19/09/2012

Overbooké?

CHINOI~1.GIF

Ainsi donc Monsieur se lance dans la course au conseil administratif de la ville de Genève.

Fort bien! C'est qu'il est culotté le bonhomme...

Il est vrai qu'il n'en est pas à son coup d'essai.

Celui qu'on s'évertue à présenter comme un enseignant ne l'est plus depuis belle lurette...aujourd'hui, il est directeur d'établissement ce qui fait de lui un cadre supérieur de la fonction publique.

Faut-il rappeler que lors de sa nomination à ce poste (2007 sauf erreur), il s'était farouchement accroché à son mandat de député au Grand Conseil...au mépris de la loi.

Celle-ci stipule en effet que:

Art. 21 Incompatibilités
1 Sont incompatibles avec le mandat de député les fonctions :

a) de conseiller d’Etat et de chancelier d’Etat;

b) de collaborateur de l’entourage immédiat des conseillers d’Etat et du chancelier d’Etat;

c) de collaborateur du secrétariat général du Grand Conseil (anc. collaborateur du service du Grand Conseil);

d) de cadre supérieur de la fonction publique;

e) de magistrat du pouvoir judiciaire;

f) de magistrat de la Cour des comptes.

 

Mais aujourd'hui, à l'heure de la campagne électorale, c'est une autre question que je me pose.

J'imagine que, pour les candidats, faire campagne nécessite une grande énergie et une somme non négligeable de temps.

Je me demande donc comment certains s'y prennent?

On nous dit bien que le poste de directeur d'établissement est très astreignant et que tous ces braves gens sont débordés...au point que, pour les décharger, le DIP a décidé récemment de leur attribuer des maîtres adjoints, entre autre.

Il faudra qu'on m'explique...ou alors...étais-je dans le juste lorsque j'avais décrit la journée type d'un directeur d'établissement?


 

13:25 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Je crois qu'André Duval parlait de placards dorés...?

Qui dira la grande escroquerie de ces directeurs du primaire ? L'usage d'un vocabulaire politique perverti a eu pour but d'éloigner la réalité de leur inutilité. Je pense qu'il faut les mettre au travail et souscrire à la Motion des UDC à ce propos.

Lorsque je vois l'indigence dans laquelle doit survivre une école comme l'ECG Ella-Maillart, je me dis que ces directeurs primaires grassement payés (classe 24) doivent bien rigoler et avoir assez de temps pour faire tout autre chose.

Ah oui ! Ils demandent des aides (secrétaires, locaux, doyens, maitres adjoints). Moi, si j'étais à la tête du DIP, la première chose à réformer serait ces directeurs.

Écrit par : Jean Romain | 19/09/2012

Tiens? Merdredi 19 septembre, 16h40, Monsieur Bonny poste un billet sur son blog au sujet de sa candidature. Depuis où et quand? Son bureau de directeur pendant les heures de travail...

Écrit par : un Enseignant | 19/09/2012

Les commentaires sont fermés.