27/09/2012

Etre ou ne pas être...dupe?

schppe_piston.gif

Naïvement, vous pensiez sans doute que nos politiciens étaient élus pour nous représenter et œuvrer pour le bien des citoyens.

Vous rêviez!

A quelques exceptions près, pour la plupart de nos élus, les raisons de leur addiction politique sont tout autres...

Il s'agit avant tout de tisser sa toile, son réseau "social" et en retirer tous les avantages possibles.

Echange de bons procédés...

- attribution de tel ou tel mandat, de tel ou tel chantier de construction

- attribution de tel ou tel luxueux appartement, en général à bas loyer.

Les rouages de la machine politique sont bien huilés, surtout les pistons!

Ainsi, à droite comme à gauche, on place ses pions

- à droite, aux HUG, aux SIG, à l'aéroport, à l'hospice général

- à gauche, pour le moment on se contente du menu fretin avec une cheffe des bibliothèques municipales!

Mais, on attend son heure... on nommera au plus vite un gros bonnet de gauche au TPG...on parie?

Parfois même, on couche...il est vrai que, comme le dit un vieux dicton de la campagne genevoise, quatre poils du c.. tirent mieux qu'une paire de bœufs!

Bref, vive la politique des petits copains.

Il en va ainsi dans notre vieille République et c'est probablement le cas presque partout ailleurs.

Il n'empêche que ça ne facilite pas la digestion...

16:19 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Clientélisme en politique ou dans le privé, à tous échelons, pour trouver un appart ou un job, parmi les cadres dans nos emplois comme dans nos institutions, partout chacun connaît ou subit ce genre de manip

semble que Genève soit un nid.
Est-il encore temps de se secouer les puces?
La vieille république n'est plus aux mains de suisses, mais d'une majorité de naturalisés, dont bon nombre se voit prophète hors de son pays.

Écrit par : Pierre à feu | 27/09/2012

Difficile de ne pas être d'accord avec ce billet. Il n'exprime probablement pas ce qui anime les jeunes et futurs politiciens, surtout s'il sont de gauche, donc plus idéalistes, mais c'est ce qui finit par s'imposer. Comment pourrait-il en être autrement d'ailleurs, puisque il s'agit de conquérir le pouvoir et de le garder? Et pour le garder, les promesses ne suffisent pas.

Écrit par : Mère-Grand | 28/09/2012

"- à gauche, pour le moment on se contente du menu fretin avec une cheffe des bibliothèques municipales!"
Il y a bien d'autres postes du même genre, si l'on cherche bien.

Écrit par : Mère-Grand | 28/09/2012

@Pierre à feu ,hélas trois fois hélas c'est une pandémie touchant bien d'autres régions que Genève.la politique n'est-elle pas une sorte d'arrière cour avec laverie automatique pour permettre à ceux et celles ne pouvant s'exprimer librement dans leur foyer de le faire en petits comité afin de mieux chercher noises à d'autres et surtout ressortir des sujets de votes ayant déjà été avalisés ,ou sont -ils tous à la porte d'alzheimer beaucoup penchent en faveur de cette hypothèse

Écrit par : lovsmeralda | 28/09/2012

@lovsmeralda, yes sir sauf que

on est au pied du mur, avec un texte constitutionnel ouvrant toutes portes à pire que ce qui est déjà cristallisé avec les bilatérales avec tout ce que cela a signifié de licenciements, chômages imposés, sous-emplois, pertes de droits, de logement, absences de cotisation retraites etc,

dans un contexte ultra-libéraliste du travail (soit le nerf de la guerre, l'emploi, et son accès).

j'en profite et développe les raisons du NON par dessus-tout,
au vote de cette nouvelle constitution, dont le préambule basé sur le contrat-social Rousseau (Rousseau, un joyeux libertin du XVIIIe se foutant des femmes qu'il mettait enceintes)(champions pour cette vision futuriste de GE, nos constituants!)
n'est qu'un attrape-nigaud offert à gober à cette nouvelle majorité de votants constituée de nouveaux suisses naturalisés & autres résidents, n'en n'ayant rien à cirer de l'historique d'indépendance de Genève, ni de l'esprit démocratique de la Confédération

nouvelle constitution où les citoyens suisses n'y ont juste plus aucune garantie de la République de Genève dans ce texte: ni au niveau des droits fondamentaux:

- du préambule, affirmant la tendance "union européenne" sur fond de rousseauisme (contrat social)

- à la souveraineté résidant dans le peuple et non dans la CH (art. 2) sans définir qui constitue ce peuple

- en passant par l'action de l'Etat intervenant "en complément de l'initiative privée..."
soit un Etat sans autonomie d’action? mais une constitution offrant les justificatifs de futures interventions d’actions « privées » 74 et 01 dans l'action publique de l'Etat !!!

- et surtout, art. 15, droits fondamentaux, égalité: RIEN sur la citoyenneté, aucune garantie d'une protection quelconque des citoyens suisses, TOUT sur l'égalité de tous

Ce texte ne fait que signer un chèque en blanc aux 74 et 01 du "grand Genève",
qui n'attendent que ça pour se créer une base juridique-emprise sur cette annexe suisse (à venir: projet 3 d'agglo)

- ne prévoit rien d'autre pour le développement futur de GE, les pertes d’emploi & difficultés à venir
- ne fait qu’organiser sa coopération internationale toutes portes ouvertes sur le droit européen
Et ne situe la Confédération et le droit fédéral en la matière, qu'au niveau de coordination ! (art. 146)

Ce texte est pléthorique en matière de soutiens divers:
les droits au logement, à un niveau de vie suffisant & cie sont de grandes portes ouvertes à tout-venant habitant même clandé du canton,
sans préparer une politique de l'habitat, de l'emploi, dans un contexte dont le futur même suisse est la décroissance.

AU SECOURS! que ce texte ne nous soit pas imposé! les DROITS FONDAMENTAUX des CITOYENS confédérés y sont définitivement perdus,
tandis que le 74 et le 01 y trouvent les bases juridiques pour se faire financer par la CH, GE et ses contribuables!!!!
- dans un contexte frontalier franco-français où le citoyen suisse résident à tout à payer, tout à perdre en y étant résidant définitif (assurances avs, retraites, chomage), où tout est fait pour le faire fuir sauf s’il s’agit d’un payeur contribuable à 200% (cf. les blogs d’Antoine Vieillard)

ATTENTION: signer ce chèque en blanc aux politiciens français du grand Genève, c'est s'engager à payer des milliards de CHF à Rhône Alpes sur plus que 10 ans
(engagements GE pour l'instant, de 1.2 milliards à ?)

c'est vendre GE aux 74 & 01
c'est changer la République de Genève, canton helvétique, en une "zone" républicaine française indépendante de la Confédération

c'est s'engager à des augmentations d'impôts insupportables pour les classes moyennes, sans fin, c’est tout donner pour le financement du développement Rhône-alpien
dans un contexte de crise européenne sans fin, où en Suisse également l’emploi ne va qu’en s’appauvrissant.

J’y vois la fin définitive d'un Genève suisse, investissements d’avenir fini pour nous/ mes enfants.

Écrit par : Pierre à feu | 29/09/2012

Les commentaires sont fermés.