23/01/2012

Croisière "Beera" sur le Concordia II

Fallait oser! Le commandant l'a fait... nous faire le coup des vases communicants!

Au DIP, on n'en est plus à une énormité de plus.

Il est vrai que ce principe physique relève des sciences et que c'est bien le problème posé dans l'article publié dans la TdG du jour: "Des profs accusent: l'école genevoise néglige les sciences".

Du coup, une pétition a été lancée par "le comité pour la valorisation des sciences expérimentales au CO", elle exige plus d'heures de sciences au Cycle d'Orientation.

Soit...

Alors, qu'en est-il de la réaction du commandant du paquebot?

La journaliste de la TdG, Sophie Rosseli, aurait-elle mal transcrit les propos de M. Charles Beer ou celui-ci prend-il vraiment les gens pour des crétins?

"Je donne raison aux enseignants. Nous prendrons en compte leurs revendications de façon prioritaire lors de la réorganisation de la grille horaire du Cycle".

Parfait! Mais voilà, notre conseiller d'Etat n'en est plus à une ânerie supplémentaire!

Et d'ajouter que cette "promesse" est dépendante du résultat du vote du 11 mars sur l'introduction du mercredi matin d'école au primaire!

Toutes les occasions de faire une "révérence" sont bonnes pour notre commandant!

"L'école le mercredi matin doit nous permettre de renforcer l'apprentissage du français, de l'allemand et d'introduire l'anglais.

De cette manière, on allégera ensuite la grille horaire du Cycle, qui verra les sciences enrichies".

Ben voyons, les profs de sciences gueulent d'un côté! Pas de problème, je les contente en prenant de l'autre côté, comme si, là, y en avait assez!

Les profs de français, d'allemand et d'anglais apprécieront....ou lanceront une pétition à leur tour...et il y a fort à parier que ce seront encore une fois les disciplines manuelles et créatives qui trinqueront!

Il manque d'heures d'enseignement au CO! Plutôt que d'avancer des aberrations pareilles, ne pourrait-on pas simplement prendre sur les heures de suisse allemand, de soi-disant étude des "grands textes" ou même d'éducation aux médias, d'information scolaire et professionnelle, sujets qui pourraient être traités pendant l'heure de maîtrise prévue dans la grille horaire des élèves du CO.

Ou plus simplement, faire comme au primaire....augmenter la dotation horaire des élèves du CO!!!

Faut-il que le commandant ait peur du résultat de la votation sur le mercredi matin pour saisir de la sorte toutes les occasions possibles et mettre ce sujet à toutes les sauces?

16:03 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

....quand j'ai lu l'article, les bras m'en sont tombés.....

Écrit par : Lulu Berlue | 23/01/2012

Dans ce méli-mélo d'horaires, de priorités, chaque enseignant semble considérer que la discipline qu'il enseigne est soit au mieux prétéritée, soit ignorée , qu'il s'agisse du latin, des sciences, des travaux manuels ou d'autres disciplines , le constat est que dans un capital d'heures disponibles "sujet lui-même prétexte à de multiples contortions hélvetico-suisse "à savoir quel est le canton le plus Finlandais , on navigue plus ou moins au large de la Toscane en considérant que la route Harmos amène tout droit dans les écueils évidemment non-singalés , Oskar au Timon , la métaphore et sémaphore maritime "pour Romain le commandant suprême" porte loin , mais manque de perspective, vous devriez voir du côté de la" Nave va "de Fellini qui avait embarqué un collègue Jean Schlegel sauf erreur, et qui avait une toute autre allure.

Écrit par : briand | 23/01/2012

Lamentable. Quelle incompétence! Le bateau ivre. Décidément pas un pour rattraper l'autre.

Écrit par : Johann | 24/01/2012

Vous voulez vraiment changer et refaire l'école ? Alors votez et faites voter NON à cette école du mercredi-matin où Beer y fourre tout et n'importe quoi !

Écrit par : J-F Girardet | 24/01/2012

Quelle est votre opinion sur cette < soi-disant étude des "grands textes" > ?

Écrit par : Marie-Jeanne Nerfin | 28/01/2012

@ Marie-Jeanne Nerfin
Que se sont des "soi-disant" grands textes...en fonction de quoi? Choisis selon quels critères...de subjectivité?!
Une porte ouverte à tous les égarements possibles, à tous les dérapages...
Et vous, Madame, quelle est votre opinion?

Écrit par : Duval | 28/01/2012

Merci pour votre réponse. Je trouve pour ma part que c'est une "petite révolution" pour Genève où rien de tel n'existait jusqu'à maintenant. Donc je reconnais l'effort accompli. Ensuite, dans la vraie vie, je me demande quelle en est la réception et la compréhension par les élèves, et de quelle manière les enseignants arrivent à les présenter. "Une porte ouverte à tous les égarements possibles"... peut-être, mais aussi une porte ouverte à une meilleure connaissance des faits religieux, non ?

Écrit par : Marie-Jeanne Nerfin | 28/01/2012

A mon avis, à l'école, les efforts devraient porter sur d'autres priorités.
"Une meilleure connaissance des faits religieux"? D'où le danger des dérives... de quels faits religieux? Pourquoi l'un et pas l'autre? Par exemple, pourquoi avoir écarté l'étude de textes issus de la Bible? Et, surtout, à qui donc confier cet enseignement, il est si facile d'influencer les élèves? Hum...ça promet!

Écrit par : Duval | 28/01/2012

J'imagine bien que l'enseignement des faits religieux n'est pas une priorité et que les enseignants ont d'autres sujets à aborder avant. Je rappelle seulement qu'au terme d'un processus démocratique riche (motion, rapport du Conseil d'Etat, renvoi à la commission de l'enseignement et de l'éducation, etc.) et long (10 ans !), le Grand Conseil a pris acte, le 22 septembre 2006, de la réponse du Conseil d'Etat à la motion 1079 de 1996.
Je retiens de ses conclusions : "Le Conseil d'Etat estime essentiel que l'enseignement du fait religieux soit mieux pris en compte dans les écoles publiques genevoises et charge le DIP de prendre toutes les mesures utiles qui encourageront les enseignant-e-s à traiter du fait religieux dans leurs classes dans le respect de la laïcité à l'école".
Cet enseignement mérite évidemment débat, réflexion, échange, intelligence et ouverture d'esprit. Je crois que nous en sommes toutefois maintenant à la phase du "comment", et plus du "pourquoi".
Maintenant sur cette question de "comment", je rejoins votre question et déplore l'absence du Nouveau Testament dans cette brochure Grands textes 9e.
Je ne vois pas à quel meilleur professionnel confier cet enseignement... que l'enseignant lui-même. Ce n'est probablement pas le seul domaine dans lequel il doit s'abstenir d'influencer ses élèves. Mais encore faut-il qu'il ne se sente pas démuni... d'où le rôle de la formation (initiale et continue) et des moyens d'enseignement.

Écrit par : Marie-Jeanne Nerfin | 29/01/2012

Les commentaires sont fermés.