04/05/2014

Enfin on en sait plus sur le rôle des directeurs d'école!

Liotard%20école%20%20P1010268_mDIETSCHI.jpg

"Ce samedi après-midi, l'école primaire Liotard a inauguré la première "troc party" de Genève. Le but de l'initiative est de favoriser les échanges d'objets dans les cours d'écoles". Une initiative qui ne manque pas d'intérêt. Pour ma part, je me suis plutôt concentré sur les propos que Madame Esther Berthiaud, directrice de cet établissement, a tenu à cette occasion.

lien

La TdG lui a demandé ce qu'elle pensait de cette expérience. Sa réponse est éloquente car, enfin, on apprend ce à quoi servent ces directeurs d'établissement...

Je la cite:

"Je trouve que c'est une idée magnifique puisque depuis que je suis en place dans ce quartier, une grande partie de mon temps a été dévolue au "réseautage", c'est à dire à faire découvrir aux parents toutes les associations qui gravitent autour de l'école".

Hormis qu'on a de la peine à saisir l'importance de la démarche, on se demande bien de quelles associations (au pluriel) il s'agit et en quoi cela nécessiterait des postes de cadres supérieurs à plein temps.

Quand je vous disais que ces postes ne sont que des placards dorés et qu'il est grand temps que Madame Anne Emery Torracinta y mette de l'ordre.

Au fait, voilà maintenant plus de 170 jours qu'elle est à la tête du DIP et...on ne voit toujours rien venir. Le DIP ne répond plus, il a dû se perdre dans le triangle des Bermudes...


Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

 

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom via mon adresse e-mail.

 

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

 

 

19:45 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Rien ne changera jamais au DIP ! Une socialiste remplace un socialiste... elle ne va pas défaire ce que son prédécesseur a fait.... ces postes de directeurs de l'EP sont une façon de détourner l'argent du contribuable.... ou bien de le jeter par la fenêtre... comme vous voulez !
ON parle beaucoup de la corruption en Ukraine, Russie etc ces temps ci.... les médias critiquent bcp la corruption ailleurs, mais ils sont incapables de s'attaquer ou de relever les problèmes chez nous

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 05/05/2014

...un poste de cadre supérieur, assorti de Maîtres Adjoints (1 ou 2), et d'un poste de secrétariat....ça en fait, des thunes....
Pour un poste sensé remplacé les maîtres principaux et les inspecteurs...

Écrit par : vieuxschnock | 05/05/2014

Dans la pratique le "réseautage" consiste essentiellement à promouvoir les idées et les intérêts d'une personne ou d'un groupe, notamment en diffusant ainsi ses idées pour en faire un futur client … assez souvent politique. Il créé des relais indispensables au pouvoir et se voit donc à l'abri de ceux qui sont en place.

Écrit par : Mère-Grand | 05/05/2014

Le réseautage: nouveau métier?

Madame Torracinta, réveillez-vous!
Vous a-t-on versé du somnifère dans l'Académie?

Ce qui est hallucinant, c'est que les députés (de tous bords) ont toujours soigneusement omis de chercher à savoir à quoi servent ces directeurs et directrices.
Il n'est pourtant pas difficile, à titre d'information, d'obtenir le cahier des charges de ces cadres. Si les charges sont absentes ou inconsistantes, les députés pourraient exiger que l'exécutif ré-adapte leur salaire, voire simplement supprimer ces postes.

Normalement, une association peut être très ponctuellement invitée dans le cadre d'une manifestation festive pour proposer une activité en participation temporaire non régulière, si possible, en lien avec le programme de loisirs ou d'éducation.

Le troc!
On passe de l'échange intellectuel à l'échange d'objets, des savoirs, des services etc.
Dans les faits, il s'agit plus d'échange de biens plus ou moins consommables que d'idées.
L'expérience qui se fait au niveau des associations concerne effectivement les idées et les projets que les gens, de bonne foi, amènent et posent sur la table.
Je ne peux que les mettre en garde. Ces associations s'emparent des idées pour leur compte propre ou pour le compte de leurs commanditaires, sans demander de permission. Ces idées sont retravaillées et travesties, elles sont gèlées pour réapparaître sous leur nom dans les moments d'une étrange coïncidence avec les pré-campagnes électorales.

Les associations sont de plus en plus des cellules discrètes qui fonctionnent sur le modèle des capillaires. Elles transfèrent les informations utiles à leurs commanditaires sur le suivi de leur travail d'encadrement et d'orientation de la population. Pour justifier la légitimité de leur existence et faire passer l'inacceptabilité dans leurs buts, souvent non définies et aux intérêts inavouables, elles ont besoin de la caution officielle d'une institution reconnue. L'école et le DIP sont, en principe, des références irrécusables! Malveillant est celui qui y trouverait de l'incohérence!
Je ne pensais pas une seconde que le réseautage empièterait pareillement sur l'institution.
La toile d'araignée est ainsi tissée. Personne, donc, n'y échappera!
Un goulag qui passe par le toit troué de la maison.

Alors, quelles compétences demande-t-on aux directeurs et directrices?
Le DIP préfère-t-il se prêter au jeu et à la complicité du réseautage et de s'y noyer? S'est-il fourvoyé? A-t-il été trompé et manipulé?

Et si le DIP s'y complait et collabore, soit il a abandonné sa mission d'éducation, soit il s'est laissé corrompre pour servir d'autres desseins.
Dans ce cas, l'école socialiste s'est terriblement éloignée de l'école d'André Chavanne.

Il ne manque plus que le DIP confie l'école aux Unités d'Action Communautaire (UAC) qu'elles s'occupent de l'avenir des enfants, dès l'apprentissage du parler, elles leur montreront les avantages du vivre au dépend des réseaux plutôt qu'à s'éduquer et à se former à la raison critique.
UAC. Internautes et Genevois, les connaissez-vous? Que font les agents des UAC? Quelle formation et quelles compétences de métier ont ils? Quelles sont leurs attributions? Qu'ont-ils accompli depuis la création des UAC (6 ans déjà) et que font-ils de leur temps de service?

Je les ai vu vivre de tout près. Ils cherchent à occuper leur temps et ils ont mauvaise conscience d'être bien salariés à ne rien faire. Ils ont une peine inouïe à rédiger une lettre ou un rapport d'une demi-page A4. Ils sont persuadés qu'on les observe et ils en sont très gênés. Ils évitent le public. On ne sait pas qui ils sont, où logent leurs quartiers généraux. Dans les partis politiques?

Ma question: Ne faudrait-il pas rétablir le statut de maître principal? En tout cas un enseignant qui enseigne, comme directeur.

Écrit par : Beatrix | 05/05/2014

@Beatrix
Pou info, une motion (2100) qui demande que ces directeurs soient en charge d'heures d'enseignement doit être traitée prochainement en plénière du GC.
Je vous laisse en prendre connaissance ainsi que des auditions auxquelles la commission de l'enseignement a procédé dans ce cadre.
J'ai écrit de nombreux billets au sujet de ces postes de directeurs, entre autre:
http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2014/01/09/et-boum-des-directeurs-mis-face-a-la-realite-251694.html

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2014/01/15/une-deputee-sur-le-fil-251909.html

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2014/03/14/les-pratiques-scandaleuses-du-gapp-groupement-genevois-assoc-254009.html

Écrit par : Duval | 05/05/2014

Le commentaire de Beatrix est très pertinent. Et la déclaration de la directrice pour le moins légère!

On devrait savoir, donc enquêter, quel est le cahier des charges des directrices et directeurs, et si le réseautage est prévu, quel est sa fonction et quelles associations ont trouvé le soutien des directions ou du DIP, sur quels critères ces associations sont choisies et qui donne la ligne directrice du choix.

Parce qu'en effet, il flotte comme un relent de politisation, cachée ou non, dans nombre d'associations dont les mots-clés, les thèmes et certains membres colorent directement le contenu sous un prétexte plus général ou de sauvegarde quelconque.

Difficile, dans l'atmosphère joyeuse et sympa d'un troc, de faire la part des choses, et à moins d'être aguerri, d'écarter les petites phrases ou les intonations qui sont déjà en soi des déclarations politiques, voire les allusions directes dites au moment où l'interlocuteur n'est pas en configuration émotionnelle de débat mais plutôt d'ouverture.

On sait comment cela marche.

Écrit par : hommelibre | 06/05/2014

@hommelibre et Béatrix
Le réseautage ne figure pas dans le cahier des charges des directeurs d'établissement. Vous le trouverez en annexe 3 à la fin de la motion 2100 (page 35):
http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M02100A.pdf
Si ce n'est en page 3 de cette annexe:
"développe une stratégie de communication et de collaboration avec l'ensemble des partenaires de son établissement (instances officielles, partenaires institutionnels, collectivités et associations locales)

Écrit par : Duval | 06/05/2014

Les commentaires sont fermés.