21/12/2013

Ces politiciens bornés, aveuglés par une idéologie

sexe.png

J'ai parfois vraiment de la peine à comprendre les politiciens!

Je viens d'écouter certains d'entre eux lors de leur passage de ce mercredi 18 décembre à Genève à Chaud.

Il était question de cette initiative dont je vous parlais dans mon précédent billet.

Ce qu'elle demande me paraît pourtant assez simple et surtout elle me semble relever du plus élémentaire bon sens. Entendons-nous bien, il ne s'agit pas du tout de supprimer ces cours comme certains semblent vouloir le faire croire. Jugez-en plutôt:

L'initiative pour la "protection contre la sexualisation à l'école maternelle et primaire" veut empêcher toute éducation sexuelle à l'école avant que les enfants aient atteint l'âge de neuf ans. Tout au plus, un cours destiné à la prévention des abus peut être dispensé à partir de l'école maternelle.

N'est-ce pas assez clair?

On se demande en effet en quoi il serait utile de venir parler de sexualité à des petits bouts de choux de 4 ou 5 ans, alors qu'ils sont à des milliers d'années lumière de se poser les questions auxquelles on voudrait répondre de façon si précoce.

Ce d'autant plus que l'initiative, prudemment, prévoit tout de même un cours destiné à la prévention des abus éventuels.

Mais voilà, lors de leur passage chez Pascal Décaillet, Messieurs Roger Deneys et Romain de Sainte Marie ne l'entendent pas de cette oreille.

Non, non, ils y voient là essentiellement l'œuvre épouvantable d'une horrible droite conservatrice...

Et de tout mélanger...

"Le retour à une sorte d'internationale intégriste qui remet en cause un certain nombre de libertés conquises au 20ème siècle, une attaque des libertés des femmes, de la libération sexuelle, des questions d'avortement, du libre choix, de..."

Holà, mais, du calme, il s'agit simplement d'éviter de délivrer ces cours à l'école pour les enfants de...4 à 8 ans! Rien de plus!

Que nenni.

On y voit "le retour à la loi du silence, avec toutes les dérives que ça peut permettre".

Pour Romain de Sainte Marie, la sexualité serait un fait social et l'école a donc un rôle indispensable à jouer puisque la famille ne peut pas le remplir en totalité.

Les parents absents, de nombreux enfants sont seuls à la maison et regardent la télévision. Ils sont alors soumis à toutes sortes d'images de sexualités véhiculées par les publicités, les clips, les films.

A ses yeux, il est alors indispensable que l'école soit là pour casser ce qui est délivré par cette société monstrueuse.

A l'école de remettre de l'ordre...

Et Jean Romain de dénoncer ce discours typiquement socialisant où le rôle de l'école serait de tout corriger.

Reste le meilleur pour la fin, lorsque Romain de Sainte Marie ajoute "qu'on assiste de plus en plus à des faits marquant dans les cycles d'orientation. Notamment des viols collectifs de jeunes ados qui ont vu ce genre de scènes sur internet et qui les reproduisent".

Mais, Monsieur Romain  de Sainte Marie se rend-il compte de l'énormité, de l'incohérence de ses propos? Ne sait-il pas que des cours d'éducation sexuelle sont délivrés à l'école primaire depuis des décennies! Que dès lors, les ados dont ils parlent sont ceux qui les ont suivis...ce qui ne les aurait donc pas empêchés de commettre les atrocités auxquelles il fait référence.

Ce qui laisserait penser que même à neuf ans ou au delà, ces cours n'ont qu'une portée très relative...

Alors, les instaurer aux petiots de 5 ans, hum!

19:25 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

On voit clairement deux positions : d'une part, la position siociaIisante du tout-état, et la mienne qui préconise une complicité entre la famille d'abord et surtout et l'Etat.

Écrit par : Jean Romain | 21/12/2013

Ce n'est pas à l'école de faire l'éducation des enfants, c'est le boulot des parents !!! Il serait parfaitement inadmissible qu'en matière d'éducation l'Etat impose des choses à une majorité qui va bien, pour une minorité qui rencontre des problèmes. Le respect de soi et d'autrui doit s'inculquer dans le cadre de la cellule familiale depuis tout petit, il est ensuite mis en application et consolidé hors de la famille et notamment à l'école grâce à la collaboration enseignants-parents et à tous les acteurs du scolaires et du para-scolaire.

Écrit par : corinne strohheker | 21/12/2013

Oui, bien d'accord avec ça. Il n'y a plus d'enfance, de découverte, en laissant à chacun le temps d'apprendre, d'évoluer à son rythme.

C'est insensé ! Un enfant posera des questions à ce sujet, le moment venu, SON moment et pas celui décidé par des élus.

Les enfants abordent la sexualité très tôt, à 2 ans pour certains, mais avec leur propre appréhension et vision de celle-ci et non des concepts. D'autres découvrent par hasard que Oh... les hommes ne sont pas faits comme les femmes.

Et ce n'est que plus tard, qu'ils commencent à poser des questions. Aux parents d'y répondre, de la manière la plus simple et naturelle qui soit, parce que c'est la seule réponse que les enfants entendent.

Un enfant ne réagit jamais mal, lorsque cela "sonne" vrai.

Ce serait plutôt aux parents qu'il faudrait enseigner l'art d'enseigner ce qui est naturel et fait partie de la vie.

Ce n'est pas le rôle de l'école !

Que celle-ci prenne le relais plus tard, à l'adolescence, au moment où les enfants se ferment au dialogue par réaction à leurs parents est une bonne chose.

Mais chaque chose en son temps.

Écrit par : Jmemêledetout | 21/12/2013

borné pour borné le philosophe d'Arle-istote en matière d'éducation sexuelle ne voit que deux positions.. et même clairement...

Écrit par : briand | 22/12/2013

@André Duval quel beau titre esprits bornés aveuglés par leur idéologie et leur manque d'expérience
Souvent je me pose la question mais ou est elle cette expérience de la vie qui aidait à nommer celui-ci plutôt qu'un autre ? c'est simple en tous cas chez nous la plupart étaient chefs d'entreprise.la plupart étaient hauts gradés à l'Armée
c'était une autre époque soit mais au moins quand on se levait le matin on savait de quel coté marcher.Hélas le new âge a débarqué en 1970 et la paix même au sein de nombreux foyers se dissémina comme la peste
C'est une guerre psychologique très souvent entretenue par des partis qui se disent contre la mondialisation mais qui en fait sont ses parfaits disciples avec pour seul objectif maintenir le chaos dans lequel ils aiment se lover par paresse et complète déresponsabiliation

Écrit par : lovsmeralda | 22/12/2013

On dit qu'il ne faut pas mourir idiot. Notre pauvre briand vient de prendre son billet pour l'immortalité !

Écrit par : Jean Romain | 22/12/2013

@quidam et Plouf
Encore une fois, je rappelle aux commentateurs qui utilisent un pseudo que je ne publie leur commentaire qu'à condition qu'ils me communiquent leur identité via mon adresse e-mail. De mon côté, je m'engage à respecter leur identité.

Écrit par : Duval | 22/12/2013

Educateurs, et trices, on nous a appris que l'enfant qui pose des questions connaît plus ou moins les réponses et que, tant qu'il ne pose pas de questions, c'est qu'il n'est soit pas prêt, qu'il sait déjà ou, franchement, qu'il s'en fiche. L'école n'est pas seulement, une fois pour toutes, l'Etat"! Elle est un lieu de rencontre entre enseignants et enfants... Il peut être judicieux de placer une boîte aux questions à l'intention des enfants qui s'adressent à leur prof de classe... une fois par semaine ou tous les quinze jours...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/12/2013

Je vous rappelle qu'il y a cinq ou six ans, les jeunes socialistes de Genève avaient proposé de montrer des films pornos en primaire pour l'édification des enfants.

Écrit par : MM | 22/12/2013

excusez-moi pour ce post en deux temps : voici le lien sur l'info que je donnais précédemment concernant les jeunes socialistes genevois dans leurs oeuvres. Vous verrez que M. De Sainte-Marie était déjà là.

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Du-porno-pour-eduquer-les-ecoliers--14413141

Écrit par : MM | 22/12/2013

Les commentaires sont fermés.