18/01/2012

Auditionné par la commission du Grand Conseil

Il y a déjà quelques années que je dénonce la mascarade mise en place par le DIP en matière de mesures d'accompagnement à l'école primaire!

On se souvient que, en novembre 2010, quelques députés, tous partis confondus, avaient eu la bonne idée de prendre les choses en main et de déposer une motion qui veut donner les moyens à l’école primaire de mettre en place de vraies mesures d’accompagnement.

C'est dans ce cadre que j'ai été récemment auditionné par la commission de l'enseignement du GC qui vient de remettre son rapport au bureau du GC.

Je me réjouis de l'accueil qui a été fait à mes propos...

Audition de M. André Duval, président de l’Arle

M. Duval précise que les mesures d’accompagnement sont une entité à part entière, qu’elles nécessitent la mise en place d’une structure particulière de tutorat (du type « répétiteur ») qui leur est entièrement dévolue. Elles ne peuvent avoir lieu durant les heures scolaires.

Mentionnées dans la loi, obligatoires, elles doivent donc impérativement faire l’objet d’un article du règlement qui stipule précisément en quoi elles consistent : des heures d’accompagnement hors temps scolaire durant le 1er trimestre de l’année scolaire, tenues par :

– les ECSP, enseignants chargés du soutien pédagogique (il faudrait donc en engager dans les possibilités du budget) ;

– les titulaires volontaires ;

des étudiants de 3e et 4e année de l’IUFE (institut universitaire de formation des enseignants).

Cette dernière proposition de l’Arle est fort novatrice : elle permet d’une part de placer de futurs enseignants face à de réels problèmes in situ et d’autre part, puisque ces étudiants sont au terme de leur cursus et qu’ils doivent faire des stages, elle permet de satisfaire à cette double exigence : celle des appuis et celle de leurs stages.

M. Duval termine sur une remarque :

il serait erroné de croire, comme le prétendent certains, que l’augmentation prochaine de l’horaire scolaire (quelle que soit sa forme) résoudra le problème posé par les mesures d’accompagnement… en aucun cas, M. Beer l’a dit très clairement, cet ajout de 4 périodes ne servira à un quelconque appui mais il répondra aux exigences du PER, introduction de l’anglais et exigences plus élevées en français et en math.

Aujourd'hui, les choses semblent avancer puisque un certain nombre de disfonctionnements ont été enfin répertoriés et que vraisemblablement, un effort certain sera fourni pour que ces mesures d'accompagnement deviennent enfin efficaces et réalistes.

Affaire à suivre donc, voici, en attendant, la proposition de motion qui vient d'être déposée au bureau du GC.

Proposition de motion

(1983)

pour donner les moyens à l’école primaire de mettre en place de vraies mesures d’accompagnement

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant :

– que le règlement d’enseignement primaire REP (C1 10 21) exige la mise en place de mesuresd’accompagnement spécifiques et pédagogiques pour les élèves de l’école primaire ayant redoublé ou ayant passé « par tolérance » ;

– le manque de moyens logistiques et de personnel qualifié à disposition des écoles primaires pour répondre à ce mandat ;

– l’augmentation du nombre d’élèves se trouvant en difficulté ou confrontés à ce type de situations ;

invite le Conseil d’Etat

– à vérifier les besoins réels de mesures d’accompagnement au primaire, en concertation avec les établissements ;

– à établir les manques éventuels à l’accomplissement de ce mandat que ce soit en personnel, en logistique ou en moyens financiers ;

– à présenter les résultats de ces évaluations sous la forme d’un rapport au Grand Conseil ;

– à améliorer l’information aux parents sur les différentes mesures existantes ;

– à étudier la possibilité d’intégrer au dispositif des étudiants IUFE en fin de cursus.

En cliquant ici, vous pourrez prendre connaissance de la totalité du rapport de la commission, des différentes auditions, notamment de celle de Monsieur Beer, conseiller d'Etat en charge du DIP.

Vous pourrez également savourer les contre-vérités avancées par Madame Marchesini, directrice générale de l'enseignement primaire, à grand renfort de documents particulièrement indigestes.

14:21 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

On pourra par ailleurs apprécier la mauvaise foi de M Beer qui déclare ceci :" le mercredi matin va contribuer à diminuer le décrochage de certains élèves particulièrement vulnérables" ! Fallait oser le dire sans rougir ! Moralité: Il n'y a que les prommesses qui rendent le fous joyeux .... JR continue d'y croire ...

Écrit par : J-F Girardet | 18/01/2012

Un extrait des notes séance, M. Duval ? Si même les citoyens se mettent à faire des fuites où va-t-on ?
Et pourquoi on ne lit pas le nom des signataires de la motion 1983 ?
....vous allez certainement le faire ci-dessous, non ?
amitiés et rock'n roll

Écrit par : pierre losio | 19/01/2012

Mais mais mais, l'ami! Où vois-tu une fuite???? Point du tout! Tout ça est sur le site du GC et tu peux, comme n'importe qui y accéder. J'ai d'ailleurs fait en sorte que les lecteurs puissent lire ce rapport en cliquant sur "ici". Ils y trouveront également la motion 1983 et le nom des signataires dont tu fais partie et je t'en félicite.
Moi aussi amitiés et très rock'n roll

Écrit par : Duval | 19/01/2012

Ma vue baissant je n'ai pas remarqué que le mot "ici" était un lien informatique. Je n'ai pas reconnu le style habituel du rapporteur (les arlistes parlent des arlistes)........et dire que j'ai pu penser qu'il s'agissait d'un ctrlc/ctrlv. Quel affront !
saluti, cher André
p.

Écrit par : pierre losio | 19/01/2012

Les commentaires sont fermés.