06/12/2013

La femme objet selon Charles Beer

femme.jpg


Je viens de lire Monsieur Beer, son Invité du jour dans la TdG.


Je n'ose y croire. Sans me citer, me ferait-il l'honneur de faire référence à mon blog.


"Récemment, une cadre du Département dont j'assure la responsabilité a été rabaissée à la condition d'objet par un internaute utilisant un témoignage professionnel anonyme".

Je dois assurément me tromper.

Monsieur Beer sait en effet que le billet que j'ai posté le 5 octobre ne relatait que la stricte vérité et que la directrice dont il était question n'était nullement et à aucun moment "rabaissée à la condition d'objet". Le témoignage publié énumérait en tout et pour tout quelques qualités féminines...

Notre président ne peut considérer que relater les atouts dont peut faire preuve une jeune femme fasse d'elle un simple objet.

Voyons, le témoignage anonyme que j'ai publié ne faisait que dénoncer une attitude inattendue de la part d'une directrice.

Je n'ose donc imaginer que c'est à celui-ci que Monsieur Beer fait allusion dans son Invité.

Ou alors, aurais-je touché juste...

Non, je rêve, je n'ai jamais eu besoin, moi, de me cacher derrière un déguisement mais je tiens mes promesses, moi, et respecte donc l'anonymat de mes sources, un procédé accepté dans l'information, Monsieur Beer le sait parfaitement.

Non, décidément, je me fais des idées, rien ne coïncide, c'est un tout autre cas auquel notre Président fait allusion.

14:49 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

M. Beer a dû gérer biens de petit soucis au cours de ses quinquennats et il mérite de se reposer un peu. Q'il ait laissé le soin du travail certainement herculéen de l'institut de formation des maîtres à la femme qui lui succède ne pourra faire que bonne figure, puisque cela met définitivement fin aux rumeurs selon lesquels on tient celles-ci pour inférieures chez nous. Mais tout cela relève de la haute politique.
Pour changer de niveau, j'aimerais dire deux mots sur des sujet qui m'ont particulièrement frappés lors de la dernière rentrée des Cycles d'Orientation.
Le premier concerne l'allocution d'un directeur très soucieux de placer tout de suite les parents dans le bain de son école en leur assénant pendant une quinzaine de minutes l'ensemble des mesures punitives dont leurs enfants pouvaient faire l'objet en cas de méconduire, terminant sur l'intervention de la police, qui le laisserait, lui, dans l'incapacité de faire quoi que ce soit pour venir en aise au jeune qui se serait ainsi fait "pincer". Une fois de retour dans les classe, ce fut un jeune parent d'élèves qui félicita la maîtresse de classe de bien vouloir aborder le chapitre "non pénitentiaire" du travail en classe des méthodes mises en place pour la réussite des élèves.
Cette remarque me permet de passer au deuxième point, qui rappellera à nombre de lecteurs de sombres souvenirs et qui, en cours de soirée à déjà accaparé la plus grande partie du temps. C'est celui de l'enseignement des mathématiques.
Comme cela arrive la plupart du temps dans cette discipline, les élèves présentaient, selon leur prof, de nombreuses lacunes, dont il n'a pas rejet franchement la faute sur l'enseignant précédant, démarche vaine, celui-lé ayant aussi un un devançant, et ainsi de suite. La conséquence fâcheuse de cette constatation a été la suivante: un grande partie de la classe a comme première note une note tellement basse qu'elle est maintenant pratiquement impossible à remonter et risque de faire rater l'année à plusieurs d'entre eux. Associé au fait que dans un travail suivant, sensé les remonter, plusieurs élèves adolescents aient fondus en larmes, cette manière d'enseigner m'a donné une image extrêmement négative de cet enseignement. Je n'entrerai pas dans le détail de ce qui s'est dit, ni de ce que je pense, mais je reste curieux de lire éventuellement les réaction d'autres gens ont a cour que se développe chez nous un enseignement exigeant, de qualité, mais fondé aussi bien sur les qualités humaines que sur la course à la performance à travers un système d'élimination mal conçu.

Écrit par : Mère-Grand | 06/12/2013

C'est culotté de la part de M. Beer de réinterpréter ainsi votre billet! Pfff... L'honnêteté intellectuelle n'est pas toujours bien servie...

Écrit par : hommelibre | 06/12/2013

Les commentaires sont fermés.