08/04/2013

Poudre aux yeux

francois-hollande-et-jean-marc-ayrault-le-15-mai-2012-10697593kqgmv_1861.jpg

Ou quand un gouvernement prend les citoyens pour des imbéciles...et je reste poli!

Suite à une sale affaire de mensonges de la part d'un certain ministre, le président Hollande se doit de réagir.

C'est ainsi que "le Premier ministre est chargé de préparer avec les ministres concernés, et sous l’autorité du président de la République, un ensemble de mesures, en vue d’assurer la transparence complète sur les patrimoines des responsables politiques et des collaborateurs des ministres du Président de la République et du Premier ministre, de sanctionner plus sévèrement les manquements à la loi en matière financière et aux règles de déontologie et de probité, et de renforcer la lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux.

Dans l’immédiat les déclarations de patrimoine de tous les membres du Gouvernement seront publiées d’ici le 15 avril".

On pourrait applaudir...et pourtant...

Une question néanmoins!

En quoi publier sa déclaration de patrimoine empêche-t-il la malhonnêteté et le mensonge?

Pourquoi cette déclaration serait-elle complète? Croyez-vous vraiment que l'escroc qui cache une grande partie de son patrimoine sera assez stupide pour tout soudainement le déclarer?

Les mesures annoncées par le gouvernement Hollande ne sont que des effets de manches, de la poudre aux yeux.

J'ose espérer que les citoyens français ne se laisseront pas berner de la sorte.

20:58 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Pas d'accord avec votre conclusion. Ils peuvent certes dire ce qu'ils veulent. Mais des journalistes, ou des agents du fisc un peu curieux, se feront certainement un devoir de vérifier la véracité leurs déclarations...

Écrit par : Jean-Charles Heritier | 09/04/2013

@M. Heritier
Permettez-moi d'en douter. Car, enfin, rendre public sa déclaration ne changera rien à l'affaire. Les agents du fisc ont déjà l'occasion de faire leurs recherches. Les possibilités de cacher ses avoirs sont tellement opaques qu'il faut des enquêteurs acharnés et patients pour que quelque fois des scandales surgissent. Croyez-vous que les agents du fisc ont les moyens de le faire, pas moi. Certains journalistes, oui. Et ils n'ont pas besoin de déclaration publique pour ça. La preuve l'affaire Crahuzac.

Écrit par : Duval | 09/04/2013

N'oublions pas non plus que celui qui dénonce ("whistleblower" pour les anglophones) est généralement puni.

Écrit par : Mère-Grand | 09/04/2013

"Je vois mal, en effet, un agent du fisc prendre le risque de dénoncer un ministre! De même à Genève d'ailleurs... Le gouvernement français cherche à se donner bonne conscience ou plutôt faire croire aux citoyens qu'il agit. A Genève, certains parlent d'un "Pacte de moralisation de la politique genevoise"... Mais c'est bien sûr... On ne renie pas ses maîtres."

Écrit par : Duval | 09/04/2013

@M.Duval. Les "fuites anonymes", ça a toujours existé. De la Fonction publique plus précisément, où tout le monde n'est pas "aux ordres", quels qu’en soient les motifs. Politiques, surtout. Ou syndicaux. Et les déclaration publiques donneront à coup sûr du grain à moudre aux journalistes d'investigation. Il n'y a pas que des jobards dans ce milieu...

Écrit par : Jean-Charles Heritier | 09/04/2013

que de la poudre aux yeux, tout à fait! ce n'est que ça.

à moins que l'équipe Hollande ne puisse se résoudre à prendre ses électeurs pour de fats imbéciles

car sans l'exigence d'un 2e contrôle de patrimoine au plus tôt en fin de mandat, aucune déclaration ne pourrait avoir valeur d'engagement, resterait sans intérêt bien que coûteuse en administration, ne serait qu'un index représentatif de valeurs patrimoniales ou fiscale:

où les électeurs & députés français se retrouvent entre franchouillards de comptoir: "et toi, t'as quoi? ah bon".

mais c'est peut-être ce qu'ils veulent: surtout pas déranger au risque de se voir si crade, ça fait beaucoup de merde à gérer, et recycler ça coûte cher.

Écrit par : oxygène | 09/04/2013

Ok. Tous pourris, c'est ça? Et alors qu'est-ce qu'on fait? On remplace les pourris de gauche par les pourris de droite? Ou par les pourris d'extrême droite? Ce n'est pas la classe politique qui est pourrie, c'est tout le système, le système capitaliste, cette féodalité économique où la politique n'est que l'alibi soi-disant "démocratique" en fait vendue au monde économique. Il faut commencer par coopérativer les moyens de production. Les dettes des Etats ne sont formées que des sommes soustraites à l'impôt.

Écrit par : Johann | 10/04/2013

Les commentaires sont fermés.