14/01/2013

Les anguilles du DIP

5237343-geant-moray-anguille.jpg

Ainsi donc, Charles Beer était au courant de ce qui se passe à l'école primaire de la Gradelle...de même à la direction générale de l'enseignement primaire.

J'ai écouté attentivement, ce matin, l'émission "En ligne directe" sur la RTS.

Une fois de plus, on est passé maître dans l'art de noyer le poisson au DIP.

Que ce soit Madame Paola Marchesini, directrice générale de l'enseignement primaire ou Monsieur Beer, ils ont su astucieusement biaiser le débat.

Plutôt que de traiter du réel problème que pose le système des francs/élève, tous deux l'ont habilement esquivé. Ils se sont efforcés de le minimiser en le comparant à une autre pratique, très répandue depuis fort longtemps dans l'enseignement primaire mais qui n'a rien à voir avec le système appliqué à la Gradelle.

Ainsi, c'est avec un détachement feint qui frise l'arrogance que Charles Beer déclare:

"Si au final on est en train de cumuler, comme certaines classes dans d'autres cantons, un certain nombre de cartons qui vous donne droit finalement à telle ou telle sortie scolaire ou ici à un certain système symbolique qui vous permet d'acheter des gommes ou un agenda fabriqué par la maîtresse ( sic!!!), je ne suis pas sûr qu'on est véritablement en train d'initier à la spéculation boursière ou voire, pire, au blanchiment d'argent".

Monsieur Beer le sait parfaitement, son diagnostic n'a absolument rien à voir avec le système des francs/élève instauré à l'école de la Gradelle.

Car il ne faut pas s'y tromper, c'est exactement tout le contraire!

Peu importe qu'on parle de francs, de bons points ou d'étoiles, ce qui importe c'est ce à quoi ils sont dus et ce à quoi ils servent.

Une différence importante et primordiale:

            - D'un côté, on les gagne, ils sont la récompense d'un effort ou d'un bon travail.

            - De l'autre, ils sont gratuitement attribués, ils ne sont absolument pas le fruit d'un quelconque effort et surtout, ils servent à acheter des mauvaises actions, un mauvais comportement ! On achète le droit de transgresser les règles!

"Plus de blâmes ni de reproches, mais une facture", selon la TdG du vendredi 11 janvier.

 

Surprenantes les réactions des intervenants de l'émission de ce matin, ils sont nombreux à ne pas faire cette différence primordiale. Parmi eux, des parents d'élèves qui n'ont malheureusement pas saisi cette nuance de taille...

A noter que Madame Paola Marchesini regrette que le débat ne se soit pas fait à l'interne plutôt que sur la place publique...on se demande donc par quel heureux hasard cette affaire est arrivée aux oreilles de la TdG...?

21:57 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

On apprend que le DIP va réagir : il va évacuer la notion d'argent mais entend cependant conserver le système.

Est-ce que ce sera des "points élèves" ? De "l'essence élève" ? Des "bons élèves" pour supprimer les devoirs ? Des "vauchers élèves" ?

Nul ne le sait pour l'instant. Impénétrable DIP !

Écrit par : Jean Romain | 15/01/2013

Beer ne veut décidément pas comprendre!
Je suis certes un peu rassuré d'apprendre qu'il ne suffit pas de payer des "frêles"pour son erreur mais que la facture est tout de même assortie d'un travail "pédagogique".
Ce n'est pourtant pas ce qui avait été annoncé dans la TdG: "Plus de blâmes ni de reproches, mais une facture".
Je continue cependant à trouver cette méthode inadmissible. Je répète que ce qui est choquant, ce n'est pas le nom donné à ces jetons, peu importe, c'est le fait de donner à un enfant, sans effort en retour, un capital de mauvaises actions à épuiser avant de vraiment sévir et convoquer les parents. Comme je le dis dans ce billet, c'est tout le contraire de la méthode des bons points gagnés grâce à l'effort fourni.

Écrit par : Duval | 15/01/2013

Le retour des indulgences? On n'ose espérer une Réforme, tant le mot évoque de pitreries dans le domaine pédagogique genevois.

Écrit par : Mère-Grand | 15/01/2013

Est-ce que ce genre de système est étonnant de la part des socialistes, du genre gauche caviar ?
Ma réponse est NON !
Quel message ? Ces enfants peuvent donc payer leurs bêtises avec "l'argent, jetons etc" des autres ! Et après on s'étonne !
C'est contraire au bon sens et contraire à toute éducation digne de ce nom, mais très socialiste: On ARROSE !!!!

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 15/01/2013

Les commentaires sont fermés.