13/11/2012

Bonny le tartuffe et les coquins du bureau du GC

hypocrisie.gif

Vous avez dit "décence" ?

En matière de mauvaise foi, il est difficile de faire mieux!

Ainsi donc ce serait en toute légalité que Monsieur Bonny pourrait siéger à nouveau au Grand Conseil...

La loi est pourtant très claire à ce sujet:

Art. 21 Incompatibilités


Sont incompatibles avec le mandat de député les fonctions :

a) de conseiller d’Etat et de chancelier d’Etat;

b) de collaborateur de l’entourage immédiat des conseillers d’Etat et du chancelier d’Etat;

c) de collaborateur du secrétariat général du Grand Conseil (anc. collaborateur du service du Grand Conseil);

d) de cadre supérieur de la fonction publique;

e) de magistrat du pouvoir judiciaire;

f) de magistrat de la Cour des comptes.

Deux bonnes raisons d'incompatibilité de mandat de député pour notre bonhomme.

Je me suis donc directement adressé à l'intéressé et lui ai posé la question sur son blog

"Monsieur,pourriez-vous m'expliquer comment vous pouvez prétendre siéger "en toute légalité" alors que la loi l'interdit aux cadres supérieurs ainsi qu'aux proches collaborateurs d'un conseiller d'Etat...ce que vous êtes en tant que directeurs d'établissement?"

Et la réponse est pour le moins surprenante!

"Monsieur, vous avez en son temps reçu une réponse du bureau du Grand Conseil suite à votre interpellation à mon sujet. Il vous a été répondu que je pouvais siéger "en toute légalité" en tant que cadre supérieur, puisque pour qu'il y ait incompatibilité il faut être cadre supérieur ET proche du Conseiller d'Etat, ce qu'un directeur d'établissement primaire n'est pas..."

Que voilà une bien étrange manière de lire le texte de loi!

Ainsi donc, non seulement il faudrait comprendre l'ajout de "ET" entre chacun des points de l'article de loi mais un directeur d'établissement à l'école primaire, cadre supérieur du DIP, n'est pas un collaborateur du président du département qui l'emploie... il fallait oser une telle hypocrisie.

Et d'ajouter:

"En ce qui me concerne, le débat sur cette question est clos, puisque tout a été dit".

Un peu trop facile! Monsieur Tartuffe botte en touche et croit s'en tirer à si bon compte!

Eh bien non Monsieur, le débat n'est pas clos!

 

Bonny n'a pas osé publier la réponse que je lui ai donc adressée, raison pour laquelle je me permets ce billet.

Il se trouve qu'à l'époque, le bureau du GC a arrangé les choses à sa façon en interprétant de façon fort singulière l'article de loi en question. Aujourd'hui, Monsieur Bonny reprend cette argumentation ridicule qui ne tient pas la route.

On peut lire et relire cet article de loi, en aucune façon il entend ou laisse même entendre que les différents points d'incompatibilités qui sont énumérés dépendraient les uns des autres, seraient cumulables.

Un peu de sérieux, l'article en deviendrait complètement incohérent.

Au contraire, n'importe quel juriste vous le dira, tous ces points sont indépendants les uns des autres, chacun d'eux constitue à lui seul une raison d'incompatibilité.

Seulement voilà, à l'époque, personne n'a fait appel à un avocat et la tromperie est passée ...petits copains obligent.

Mais, aujourd'hui, pour ces mêmes coquins, Monsieur Bonny est devenu un gros boulet dont ils ont été tout heureux de se débarrasser...

 

Monsieur Bonny a décidément une lecture bien singulière de la loi et des règlements...

C'est son problème que je lui laisse régler avec sa conscience tout en espérant qu'il n'en va pas de même dans l'exercice de sa fonction de directeur d'établissement...

Par contre, il m'apparaît beaucoup plus grave que le bureau du Grand Conseil puisse à ce point contourner et bafouer la loi.

Un fonctionnement des rouages étatiques qui est pour le moins inquiétant!

 

13:05 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

et sauf erreur de ma part, dans la nouvelle constituante adaptée par le peuple, elle mentionne quelque chose du même genre voir plus précis afin que certains fonctionnaires ne puisent plus sièger en qualité de député....

Écrit par : justice | 13/11/2012

Bonjour Monsieur Duval,

Vous excuserez ma question naïve mais comment se fait-il que personne n'aie porté plainte alors ?

Écrit par : absolom | 13/11/2012

@absolom
Il aurait fallu porter plainte contre le bureau du Grand Conseil et donc engager un avocat...à 800 frs l'heure, il y a de quoi hésiter.
Par contre, il est en effet surprenant que les députés ne se soient pas manifestés...les petits copains de partis, on comprend mais les autres?

Écrit par : Duval | 13/11/2012

Quelques remarques :

1. Pas certain que G. Barazzone quitte son siège au GC.
2. Le PDC ne voit pas M. Bonny siéger d'un oiel intéressé parce qu'il siégerait comme indépendant.
3. Pas certain que M. Bonny soit intéressé par une situation politique qui lui interdit de siéger dans les commissions, et ce pour petite année seulement.
4. Pas sûr que le bureau du GC soit disposé cette fois-ci à interpréter le réglement en faveur de M. Bonny.

Bref, je pense que la carrière politique de Didier Bonny est à son terme.

Écrit par : Jean Romain | 13/11/2012

Ce qui m'intéresse particulièrement dans le commentaire de Jean Romain, c'est le point 4.
Car il confirme bien qu'à l'époque, il y a eu, de la part du bureau du GC, interprétation douteuse de la loi!

Et c'est là que ça devient inquiétant.

Écrit par : Duval | 13/11/2012

Merci pour votre réponse Monsieur Duval et merci pour vos billets concernant cette affaire. C'est ce que je me demandais aussi...Mais les autres ?

J'ajoute que j'ai particulièrement apprécié le commentaire de "Mère-Grand" dans vos écrits "L'honnêteté de ceux que l'on veut élire..." :-)

Cordialement

Écrit par : absolom | 14/11/2012

Plutôt que de s'inquiéter qu'un monsieur avec une lecture si singulière de la loi, puisse être un directeur d'école, il faudrait plutôt renverser le problème. Et comprendre que c'est parce que M. Bonny peut se plier et se tordre dans toutes les contorsions mentales au point de se complaire dans l'absurdité et la mauvaise foi, qu'il est devenu un directeur au primaire!

Écrit par : Michèle Roullet | 14/11/2012

Ou ou ou, que j'aime votre commentaire Michèle MAIS il y a aussi des gens très bien parmi les directeurs, des directeurs qui prennent un rôle actif et... présent, dans leurs écoles. Je trouve donc dommage d'associer les deux choses par respect pour les "bons"... Pour les autres, effecvtivement, c'est exactement ce que vous dites fort bien.
Tout ce copinage n'a rien de bon. Il est forcément en une augmentation inversément proportionnelle au déclin de notre société.
Directeurs d'écoles ou enseignants, nous devrions TOUS être des modèles dans les domaines tels que le respect, l'éthique, l'obéissance aux règles...

Écrit par : Bridge | 17/11/2012

Les commentaires sont fermés.