23/05/2013

Formation des futurs enseignants genevois, où en est-on?

600px-Flag_of_Canton_of_Geneva--469x239.jpg

Cela fait depuis la création de l'IUFE (2009) qu'avec l'Arle, j'ai dénoncé à maintes reprises les nombreux dysfonctionnements de cet institut, notamment le fait que le diplôme qu'il délivre n'était pas reconnu dans les autres cantons (voir les liens que je publie à la fin de ce billet).

Nos autorités promettaient d'y travailler...

Aujourd'hui, le temps a passé et RIEN n'a changé!

C'est la raison pour laquelle le député Jean Romain a déposé aujourd'hui même, une question urgente écrite au bureau du Grand Conseil.

Je vous en livre la teneur ci-dessous.

 

iufe.png

Il serait temps que les diplômes de l’IUFE soient enfin reconnus par la Confédération

 

Depuis sa création, l’Institut Universitaire de Formation des Enseignants (IUFE), qui à Genève a pris la place d’une Haute Ecole Pédagogique – comme cela est institué partout ailleurs en Suisse – et qui délivre des diplômes après une année de plus que ce qui se fait ailleurs en Suisse, n’est pas encore parvenu à faire reconnaître ses titres par la CDIP.

Cet IUFE a connu de multiples problèmes depuis sa mise sur pied, tant en ce qui concerne le contenu des cours dispensés que l’organisation administrative. Est-ce une raison du retard confédéral ?

Par ailleurs, Genève n’a pas souhaité deux filières différenciées pour la formation de ses maîtres qui enseignent au Secondaire 1 (Cycle d’orientation) et de ceux qui enseignement au Secondaire 2 (écoles du post-obligatoire), ce qui force le concours de deux commissions différentes en vue d’établir les dossiers de procédure de reconnaissance fédérale, mais enfin il est largement temps que les étudiants qui fréquentent cet Institut genevois ne soient plus lésés sur la validité suisse de leur diplôme, alors qu’ils le sont déjà sur la durée de leurs études.

 

Ma question est donc la suivante :

 

Depuis le temps que les étudiants et les politiques attendent, ne serait-il pas urgent que les diplômes délivrés par l’IUFE soient enfin reconnus par la Confédération et que Genève ne passe pas une fois de plus pour le parent pauvre de l’enseignement ?

 

Que le Conseil d’Etat soit remercié de la réponse qu’il voudra bien apporter à cette question urgente.


Liens divers:


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2012/10/01/les-enseignants-genevois-sont-discrimines.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2009/10/31/charles-beer-reussit-son-coup-les-deputes-bernes.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/10/19/formation-des-enseignants-la-cata-annoncee.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2011/04/18/rassemblement-des-etudiants-de-l-iufe-formation-des-enseigna1.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2011/05/03/en-colere-les-futurs-enseignants-manifestent-demain.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2012/06/20/l-iufe-severement-decrie.html


http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2012/06/27/l-iufe-va-t-il-reussir-a-me-casser.html

 

14:47 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Peut-être que la Confédération ne veut pas reconnaître cet institut de "formation", étant donné qu'il ne s'agit pas, d'après de nombreux observateurs, d'une formation de qualité !!!!

Écrit par : Marion Garcia | 23/05/2013

A Genève on a toujours craint d'être "comme les autres", sous-entendu que l'on serait meilleur. Il semble bien que c'est souvent le contraire qui est vrai.

Écrit par : Mère-Grand | 24/05/2013

Cette IUFE est une hérésie !

Écrit par : enseignant primaire | 24/05/2013

L'IUFE n'est pas encore reconnu et ne le sera pas cette année, alors qu'on nous le promet depuis 4 ans. Problème ? Le diplôme commun aux deux ordres d'enseignement. Évidemment, un stage de 30 heures, comme c'est le cas actuellement, ne suffit pas à se prétendre qualifié pour le CO et le PO.

Au même moment, l'IUFE refuse désormais l'entrée en formation à des titulaires de diplômes pourtant reconnus internationalement, mais aussi par le DIP et les HEP. Il protége ainsi illégalement les étudiants issus des Lettres de Genève et fait traîner l'envoi des réponses négatives jusqu'à la fermeture des inscriptions dans les instituts de formation reconnus. Inégalité de traitement avec les anciens diplômés et les diplômants de cette année encore, mais aussi avec les enseignants déjà nommés, alors que les directeurs de CO ont d'ores et déjà engagés ces aspirants à l'IUFE, qui se voient désormais contraints de faire des compléments d'études très lourds, pour ne pas dire dégradants puisqu'il s'agit de modules d'introduction de niveau Bachelor. L'autre solution? Quitter Genève et postuler dans une HEP reconnue, qui les accueille à bras ouverts et le sourire (entendu) aux lèvres.

Ainsi, non contents de surcharger et d'infantiliser (mobber) ses étudiants (en partenariat avec les médecins et les entreprises pharma?!), ces gens soufflent le chaud et le froid sur le DIP et mettent dans l'embarras des directeurs et des étudiants qui apprennent à fin mai un changement des conditions d'admission par ailleurs non encore officialisé et probablement non fondé car nullement justifié par la CDIP. Ce qu'ils ne sentent pas encore, c'est qu'ils signent peu à peu l'arrêt de mort de leur propre institution, qui, sabotant sa reconnaissance fédérale par fierté mal placée, est confrontée à une diminution des entrées en 2ème année avec, d'une part, des perspectives de stages bloquées dans de nombreuses disciplines, et, d'autre part, des exodes forcés ou non vers les HEP pour les disciplines qui ont encore des besoins.

À faire la fine bouche, on finit par se mordre les doigts. Il n'y a pas que Genève et ses 280km2... Les autres cantons se moquent des Genferei et recrutent.

Écrit par : Demande aux autres de que tu n'as pas | 25/05/2013

N'a a-t-il un gouvernement à Genève que lorsqu'il s'agit de prélever des impôts et des amendes de stationnement, et de ralentir en plus la circulation?
Il semble bien que non, puisqu'un institut universitaire placé sous la responsabilité du DIP fait la pluie et le beau temps au détriment de la qualité des futurs enseignants et sans se soucier des élèves. Qui tire donc ces ficelles et qui en bénéficie?

Écrit par : Mère-Grand | 25/05/2013

Les commentaires sont fermés.