16/11/2013

Mea culpa

mea culpa.jpg


Je me suis trompé!

Je me dois donc de corriger cette grave erreur.

Le 16 septembre, j'avais publié un billet qui disait que, à la suite de sombres tractations, les directeurs d'établissement primaire avait obtenu de bénéficier de 8 semaines de vacances , soit deux de plus que n'importe quel cadre supérieur de l'administration.

Eh bien, non! Tout faux!

On m'a en effet fait parvenir une directive fort intéressante, émanant du DIP, intitulée "Gestion des vacances et des congés compensés en jour des directrices et directeurs d'établissement".

On y apprend que ce ne sont pas 8 semaines de vacances dont bénéficient ces directeurs mais... de 10 semaines!

A savoir:

- Droit aux vacances (Art. 6 du RCSAC, B 5 05.03) 6 semaines

- Heures complémentaires à compenser 2 semaines

- Droit aux jours fériés et jour chômé (1er mai) 2 semaines

 

Des heures complémentaires à compenser, si si, vous avez bien lu!

Pensez donc, selon cette directive, les directeurs peuvent "être amenés à travailler au-delà et en deçà de l'horaire hebdomadaire moyen". Car, "durant les périodes scolaires, des activités nécessitent la présence du directeur d'établissement sur la pause de midi et en fin de journée (séances de travail avec le corps enseignant, entretiens, réunions de parents, conseil d'établissement) et conduisent ce dernier à accomplir des heures complémentaires qui ne peuvent être régulées sans annualisation du temps de travail".

Autant d'activités menées AVEC les enseignants...deux poids deux mesures? Je leur suggère donc de suivre l'exemple de leur hiérarchie et de réclamer dès lors une compensation pour toutes ces heures "supplémentaires" qu'ils accomplissent hors de leur enseignement.

10 semaines de vacances...soit, pratiquement l'équivalent, moins deux semaines, des vacances scolaires de nos écoliers.

Il est vrai que, au vu du petit salaire octroyé à ces cadres supérieurs, ainsi qu'à l'immense charge de travail qui leur incombe, il fallait bien ça pour compenser tous les inconvénients auxquels ils sont sans cesse confrontés dans l'exercice de leur devoir.

Elle est pas belle la vie?

13:56 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Ils ne risquent certainement pas le burn out...Avec un tel aménagement, ce sont des nababs...Et dire que les internes aux HUG font des semaines de 50 à 60 h. Que devraient-ils demander, par comparaison, comme vacances compensatoires?

C'est proprement ahurissant. Qui à laissé faire tout cela? Comment un CE et un GC ont-ils pu tolérer pareils abus?

Aura-t-on voté pour rien en cette année 2013 ?

Écrit par : Exprof | 16/11/2013

@Exprof
Pas pour rien, mais probablement pour la reconduite de ce genre d'aberration.

Écrit par : Mère-Grand | 16/11/2013

C'est juste ahurissant ! Quand est-ce que le GC va se saisir de cette absurdité et intervenir ! On se moque tout simplement du peuple !
Je suis juste dégoûtée par tant de privilèges injustifiés.

Écrit par : Marion Garcia Bedetti | 16/11/2013

C'est une plaisanterie ? Avec le nombre de jours par années où les écoles sont fermées et que personne, je dis bien personne ne va contrôler si les Directeurs y sont ou pas. En plus les enfants sont présents dans les écoles 6 heures par jour, soit 27h.30/semaine. Là encore personne n'est là pour voir à quelle heure le directeur arrive et à quelle heure il repart.

Mon mari bosse 50 heures par semaine, on lui a donné toujours plus de boulot, de responsabilités, sans réviser son cahier des charges ni son salaire d'ailleurs et le travail doit être fait dans les 40h/semaine pour lesquelles il est payé. Les heures supp, c'est pour sa pomme.

Y'en a marre de cette caste de privilégiés qui sont rémunérés par nos impôts et qui ne font même pas un boulot utile à nos enfants. Mais qu'on engage des enseignants bon sang, le système qui existait avant avec des inspecteurs et un maître ou une maîtresse responsable par établissement fonctionnait mille fois mieux.

Le canton est vraiment gouverné par des incapables ! Et rien ne va changer vu le résultat des dernières élections....J'arrête là, ça m'énerve...

Écrit par : corinne strohheker | 16/11/2013

Je suis en train d'écrire le rapport de majorité qui demande aux directeurs d'enseigner à temps partiel ! Ceux qui veulent le statu quo, ce sont la gauche socialiste et les Verts. Les s'cialistes font le rapport de minorité.

Écrit par : Jean Romain | 16/11/2013

Pas étonnant que les directeurs multiplient les réunions avec les enseignants puisqu'elles sont comptabilisées en heures supplémentaires et servent à justifier ces deux semaines compensatoires.

Écrit par : Duval | 16/11/2013

Réunions et colloques sont parmi les plaies de tous les services sociaux. L'enseignement paraissait être épargné dans une certaine mesure.

Écrit par : Mère-Grand | 16/11/2013

Pou rappel aux commentateurs anonymes

Merci pour votre commentaire que j'ai bien reçu.
Conformément à la règle que j'ai fixée dans un billet précédent, pourriez-vous me communiquer votre identité, via un mail, pour que je puisse le poster, ce que je ferai volontiers.
Il est bien entendu que, de mon côté, je garantis votre anonymat.

Meilleures salutations
André Duval

Écrit par : Duval | 16/11/2013

Chacun voulant conserver ses petits privilèges, il y a fort à parier que soit Hodgers, soit Anne Emery reprendra le DIP.Il faudrait que les groupes de droite au GC fassent pression sur leurs CE pour que l'un d'eux réclame le DIP lors de l'attribution des dicastères...Si ça n'arrive pas, la situation perdurera voire empirera.

Écrit par : corinne strohheker | 16/11/2013

Pierre a feu, je vous renvoie a mon commentaire précédent!

Écrit par : Duval | 16/11/2013

Les commentaires sont fermés.