28/08/2012

Des dirlos mis au travail: Grand Conseil, une motion intéressante

 

Un commentaire récent posté à la suite de mon précédent billet par le député Jean Romain nous signale une motion qui est déposée aujourd'hui auprès du Grand Conseil.

 

Elle demande qu'au primaire, les directeurs d'établissement scolaire consacrent une partie de leur temps de travail à l’enseignement.

 

Ainsi, certains députés savent encore faire preuve de lucidité au travers de propositions pleines de bon sens, à l'exemple de celle-ci.

 

En effet, il serait grand temps de meubler les placards dorés dont disposent ces cadres supérieurs. Ceci d'autant plus que dorénavant, ils bénéficient de maîtres adjoints qui effectuent TOUT le travail puisque leur cahier des charges recouvre entièrement celui du directeur.

 

Je n'ai de cesse de répéter que le nombre actuel de directeurs est complètement surfait proportionnellement à leur charge de travail.

 

J'en veux pour preuve la décision récente du DIP de fusionner les Directions de deux écoles à Meyrin (Bellavista et Boudines).

 

Ainsi, par un heureux coup de baguette magique, la directrice, auparavant en charge de 15 classes à Bellavista(école en réseau prioritaire de surcroît) se retrouve subitement responsable de 30 classes sans que cela ne semble poser problème!

 

Ce qui signifie donc que, jusque là, pendant 4 ans, il y avait deux directeurs en poste pour effectuer le même travail...quand je vous parle de placards dorés!

 

Cette proposition de motion tombe donc à point nommé pour rectifier le tir...

 

Petit hic tout de même pour son application:

 

Les motionnaires oublient que parmi ces quelques 90 directeurs d'établissement...plusieurs n'ont pas le brevet d'enseignants et proviennent d'une toute autre profession, ce qui est assez étonnant d'ailleurs...

 

Dès lors, comment ceux-ci pourraient-ils consacrer 50% de leur temps à enseigner?

 

Permettez-moi de souffler ici une réponse à la question:

 

- obligation pour les directeurs concernés de suivre la formation d'enseignant

 

- à défaut, prendre la porte de sortie.

 

Bien qu'elle n'ait aucune chance d'être acceptée, la politique étant ce qu'elle est, je vous livre ci-dessous le contenu de cette motion.

 

 

 

Proposition de motion

 

 

 

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant :

 

     la suppression de certaines fonctions liées à la mise en place d’HarmoS ;

 

     que les inspecteurs de circonscription et les maîtres principaux ont été remplacés par des directeurs d’établissement ;

 

     que l’instauration des directeurs d’établissement vise à plus de proximité ;

 

     la nécessité de maintenir et de renforcer les liens entre les directeurs d’établissement scolaire, les enseignants et les élèves ;

 

     que 93 postes de directeurs d’établissement ont été crées ;

 

     que l’introduction du mercredi matin d’école entraînera la création de 120 postes supplémentaires ;

 

     que les directeurs d’établissement scolaire sont chargés de mettre en œuvre les conditions d'une formation des élèves efficace et équitable ;

 

     que les directeurs d’établissement scolaire sont responsables de l’évolution de leur établissement dans le domaine de l’enseignement ;

 

     que le fait de garder un pied dans l’enseignement permettrait une réalisation optimale des missions du directeur d’établissement primaire ;

 

     que l’enseignement dispensé par les directeurs d’établissement scolaire pourrait être général ou prendre la forme de cours d’appui pour les élèves en difficulté ;

 

     qu’un coup de pouce apporté par les directeurs d’établissement aux enseignants serait le bienvenu

 

 

 

invite le Conseil d’Etat

 

 

 

     à modifier les attributions des directrices et directeurs d’établissement scolaire prévues par le règlement de l’enseignement primaire (C 1 10.21) aux fins qu’ils consacrent 50% de leur temps de travail à enseigner dans le ou les établissements qu’ils dirigent

 

 

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

 

 

Mesdames et Messieurs les députés,

 

La mise en place d’HarmoS a entraîné la suppression de certaines fonctions telles que les inspecteurs de circonscription scolaires et de maître principal au profit de la fonction de directrice et directeur d’établissement scolaire (ci-après : directeur d’établissement). Pour certains, la mise en place de ces directions d’établissement, rendues nécessaires par HarmoS, entraîne une gestion plus homogène et cohérente des différents établissements alors que pour d’autres, les directeurs d’établissement, superflus, sont un échelon hiérarchique supplémentaire qui engendre des coûts importants. Il n’est toutefois pas ici question de débattre en faveur de l’une ou de l’autre thèse ni de remettre en cause la fonction de directeur d’établissement.

 

La fonction de directeur d’établissement présente non seulement  l’avantage d’offrir une plus grande homogénéité dans la gestion des différents établissements mais contribue également à une plus grande proximité, notamment lorsqu’il s’agit de prendre rapidement des décisions. Les liens entre les divers acteurs de l’école se trouvent ainsi renforcés par l’existence de ces directeurs d’établissement.

 

La mise en route des directions d’établissement en 2008 a engendré la création de 93 postes supplémentaires de directeur d’établissement. Après avoir concédé cette première forte augmentation de personnel, l’introduction du mercredi matin d’école, rendue nécessaire par les nouvelles exigences du plan d’études romand impliquera la création de 120 postes supplémentaires avec à la clé d’importantes dépenses pour l’Etat.

 

S’agissant des attributions des directeurs d’établissement scolaire, ces derniers sont chargés d’après le règlement de l’enseignement primaire (C 1 10.21) :

 

de la direction pédagogique et administrative de l'établissement scolaire dont la direction lui est confiée ;

 

de mettre en œuvre les conditions d'une formation des élèves efficace et équitable.

 

du bon fonctionnement et de l'évolution de l'établissement dans le domaine de l'enseignement;

 

du suivi collégial des élèves par les enseignantes et enseignants;

 

de la gestion des ressources humaines;

 

de la gestion administrative, financière et des services; de la gestion des relations, de la collaboration et de la communication internes et externes à l'établissement scolaire.

 

 

 

Un cahier des charges vient préciser les missions qui incombent aux directeurs d’établissement scolaire. Ainsi, il est précisé dans le domaine de l’enseignement et du suivi collégial des élèves que le directeur crée et développe -en concertation avec l'équipe enseignante- des conditions pédagogiques favorables au travail, à la socialisation et à la réussite de tous les élèves. Pour ce faire, le directeur :

 

assure le suivi et la qualité de la formation, de l'évaluation et de l'orientation des élèves ;

 

contrôle et régule l'application des plans d'études et des programmes ainsi que la qualité et la cohérence de l'enseignement ;

 

intègre les résultats des évaluations internes et externes dans la gestion de l'école ;

 

est responsable de la promotion de l'innovation ;

 

assume la responsabilité en matière de sécurité des élèves

 

 

 

La présente proposition de motion part du principe que le fait d’enseigner à 50% de leur temps de travail dans le ou les établissements sous leur responsabilité permettrait aux directeurs de concrétiser au mieux les tâches qui leur sont imparties par le règlement de l’enseignement primaire et spécifiées dans le cahier des charges. 

 

Quant au type d’enseignement qui serait prodigué par les directeurs durant les 50% de leur temps de travail, celui-ci pourrait soit se faire sous la forme d’un enseignement général dispensé à l’ensemble des élèves d’une classe, soit sous la forme d’un suivi pédagogique pour les élèves en difficulté, ou encore, si le directeur dispose d’un savoir spécifique, d’un enseignement d’une discipline particulière. Au besoin, le directeur pourrait également remplacer les enseignants absents.

 

La mesure proposée aura pour conséquence de renforcer l’encadrement pédagogique des élèves qui n’ont pas encore pu bénéficier des retombées positives résultant de l’engagement de ces cadres supérieurs.

 

Enfin, il sied de préciser que le seuil de 50% du temps de travail consacré à l’enseignement doit s’apprécier de façon globale, sur l’ensemble d’une année scolaire, en laissant la plus grande autonomie possible aux directeurs d’établissement du point de vue organisationnel.

 

En conclusion, le fait de garder un pied dans l’enseignement au contact des élèves qui fréquentent le ou les établissements qu’ils dirigent serait d’un très grand atout pour les directeurs, particulièrement en ce qui concerne le suivi de la qualité des processus d’enseignement au sein des classes et pour le suivi collégial des élèves. Avec leur solide expérience professionnelle, le soutien qu’apporteraient les directeurs d’établissement au corps enseignant  serait profitable à tous les acteurs de l’école.

 

   Au bénéfice de ces explications, nous vous remercions, Mesdames et Messieurs les députés, de réserver un bon accueil à cette motion.

 

 

 

13:10 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Excellent ! Merci d'avoir relayé cette info, je n'étais pas au courant.
Cordialement.

Écrit par : Jean Seigne | 28/08/2012

Bonjour,

Bonne idée,certains directeurs pourraient ainsi réaliser ce que signifie tenir une classe.
Quand on voit tout le travail administratif ( notamment la tenue des comptes ! )
qui est demandé en plus aux titulaires de classe, on pourrait bien, en effet,
renvoyer l'ascenseur aux directeurs.

Écrit par : bernie | 29/08/2012

Je suis pour! Au Cycle d'Orientation les doyens(adjoints du directeur) sont tenus d'enseigner une partie de leur temps de travail ce qui les rend beaucoup plus humains et au courant de ce que c'est que le métier d'enseignant. Trop de directeurs sont déconnectés des réalités du terrain et ne sont pas d'un grand secours pour les enseignants.De plus je trouve incroyable qu'on ait mis des non enseignants sans aucune pratique de cette profession aux postes de directeur! Qu'est ce qu'on penserait de cela dans d'autres professions?

Écrit par : m | 29/08/2012

Excellente initiative ! Je suis 100% pour cette motion. Mais sans être trop défaitiste, je ne pense pas qu'elle va passer ! A moins qu'elle puisse trouver des appuis politiques suffisamment influents pour contre-balancer ceux autour du chef actuel du DIP !

Écrit par : Al | 29/08/2012

c'est vraiment un blog superbe. Ainsi j'envoie ce lien sur facebook

Écrit par : assurance auto | 29/08/2012

Excellent ! mais que voilà enfin une initiative intelligente en faveur de l'enseignement primaire ! Elle semble toutefois difficilement applicable, comme le souligne André Duval, des directeurs ayant été nommés alors qu'ils proviennent de fillières n'ayant rien à voir avec l'enseignement. A satigny c'est un ancien assistant social.....étonnant non ?!

Écrit par : corinne strohheker | 30/08/2012

Les commentaires sont fermés.