03/11/2013

Bienvenue à Pédagoland

simple.jpg

Un des piliers centraux de la justification des directeurs du primaire est le fameux « projet d’établissement ». Or ces projets d’établissement sont passablement indigents quant à leur contenu. Mais pour leur donner l’apparence d’une épaisseur, la méthode est piquante : on gonfle artificiellement le document, on le complique à l’envi, on le larde de formules vides et redondantes, on joue la complexité, on le truffe de formules alambiquées pour donner à l’ensemble l’apparence du sérieux scientifique. L’apparence seulement ; rien d’autre, car on y organise le vide.

Je me suis intéressé au projet d'établissement des écoles du Mandement...un modèle du genre : l'art d'enfoncer une porte ouverte mais à la sauce pédagogiste.

A parcourir ce document, que vous trouvez en ligne, on découvre en priorité que, à force de multiples et longues séances de travail, ce projet a été lancé en 2008 et que le bilan qui en ressort pour les 4 dernières année (2008/2012) est pour le moins mitigé. On apprend en effet:

- Qu’au-delà du travail déjà entamé ces quatre dernières années en ce qui concerne le renforcement de la collaboration entre enseignants et écoles, il est constaté que cette collaboration ne donne pas encore entière satisfaction.

- Qu’un manque de cohérence dans le cadre du suivi des élèves en difficulté demeure et que toutes les forces et les ressources mises à disposition mériteraient une meilleure organisation et utilisation !

- Un manque d’implication de la part de certains enfants dans l’apprentissage du métier d’élève.

 

- Que les relations avec les familles et les partenaires pourraient gagner en sérénité et en efficacité

 

Quatre ans d'implications coûteuses et chronophages quand même! Mais, qu'à cela ne tienne. C'est l'occasion de poursuivre puisque dorénavant, il faut trouver des solutions afin d'améliorer ce bilan pour le moins négatif.

Pensez donc, il faut bien justifier ces fameux postes de directeurs...

Et nous revoilà repartis donc avec de la matière pour une nouvelle période de 4 ans (2012/2016)...

A nouveau, de nombreuses et longues séances de travail. Car il s'agit de définir les axes à prendre pour les 4 ans à venir.

C'est alors que vous pourrez apprécier les plus belles perles issue de Pédagoland.

Ainsi, plutôt que de dire très simplement que, en y associant tous les partenaires, un effort va être fait pour aider les élèves en difficultés, on lit:

- Les écoles de l'établissement du Mandement vont développer un travail dans le domaine des mesures de soutien scolaire et l'objectif choisi en lien avec cette prestation est de :

- Mettre en oeuvre et développer des collaborations ainsi que des outils en vue de faciliter les apprentissages scolaires pour les élèves en difficulté.

 

- Créer et mettre en œuvre, en lien avec les objectifs du PER, une procédure de gestion des élèves amenant une meilleure implication de leur part (organisation, sens des responsabilités. estime de soi).

...

 

- Mettre en œuvre un partenariat harmonieux qui vise à établir un climat de confiance entre enseignants et parents envers la qualité de l'enseignement ainsi qu'à optimiser la collaboration avec les partenaires institutionnels (Commune, APE, GIAP, crèche).

 

- Mettre en œuvre un partenariat efficace et complémentaire en vue d'optimiser le rôle des parents dans des actions préventives (bonne utilisation des réseaux sociaux, semaine sans écran, goûter sains...

 

Enfin, cerise sur le gâteau, il nous reste à découvrir les actions prévues pour y parvenir.

- Formation continue pour avoir une vision commune sur la notion des élèves en difficulté et pour clarifier le rôle de chacun des partenaires.

- Mettre en place des groupes d'échange de pratiques pour créer des dispositifs  internes et travailler sur des stratégies d'apprentissage à mettre en oeuvre avec les élèves.

- Créer des dispositifs internes avec les différents collaborateurs (MS &

ECSP & Titulaires) pour différencier les stratégies d'appui.

-Création et mise en place d'un projet de soutien individualisé à partir d'une

évaluation formative globale de l'élève.

- Temps de travail en commun pour restituer et partager les différentes actions  misent en oeuvre dans les 5 écoles.

- Formation continue pour avoir une meilleure connaissance des stratégies

d'apprentissage et créer des outils afin de les intégrer à l'enseignement.

- Mettre en place des groupes d'échange de pratiques pour établir une vision

commune sur les méthodes d'enseignement qui permettent aux élèves

d'acquérir tout au long de leur scolarité primaire des méthodes de travail.

- Formation continue pour avoir une vision commune sur la notion de ce qu'est

la socialisation scolaire en regard avec le contexte actuel et comment articuler

socialisation et apprentissages.

- Semaine sans écran.

- Mise en place d'un atelier du livre qui inclut diverses activités autour du livre et de la littérature.

- Réflexion sur la possibilité de mettre en œuvre ou non des goûters sains à  l'école.

- Mise en place d'un groupe de travail pour l'organisation de différentes

manifestations réunissant Communes, écoles, APE, autres parents.

- Mise en place d'un groupe de travail pour penser et définir l'organisation des

classes en tenant compte de la spécificité du regroupement scolaire.

- Formation continue afin de perfectionner les compétences nécessaires à bien

communiquer dans un contexte exigeant et en forte évolution.

 

Pédagoland ? Un pays artificiellement complexe mais qui recouvre une réalité simple.


Pour le lecteur qui en aurait encore le courage, je lui conseille encore une autre perle, un modèle dans le genre, illustré de surcroît, le projet d'établissement des école de Bellavista et Boudines.

12:06 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

La pharamineuse sottise pédagogiste, dont l'IUFE est la nourrice principale, a fait de ces projets la charnière du poste de dirlos. Or il n'y a que du vide ou presque.

Mais on va s'en occuper de ces postes de directeurs. Ainsi que de l'IUFE. Promis !

Écrit par : Jean Romain | 03/11/2013

Après avoir lavé le cerveau des jeunes maîtres en formation à l'IUFE, voilà qu'on les envoie dans des PE au sein de leur école. Après en feint de s'étonner des baisses des vocations pour le métier d'enseignant.

Ce que vous décrivez-là, fait penser à des camps de rééducation.
On ne peut plus continuer dans cette voie absurde. Le nouveau parlement et CE, se doivent de redresser la barre du navire DIP complètement à la dérive!

Écrit par : Exprof | 03/11/2013

Une vraie usine à gaz, dont le but est uniquement de produire un brouillard nébuleux (le meilleur) celui-ci n'ayant pour but que de masquer l'incurie de la gauche au pouvoir dans le système pédagogique actuel. On n'a mais fait mieux que les sanctions pour corriger les erreurs et les manques d'incivilité, mais béatement on préfère brasser de l'air en pensant faire avancer ainsi le bateau. Depuis le temps qu'on nous sert ces théories, comment se fait il que le climat social ait pareillement changé, Depuis que les pédagogues de gauche ont pris le pouvoir, cela va de mal en pis, cherchez l'erreur. Les pays nordiques, grands adeptes d'une approche douce de l'éducation est en train de changer son fusil d'épaule et ré envisage certains ajustements au niveau des châtiments corporels..... à méditer MM les intello's

Écrit par : L.Pfenninger | 03/11/2013

Le DIP c'est essentiellement du "Bla bla bla" rien d'autre qui coûte beaucoup trop cher!

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 03/11/2013

@Exprof et Eleine
Pourriez-vous, svp, me révéler, via mon adresse e-mail, à moi seul bien sûr, votre identité, ceci conformément à la règle que j'ai fixée dernièrement dans mon billet "A tous les blogeurs anonymes". Anonymat garanti.
Je serai alors ravi de publier vos commentaires.

Merci d'avance

Écrit par : Duval | 03/11/2013

"Après avoir lavé le cerveau des jeunes maîtres en formation à l'IUFE, voilà qu'on les envoie dans des PE au sein de leur école. Après en feint de s'étonner des baisses des vocations pour le métier d'enseignant. Ce que vous décrivez-là, fait penser à des camps de rééducation. On ne peut plus continuer dans cette voie absurde. Le nouveau parlement et CE, se doivent de redresser la barre du navire DIP complètement à la dérive!"

Écrit par : Exprof | 03/11/2013

Vous avez mille fois raison de dénoncer ces projets d'établissement, qui ont gravement nui au climat scolaire sans apporter les “fruits” attendus.

Dès l'introduction de ces projets, j'avais écrit des articles sur ce sujet, dont l'un publié en septembre 2007, dans le revue culturelle "Choisir".

Ne pouvant pas mettre de liens dans les commentaires, je ne peux le transmettre à vos lecteurs. Mais, je compte reprendre le sujet prochainement dans mon blog.

Promis!

Écrit par : Michèle Roullet | 03/11/2013

@Duval 03.11.2013 je n'ai rien à ajouter à vos écrits pertinents. Toutefois y a-t-il un moyen de stopper cette machine infernale.? HELP!

Écrit par : Danièle Gutowski-Zumofen | 04/11/2013

Les commentaires sont fermés.