07/06/2012

Si j'étais président

OBJ3179683_1.jpg

C'est à la mode.

Moi, président... disait François Hollande en France.

On a eu droit aux 13 priorités "blabla" de Monsieur Charles Beer...et aujourd'hui, à celles des candidats à la succession de M. Muller...

Alors, pourquoi se gêner? Pourquoi pas vous et moi?

Je me lance.

Mes 7 priorités si, par un coup de baguette magique, j'étais président du DIP.

1. Réduire drastiquement les postes inutiles qui polluent la Direction de l'enseignement primaire (directeurs d'établissement et usine à gaz de la Direction), à savoir une bonne cinquantaine de postes de ...cadres supérieurs, faut-il le rappeler!

Une mesure qui, à financement égal, permettrait la création d'environ 80 postes d'enseignants consacrés entièrement aux mesures d'appui pour les élèves en difficulté scolaire.

Concrètement, cela représenterait un enseignant d'appui par établissement scolaire (84) chacun secondé par 1 étudiant de l'IUFE en stage obligatoire.

2. Obligation pour les directeurs d'établissement (en nombre réduit à 50) de faire le travail pour lequel ils ont été engagés. Leurs tâches doivent être clairement précisées dans un nouveau cahier des charges qui ne permette pas de déléguer outrageusement une bonne partie de leurs obligations aux enseignants...

Une mesure qui permet la mise en place de la priorité suivante.

3. Libérer les enseignants de toutes contraintes administratives ou autres (souvent lourdes et inutiles)et leur donner ainsi les moyens de faire correctement leur travail, à savoir enseigner.

4. Obligation pour eux de rendre compte de leur enseignement au travers d'un journal de bord attestant de programmes mensuels, voire hebdomadaires.

5. Refonte totale du matériel didactique actuellement catastrophique et inadapté dans pratiquement toutes les disciplines , prioritairement en français (MMF)!

6. Passation des épreuves cantonales à la fin du mois de juin (et non en mai) de façon à utiliser à bon escient l'entier du temps d'enseignement disponible pendant l'année scolaire.

De même remise des moyennes en dernière semaine de juin.

L'organisation des classes pour la rentrée scolaire suivante est alors faite par les directeurs d'établissement dans le courant de la 1ère semaine de juillet.

7. Enfin, possibilité pour chaque enseignant de contacter, au besoin, directement le président sans passer par toute la hiérarchie intermédiaire.

Une mesure qui permettrait à chacun de se livrer en toute transparence sans risque d'un blocage d'informations dans le dédale hiérarchique...

Et au président de garder les pieds sur terre, d'être en contact direct avec les réalités du terrain...

17:17 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Heureusement que vous ne vous faites pas d'illusions. Car sinon vous vous seriez condamné par ce billet.

Écrit par : Mère-Grand | 07/06/2012

Présentez-vous et je voterais pour vous !

Écrit par : Victor Winteregg | 07/06/2012

"Pas d'illusions"...Perspicace, pertinant et réaliste Mère-Grand!
Mais...pourquoi condamné?

Écrit par : Duval | 07/06/2012

"Condamné" se réfère à une ambition purement hypothétique. Mais sait-on jamais, puisque "l'occasion fait le larron".

Écrit par : Mère-Grand | 07/06/2012

Je vote pour ce programme, sans hésiter! E Gouzer

Écrit par : Gouzer E. | 07/06/2012

Je vote pour ce programme, sans hésiter! E Gouzer

Écrit par : Gouzer E. | 07/06/2012

Vous êtes trop bon dans votre métier. Ce serait une perte pour les élèves. Mais votre programme est très bon.

Écrit par : norbert maendl | 07/06/2012

Je vote pour. Je ne connais pas le matériel actuel donc je mets le point 5 en réflexion pour moi, mais ok pour les autres.

J'ai une connaissance qui travaille dans le soutien scolaire. C'est tellement important.

Écrit par : hommelibre | 08/06/2012

D'accord avec les points 1-5 ;)
Bien préciser les fonctions des directeurs d'établissment qui n'arrêtent pas de se plaindre qu'ils s'écroulent sous le travail, mais ne font pas un travail de qualité dans la plupart des cas.

Écrit par : Koloko | 08/06/2012

@Koloko
On peut facilement se plaindre de crouler sous le travail...et pourtant toujours ne pas savoir ce qu'ils font exactement et concrètement!
J'ai beau avoir tout tenté, jamais je n'ai eu de réponse sur le sujet...ni de la Direction, ni des enseignants ni même de la part des directeurs d'établissement eux-mêmes. Ils n'ont jamais osé répondre à mon invitation à les suivre quelques jours ou n'ont même jamais essayé de décrire leur soi-disant travail...

Écrit par : Duval | 08/06/2012

on l'a vu à l'émission "temps présent" (rts) assez récente sur l'école primaire des palettes: le boulot quotidien du directeur semble être concierge...ou comment remplir le vide par des tâches subalternes, et avec fièreté en plus!

documentaire par ailleurs très intéressant, lu à contre-emploi. tous les personnages sont carricaturaux: l'assistant social alterno-neuneu, le directeur soi-disant non carriériste (mais ex-dépressif), la jeune prof hypernaïve face à ses élèves et le vieil enseignant qu'on veut faire passer pour ringard, qui est le seul à pas dire pas des âneries.

à noter encore les grands drames d'indiscipline tragique que connaît l'école primaire genevoise (en plus ici en REP): petits ponts massacreurs (bagarreurs serait plus juste comme terme), légers tabassages et autres enfarinage lors des jours d'anniversaire. si on regarde "la guerre des boutons", on constatera que les jeux d'enfants étaient bien plus cruels avant! enfin ils sont toujours un peu les mêmes...on prend vraiment les téléspecteurs pour des dindes (comme dirait m. baud des électeurs-souvent les mêmes), et le plus triste c'est que c'est même pas de la télé-réalité!

Écrit par : job | 09/06/2012

Les commentaires sont fermés.