nouveaux moyens d’enseignement du français (MMF) choisis par Genève en sont un exemple navrant.

A la lecture de « Correspondances », on apprend, en guise d’introduction, que, pour Genève, « la décision de retenir MMF plutôt que « L’île aux mots » a été motivée par le fait que MMF est le plus à même d'honorer les objectifs du PER en français » !!!

Rien que ça !

Je me demande ce qu’en penseront les autres cantons romands qui ont choisi « l’île aux mots »…seront-ils donc moins capables que Genève de répondre aux objectifs du PER ?

Force est de constater, à la lecture de ce bulletin, que cette « genevoiserie » n’est pas anodine puisque ce choix «implique un changement de paradigme d'enseignement important dans l'articulation entre français 1, (communication) et français II (grammaire, conjugaison, vocabulaire et orthographe)».

 

MMF met en effet essentiellement l’accent sur le français 1 via la lecture de différents « genres littéraires» censée ensuite aboutir à la rédaction de textes….

 

Evident bien sûr…

Mais voilà…le hic, c’est que cela tient du miracle !

 

Car les élèves n’ont tout simplement pas les moyens de s’acquitter d’une telle tâche tant, dans MMF, l’enseignement de la structure de la langue est pauvre, insignifiant.

 

Pas d’apprentissage sérieux de la grammaire, de la conjugaison, du vocabulaire et de l’orthographe !

 

Dès lors, comment peut-on demander à un élève d’être capable d’écrire un texte un tant soit peu correct sans même lui fournir les outils qui le lui permettent…en lui refusant le mode d’emploi ?

 

Genève aurait pu opter pour une méthode structurée et efficace ...

C’eut été trop facile…pensez donc, tout le monde s’y serait retrouvé, élèves, enseignants et parents. Manquerait plus que ça !

Non, les décideurs ont préféré MMF !

Ils sont pourtant pleinement conscients que ces manuels sont loin de répondre aux besoins d’un enseignement sérieux.

J’en veux pour preuve le fait que le DIP s’empresse de préciser que « des fiches complémentaires vont être recensées » car « un travail au niveau de la CIIP est effectué pour la création d'une boîte à outils de moyens complémentaires (notamment en exercices de consolidation) ».

 

Par ailleurs, le DIP invite les enseignants à organiser leur enseignement en articulant MMF comme ils le peuvent en puisant dans ce qu’ils trouveront d’existant !

 

Bref, de toute évidence, MMF laisse à désirer….alors, Mesdames et Messieurs les enseignants, dém….-vous pour compléter et combler ses immenses vides !

Cerise sur le gâteau, le DIP précise encore...  « En ce début de mois d’octobre, afin de répondre aux nombreuses interrogations que se posent les enseignants, le SCoP (Service de la coordination pédagogique) propose sur le site « Petit-Bazar » une foire aux questions (FAQ) ».

Franchement, on a de la peine à suivre la logique du DIP genevois.

Soit, ses raisons m’échappent, soit elles sont tellement énormes et inavouables que je n’ose y croire.

17:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

@A.Duval,faites semblant d'y croire y donner trop d'importance montrerait que vous avez plaisir à martyriser vos neurones et d'autres s'en réjouirait.Est-ce un nouveau jeu didactique dont l'ordinateur lui-même pédale dans la choucroute face au nouvel organigramme,tout est possible.Mais le résultat montre bien qu'il existe un sacré charivari dans le scolaire surtout si l'on sait la pénibilité liée à l'éducabilité de quoi vraiment satisfaire tout le monde y compris ceux qui essayent de comprendre ,sans doute cela fait-il partie aussi de la fameuse durabilité dans le temps
bonne soirée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2011

"Franchement, on a de la peine à suivre la logique du DIP genevois."

La logique de l'incompétence, non?
Dans les autres départements, ce n'est pas beaucoup mieux...

Écrit par : Johann | 10/10/2011

Peut-être faudrait-il adapter à la numérologie tout le texte et cela nous donnerait grâce au chiffre final obtenu la solution de ce rébus,à croire que quelqu'un cherche délibérément à brouiller les pistes!n'oublions pas qu'actuellement beaucoup de groupes faits de jeunes aussi qui cherchent à ce que l'humain raisonne comme l'ordinateur,si c'est le cas ne soyons pas étonnés de notre étonnement intellectuel qui lui est basé sur le concret et non sur d'éventuelles théories issues de la galaxie des Rêveurs Solaires!

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2011

La bêtise idéologique de Genève en matière scolaire n'a pas de limite. On se demande qui prend les décisions catastrophiques et qui les soutient.

Écrit par : edgar dunord | 11/10/2011

Les commentaires sont fermés.