19/05/2013

Conseil municipal, chroniques de la mauvaise foi

imagesCAN31RQ3.jpg

Chacun y va de son chapelet, politiciens de gauche ou de droite, journalistes aguerris ou apprenti-journaliste, chacun avec sa dose de mauvaise foi!

Alors, pourquoi pas moi!

L'affaire est pourtant simple.

D'un côté ceux qui privilégient la faute "politique". Ainsi, ils ont tendance à plutôt sanctionner le fait que certains se permettent de prendre le parlement municipal pour un lieu de manifestation...au point de minimiser l'autre aspect des choses...

Et ceux qui en profitent pour tenir des propos idiots et malsains.

De part et d'autre, il y a faute, certes.

Mais de nature et de proportions différentes. Il s'agit donc d'en tenir compte quant aux sanctions à appliquer.

Car entre proférer des insultes homophobes tout en menaçant d'exhiber des croix gammées et manifester de manière inopportune, son soutien à une juste cause, pour moi, il n'y a pas photo.

Privilégier l'incorrection à l'horreur intolérable et insoutenable ne me semble pas judicieux, d'autant plus de la part de journalistes...aguerris ou novices.

12:48 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Contrairement à ce que vous affirmez, l’affaire n’est pas simple.
En plaçant sur tous les pupitres des conseillers municipaux de gauche une pancarte pour lutter contre l’homophobie, la gauche s’appropriait une cause qui pourtant n’a aucun lien avec la sensibilité politique.
Autant à gauche qu’à droite, on peut se battre contre l’homophobie que je sache !
Assurément, par son action intempestive, la gauche cherchait moins à défendre une cause qu’à se l’approprier et à agresser la droite.
La faute de la gauche n’est donc pas anodine. Par petits calculs électoralistes (on est en période électorale !), elle confond l’hémicycle d’un parlement avec la rue et vient semer la zizanie au sein d’un Conseil municipal, qui avait pourtant, ce soir-là, des objets urgents à traiter.
Quant aux graves dérapages venus des bancs MCG, ils ne sont nullement minimisés. La faute des uns n’enlève rien à la faute des autres. Il faut sortir de cet esprit manichéen, ce que j’essaie de faire dans mon billet :
http://micheleroullet.blog.tdg.ch/archive/2013/05/17/le-conseil-municipal-tourne-t-il-geneve-en-ridicule.html

Écrit par : Michèle Roullet | 19/05/2013

Chère Madame,
L'affaire est simple selon moi. Oui, il y a faute de part et d'autre mais entre ces deux "fautes" certains en privilégient une plus que l'autre...et à mon sens, ce n'est pas la bonne!

Écrit par : Duval | 19/05/2013

Nous aurions commis une "faute" en affichant, en tant que conseillers municipaux, notre soutien à une campagne d'information soutenue par la commune dont nous sommes conseillers municipaux ? C'est amusant... Et quI empêchait les élus et élues de droite d'en faire autant ?

Écrit par : Pascal Holenweg | 19/05/2013

Zizanie électoraliste de la gauche ...

Écrit par : Victor Winteregg | 19/05/2013

@Pascal Holenweg
Je soutiens la lutte contre l'homophobie mais, il faut l'admettre, l'endroit en question n'est pas adéquat car ce n'est pas un lieu destiné à des manifestations.
J'aurais aimé que votre action se déroule à l'extérieur de cette enceinte.

Écrit par : Duval | 19/05/2013

Entre les ragnagna " nous avons tout juste" de la gauche qui se drape stupidement dans sa dignité de circonstance et les ragnagna " on va vous faire la leçon" de la droite (ou non) qui a proféré des paroles d'une stupidité rebutante, les conseillers municipaux de la commune Ville de Genève qui se sont prêtés à ce cirque sont lamentables! Ils ont outrepassé leurs fonctions, par calcul ou par bêtise. Foin d'analyse : le fait est que tous ont pris cette institution publique en otage, et que le contrat est rompu entre électeurs et élus. Une question bien angoissante demeure : pour qui allons-noua voter la prochaine fois?????

Écrit par : MM | 19/05/2013

Je suis sidéré par l'importance qu'a pris cette anecdote. Vous n'avez donc rien de mieux à faire au CM ? Affligeant.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/05/2013

Les commentaires sont fermés.