13/09/2013

Lettre ouverte à Monsieur Bonny, directeur d'établissement

20130912_224731.jpg

Monsieur,

Je devrais vous remercier d'apporter autant d'eau à mon moulin en prouvant à quel point j'ai raison lorsque je prétends que votre poste de directeur est complètement surfait et qu'il s'apparente à un placard doré.


Mais je préfère vous écrire ce petit mot pour vous faire part de mon plus profond mépris.

Vous qui, en tant que directeur d'établissement, suivant les directives du DIP à ce sujet, interdisez toutes absences à "vos" enseignants et à leurs élèves lors du vendredi du Jeûne genevois, vous vous permettez de prendre congé et de vous octroyer un pont afin ainsi de profiter d'un long weekend.

Bel exemple venant de la part d'une autorité!

Faites ce que je dis mais pas ce que je fais, telle est dorénavant votre devise.

Encore, si seulement vous vous contentiez d'en rester là sans en faire étalage ...mais non!

Vous vous complaisez en plus dans la provocation en publiant sur votre compte "facebook" deux photos de vous, au bord de la mer, prises à deux jours d'intervalles lors de ce fameux pont du Jeûne genevois...

20130912_225008.jpg

Cela confine à de l'arrogance intolérable ou à de la pure bêtise, voire les deux!

Quoiqu'il en soit, votre attitude ne mérite que le mépris.

Ce qui est d'ailleurs fort dommage, car vous y perdez toute votre crédibilité ce qui nuit également à certains de vos combats qui, eux, sont à relever et pourquoi pas, à féliciter.

Bien à vous

10:21 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Ce député-directeur-blogueur a commis une faute professionnelle grave. Il devrait être sanctionné séance tenante. Mais nous sommes à Genève et tous se "tiennent par la barbichette".

Vivement un nouveau parlement et un nouveau chef du DIP...pour resserrer les boulons des institutions de la République et notamment ceux du DIP.

Gardons espoir...

Écrit par : Exprof | 13/09/2013

Le règlement des cadres comme les directeurs en classe 24 n'est pas le même que celui des professeurs. Les vacances non plus. Le dirlos peuvent donc découper leurs semaines de vacances comme ils l'entendent et je ne pense pas que ce soit ici une faute professionnelle.

Mais c’est une conception de l’école qui se cache derrière cette histoire. Je fais partie de ceux qui croient en l’exemplarité des hommes pour former la volonté des élèves. Léonard Massarenti, directeur d’un CO dans les année 70, commençait lui-même le cours si un de ses profs était en retard. Le prof le trouvait ainsi au travail, lui, le directeur.

Nous n’avons plus affaire à des directeurs, mais à des fonctionnaires, à de petits chefs, passablement ordinaires, qui ont fui l’enseignement, et qui en usent comme des consommateurs se servant lorsque passe le plat. Lisez la phrase de M. Bonny : « Il serait malvenu de se plaindre… » Peut-on lui donner tort ?

Cette école est vide à l’image de ceux qui prétendent la défendre : des coquilles vides, mais qui peuvent plaire aux songe-creux !

Écrit par : Jean Romain | 13/09/2013

"Le règlement des cadres comme les directeurs en classe 24 n'est pas le même que celui des professeurs. Les vacances non plus. Le dirlos peuvent donc découper leurs semaines de vacances comme ils l'entendent et je ne pense pas que ce soit ici une faute professionnelle".
Je demande instamment au(X) député(S) de vérifier cette affirmation auprès des autorités compétentes, ce qui ne devrait pas être trop compliqué.
Il existe me semble-t-il une obligation pour ces directeurs de prendre leurs vacances en même temps que les vacances scolaires officielles. Ils ne peuvent donc s'autoriser à prendre des congés quand ils le veulent.
D'autre part, je crois savoir également qu'un accord a été négocié et conclu en son temps à propos du nombre de semaines de vacances/année dont ils bénéficient. Là encore, ils ne seraient pas astreints à 6 semaines mais bénéficieraient de 8 semaines en tout cas, si ce n'est pas 10.
D'ailleurs, si ce n'était pas le cas, qu'on me disent ce qu'ils font quand toutes les écoles sont fermées...

Écrit par : Duval | 13/09/2013

"D'ailleurs, si ce n'était pas le cas, qu'on me disent ce qu'ils font quand toutes les écoles sont fermées..."

Passer l'aspirateur?

Écrit par : Johann | 13/09/2013

Allez donc côtoyer un directeur ne serait-ce qu'une semaine et vous vous rendrez compte de l'absurdité de vos propos !

Cela dit, les retraités râlent car ils n'ont rien à dire alors un conseil, occupez-vous !

Écrit par : Valentin | 13/09/2013

@Valentin
Vous tombez bien, cela fait des années que je leur fait cette proposition...sans succès. Aucun d'entre eux n'a osé....on se demande bien pourquoi!

Écrit par : Duval | 13/09/2013

Pour des raisons qui ¨m'échappent (!), M. Bonny semble ne pas vouloir publier le commentaire que je lui ai posté à la suite de son billet "En réponse à la lettre ouverte de M. Duval".
Le voici donc:
Monsieur,
1. Je n'ai pas attendu votre venue sur la scène pour dire ce que je pense des directeurs d'établissement. Vous n'êtes qu'un élément parmi certains autres.
2. Contrairement à ce vous suggérez, je ne pense pas que votre attitude et vos pratiques contribuent en bien à votre notoriété publique, l'avenir vous le prouvera!
3. A plein temps ou pas, je pense que votre fonction devrait être irréprochable et surtout un exemple pour les enseignants, les élèves et leurs parents. On en est loin dans le cas qui nous occupe.
4. Je vous remercie pour vos souhaits que vous dites sincères.
5. J'adore votre PS qui, à l'évidence, démontre l'énorme bourde que vous avez commise et que vous tentez de justifier fort maladroitement dans ce postscriptum.

Écrit par : Duval | 13/09/2013

Comment peut-on être directeur à temps partiel?
J'ai posé la question directement à M. Bonny. J'attends aussi une réponse détaillée de sa part.

Écrit par : Johann | 13/09/2013

Les commentaires sont fermés.