06/08/2013

J'en fais le pari

hand_normal.jpg

Le commentaire posté par Monsieur Pascal Décaillet sur son compte "facebook" mérite qu'on s'y attarde...

"L'Ecole publique a besoin, pour longtemps encore, du bon sens et de la vision de Jean Romain"


Je fais le pari que, moyennant deux ans, il est possible de remettre l'école primaire genevoise sur les rails!

Cela dépend évidemment des élections d'octobre et surtout de la personne qui reprendra le DIP.

A l'évidence, si l'on veut un changement au sein de ce département, il faudra que le nouveau Président appartienne à un autre parti politique que Charles Beer. A défaut, il n'y aura aucun changement de cap, au contraire, le paquebot continuera sur la même route, celle qui conduit au naufrage assuré.

Un naufrage qu'il est encore temps d'éviter.

Certains politiques sont, en effet, je l'espère, encore en mesure de prendre les bonnes décisions pour redresser la barre.

Ainsi, le nouveau Président devra savoir s'entourer de bons conseillers...

Cela lui évitera de suivre l'exemple de Madame Martine Brunschwig Graf qui, à l'époque, n'avait rien vu venir et s'était laissée appâter par les sirènes pédagogistes.

Ce Président devra revoir entièrement la répartition du budget alloué à l'école primaire et ainsi, au lieu de gaspiller stupidement, utiliser à bon escient ces sommes considérables.

Il lui faudra impérativement fixer des priorités...autres que les 13 "guignoleries" proposées ces dernières années.

Entre autres

- Opérer des coupes drastiques de postes à la direction de l'enseignement primaire (voir l'organigramme, véritable usine à gaz)

- Supprimer tous les postes doublons tels ceux des maîtres adjoints dont bénéficient les directeurs d'établissement

- Diminuer d'un bon tiers le nombre de directeurs d'établissement

- Revoir entièrement leur cahier des charges afin de redéfinir leur rôle exact en réduisant l'aspect administratif au plus simple appareil et favoriser l'aspect pédagogique

- Prise en charge d'heures d'enseignement par les directeurs notamment en leur donnant en partie la responsabilité des cours d'appui pour les élèves en difficulté scolaire

- Mise en place de cours d'appui hors temps scolaires ainsi que, de manière ponctuelle, de classes de rattrapage à plein temps

- Mise en place de programmes trimestriels, clairs et compréhensibles, communs à toutes les écoles du canton avec contrôle du suivi par les directeurs d'établissement

- Refonte complète de la formation des enseignants du primaire avec la création d'une école pédagogique essentiellement basée sur la pratique du métier d'instituteur

- Engagement de maîtres spécialistes pour l'enseignement de l'allemand et éventuellement de l'anglais

 

Tout un programme! Qui a un prix!

Je prétend que certaines des mesures évoquées ci-dessus permettent déjà, à elles seules, d'emmagasiner plusieurs millions de francs...non pas pour économiser mais, bien sûr, pour les réallouer à de bien meilleures fins, à savoir ce qui devrait être la priorité des priorités: la mise en place de mesures d'appui concrètes et efficaces pour les élèves en difficulté scolaire.

Sans compter sur les sommes astronomiques à récupérer grâce à, par exemple,

- une meilleure gestion du parc informatique dont bénéficient les écoles primaires

- abolition de la gratuité du matériel scolaire de base et mise en place de la participation financière des parents pour l'achat de ce matériel (crayons, cahiers, gommes, etc.).

Autant de thèmes que j'ai abondamment traités et retraités dans de nombreux billets....

Aujourd'hui, pour reprendre une formule de nos voisins, l'heure est au changement.

Celui-ci est possible, il suffit de volonté et de courage... espérons que le futur Président du DIP saura, lui, saisir l'occasion qui lui est offerte.

18:46 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Donc, PLRisons le DIP !

Écrit par : Jean Romain | 06/08/2013

Et dans les autres ordres d'enseignement il y aura aussi du travail......!!!!

Écrit par : Marion Gar | 06/08/2013

Au Conseil d'Etat Valaisan les Conseillers d'Etat PLR ont fait un excellent travail durant leur mandat pour leur département: l'Enseignement.

Comme Jean Romain, avec du bon sens et surtout de la vision, ces Conseillers d'Etat ont amené l'Ecole à sa vraie dimension: Bernard Comby, Serge Sierro et Claude Roch ont oeuvré sans relâche pour une plus grande ouverture et cela malgré les difficultés pour un parti minoritaire.

Les résultats sont là:

- Les élèvres du Valais sont classés les meilleurs.

- Avec Harmos, il y a une vraie révolution, une harmonie au niveau de la Suisse et un enseignement ouvert et intelligent.

- Une collaboration des plus prometteuses avec l'Enseignement au plus haut niveau pour un canton jusqu'alors écarté des Universités.

- Et la discipline, grâce aux enseignants, est toujours de rigueur.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 07/08/2013

Les commentaires sont fermés.