15/03/2013

Affaire des "francs élèves", réponse du Conseil d'Etat

 

En date du 12 janvier je vous faisais part de la question urgente écrite que le député Jean Romain avait déposée au secrétariat du Grand Conseil.

Il s'agissait de ce système de "francs élèves" introduit dans une classe primaire de l'école de la Gradelle.

L'affaire avait fait grand bruit et j'en avais fait l'objet de quelques billets.

Du grand n'importe quoi

Mise en situation mathématique

Les anguilles du DIP


Aujourd'hui, la réponse du Conseil d'Etat est tombée...

Et, comme d'habitude, on ne peut qu'admirer la façon dont celui-ci (pour ne pas dire Monsieur Beer) parvient à noyer le poisson.

Rien quant au fond de la question posée, à savoir le message pernicieux véhiculé par la méthode en question.

Non, tout est réduit à une simple..."maladresse de langage"!

Jugez plutôt:

 

RÉPONSE DU CONSEIL D’ÉTAT

 

Le Conseil d’Etat relève que le département de l’instruction publique de la culture et du sport (DIP) en tant qu’institution n’a pas autorisé la méthode des « francs élèves » mise en place à la rentrée 2011 dans une seule classe de 7P de l'école de la Gradelle.

Une telle décision ne relève pas du niveau départemental, elle provient d’une initiative d’enseignantes qui ont pour obligation de se conformer aux directives en vigueur. Le projet à l’origine de cette interpellation concerne une classe du canton de Genève. La direction de l’établissement, en lien avec les enseignantes concernées, a adapté, depuis, certains aspects de la méthode qui relèvent effectivement de la maladresse de langage et de symbole. L’utilisation d’une référence monétaire est peu appropriée à l’environnement pédagogique. Etant donné l’écho suscité par cette initiative, le DIP a décidé de procéder à une évaluation de cette méthode; cette évaluation sera prochainement transmise au Grand Conseil. Etant donné, toujours, l’écho suscité par cette initiative qui a placé ces jeunes enfants et ces enseignantes sous les feux de l’actualité nationale, voire internationale, pendant plusieurs semaines, le chef du DIP s’est rendu dans cette école. Cette visite a permis de constater que le climat dans la classe était resté tout à fait propice au travail scolaire, malgré la polémique. Cette information est sans doute la plus importante pour toutes celles et tous ceux qui se sont intéressés de très près à cette classe.

21:58 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

On répond en fait que cette affaire ne dépend pas du Département, mais que ledit Département va tout de même mener l'enquête parce que, malgré tout, ce ne sont pas les valeurs qu'il entend promouvoir.

Bref, on est ennuyé par ces bêtises pédagogos, mais on ne veut pas trop l'admettre, tout en le reconnaissant à mots couverts.

Écrit par : Jean Romain | 16/03/2013

Les commentaires sont fermés.