16/08/2013

Des "pédagogos" ou des "novices" pour réformer l'école romande

uscg%20captain%20course%20novice.jpg

Sur le site lesobservateurs.ch

 

On apprend dans la TdG que le syndicat des enseignants romands (SER) se fait du souci...

Les prochaines élections sont en cause. Car d'ici peu, les différents gouvernements auront changés et donc, inévitablement, également les différents chefs des DIP. Ainsi, d'ici la fin de l'année, la conférence intercantonale de l'instruction publique (CIIP) romande va perdre 4 de ses membres sur huit.

Selon le SER, la nouvelle configuration de cette CIIP risque de poser quelques problèmes pour la mise en place du plan d'étude romand (PER) car...cette réforme nécessite "une approche beaucoup plus professionnelle et réflexive" !!!

Tiens donc? De nouveaux présidents à la tête des DIP cantonaux, des novices, seraient donc soupçonnés de ne pas en être capables...Ou plutôt, y aurait-il un gros risque que ces "novices" ne soient pas assez de Gauche?

Allons donc, soyons réalistes, et disons clairement de quoi le SER a peur.

Ce PER est une véritable ratatouille pédagogiste, une véritable plate-forme de lancement conçue tout exprès à l'attention des nombreux pédagogos qui pourrissent notre école en distillant leur idéologie malsaine.

Une usine à gaz dans laquelle une chatte ne retrouverait pas ses petits!

Alors, en réalité, ce que craint le SER c'est de perdre la main mise sur l'école.

Imaginez qu'avec le renouvellement de la CIIP, un sérieux coup de barre soit donné...dans le sens contraire à celui tant désiré par nos fossoyeurs scolaires!

Imaginez qu'une majorité des présidents de DIP se mettent en tête d'enfin donner du bon sens à notre école en clarifiant une bonne fois les plans d'études de façon à ce que chacun s'y retrouve et comprenne, les enseignants comme les parents.

Imaginez que ces présidents décident d'enfin doter l'école d'un matériel didactique opportun et efficace!

C'est de cela dont le SER a peur...

J'en veux pour preuve l'inquiétude que montre ce syndicat face à l'arrivée de Oskar Freysinger à la tête du DIP valaisan. Car l'homme, conscient du risque de nivellement par le bas, ne cache pas sa réticence au PER.

Alors, en définitive, quel avenir pour notre école romande?

Des "novices" de bon sens qui sont prêts à redresser la barre ou des pédagogos aveuglés qui vont droit au naufrage?

22:56 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Il est fort dommage que la confrontation tienne lieu - notamment lorsqu'il est question d'enseignement - de discussion.

La confrontation, quels que soient les acteurs, n'engendre que de mauvaises solutions.

Les tables rondes n'ont pas seulement été pensées pour gueuletonner. Alors si l'on souhaite un enseignement de qualité, mettons-nous tous à table et évitons de laisser ceux qui ne pensent pas comme nous tel Lazare ramassant les miettes.

Il faut éviter de penser que son vis-à-vis est moins intelligent que soi.

Écrit par : Michel Sommer | 17/08/2013

Seraient-ils tous atteint d'un mal diffus avec effets non encore tous inscrits au codex de la médecine? c'est à dire la Googlemania dont les principaux intéressés avouent avoir être eux mêmes les instigateurs du réchauffement climatique?
Si oui cela présage des lendemains encore plus catastrophiques que ce réchauffement qui lui aura permi de dépenser des milliards partout sauf surtout dans le domaine scolaire voire social ou sécurité des citoyens en premier avant la nature qui elle a toujours su se sauver seule et qui n'a que faire des déraillements de trains ou autres catastrophes secondaires aux caprices d'une classe de faux bourgeois en culottes courtes et qui s'imaginent pouvoir faire la loi aux anciens. Il est temps à notre tour de leur montrer les dents non ?
y'a vraiment craintes pour les enfants d'aujourd'hui qui une fois séparés de leurs parents âgés dépendront d'un système encore pire que celui auquel grâce à l'intelligence des plus anciens nous avons échappé

Écrit par : lovsmeralda | 18/08/2013

Les commentaires sont fermés.