25/08/2014

Yeeeees, enfin, il était temps!

Anne-2ème-tour-cadrée.jpg

Que de billets j'ai consacrés à ce sujet, la formation des enseignants à Genève...

En juin 2013, notamment, je terminais mon billet "Des pratiques dignes d'une République bananière" par ces quelques lignes:

Les critiques envers l'IUFE se font de plus en plus nombreuses et de plus en plus vives. Jusqu'à quand nos autorités accepteront-elles de couvrir cet institut? N'est-il pas temps pour nos élus d'ouvrir les yeux sur une telle honte?

Depuis le temps que, notamment avec l'Arle, j'ai dénoncé toutes les aberrations de cet institut, voilà que, aujourd'hui, en lisant la TdG, j'ai le très grand plaisir de constater que Madame Anne Emery Torracinta réagit et ouvre les yeux en laissant entendre envisager une refonte du système.

Peut-être devrait-on la nommer membre d'honneur de l'Arle tant elle semble avoir été à l'écoute des critiques émises sur ce blog, notamment lorsque je dénonçais...

- une sélection des étudiants qui laisse pour le moins perplexe quant à l'attribution des stages "à la tête du client" ainsi que sur l'importance de former en priorité des praticiens plutôt que des théoriciens, autant de problèmes soulevés ici.

- Des pratiques dignes d'une République bananière

- L'IUFE va-t-il réussir à me casser?

- IUFE institut universitaire des formateurs égarés

- L'IUFE sévèrement décrié

La nouvelle Présidente du DIP semble donc animée d'une bonne volonté qui me réjouit. Le fait qu'elle soit avant tout une enseignante n'y est sûrement pas pour rien. Enfin j'entrevois dans sa démarche une lueur qui laisse présager qu'elle ne s'arrêtera pas là et qu'elle saura, sur cette lancée, s'attaquer à tous les autres problèmes qui minent notre école genevoise. Je pense tout spécialement à l'organisation aberrante de l'école primaire avec ses trop nombreux directeurs d'établissement qui jouissent depuis bien trop longtemps de placards dorés ainsi qu'au remaniement total qu'il est nécessaire et urgent d'opérer dans cet ordre d'enseignement.

Quelques pistes que, en  juin 2012, je suggérais à ce sujet dans un billet intitulé "Si j'étais président".

1. Réduire drastiquement les postes inutiles qui polluent la Direction de l'enseignement primaire (directeurs d'établissement et usine à gaz de la Direction), à savoir une bonne cinquantaine de postes de ...cadres supérieurs, faut-il le rappeler!

Une mesure qui, à financement égal, permettrait la création d'environ 80 postes d'enseignants consacrés entièrement aux mesures d'appui pour les élèves en difficulté scolaire.

Concrètement, cela représenterait un enseignant d'appui par établissement scolaire (84) chacun secondé par 1 étudiant de l'IUFE en stage obligatoire.

2. Obligation pour les directeurs d'établissement (en nombre réduit à 50) de faire le travail pour lequel ils ont été engagés. Leurs tâches doivent être clairement précisées dans un nouveau cahier des charges qui ne permette pas de déléguer outrageusement une bonne partie de leurs obligations aux enseignants...

Une mesure qui permet la mise en place de la priorité suivante.

3. Libérer les enseignants de toutes contraintes administratives ou autres (souvent lourdes et inutiles)et leur donner ainsi les moyens de faire correctement leur travail, à savoir enseigner.

4. Obligation pour eux de rendre compte de leur enseignement au travers d'un journal de bord attestant de programmes mensuels, voire hebdomadaires.

5. Refonte totale du matériel didactique actuellement catastrophique et inadapté dans pratiquement toutes les disciplines , prioritairement en français (MMF)!

6. Passation des épreuves cantonales à la fin du mois de juin (et non en mai) de façon à utiliser à bon escient l'entier du temps d'enseignement disponible pendant l'année scolaire.

De même, remise des moyennes en dernière semaine de juin.

L'organisation des classes pour la rentrée scolaire suivante est alors faite par les directeurs d'établissement dans le courant de la 1ère semaine de juillet.

7. Enfin, possibilité pour chaque enseignant de contacter, au besoin, directement le président sans passer par toute la hiérarchie intermédiaire.

Une mesure qui permettrait à chacun de se livrer en toute transparence sans risque d'un blocage d'informations dans le dédale hiérarchique...

Et au président de garder les pieds sur terre, d'être en contact direct avec les réalités du terrain...


 

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

 

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

 

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

 


 

17:23 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Le printemps en automne!

Écrit par : Mère-Grand | 25/08/2014

Peut-on réformer l'IUFE ? Ne faut-il pas fermer cette mascarade pédagogo et mettre en place une structure plus légère et plus effcace ? L'IUFE est la nourrice princpale des problème scolaires genevois.

Écrit par : Jean Romain | 26/08/2014

Difficile en effet de réformer cette usine à gaz. Un retour aux bonnes vieilles études pédagogiques serait souhaitable (voir mon billet sur le sujet...)et laisser la "recherche" à l'université mais surtout pas la mainmise sur la formation!

Écrit par : Duval | 26/08/2014

Voilà qui devient intéressant:

Secrétariat du Grand Conseil
Question présentée par le député :
Benoit Genecand
Date de dépôt : 28.08.2014
Q
Question écrite
Stages en responsabilité de l’IUFE : un risque d’arbitraire ?
L’attribution d’un stage est nécessaire pour faire la deuxième (et dernière)
année de formation à l’institut universitaire de formation des enseignants.
Dans la filière Français, 7 stages ont été attribués fin juin 2014 alors qu’il
y avait 23 candidats. Les candidats qui n’obtiennent pas de stage ne peuvent
poursuivre leur formation et doivent se représenter l’année suivante sans
garantie d’être engagés.
Les critères de sélection sont opaques et la communication de la décision
tardive. Les candidats recalés l’apprennent au milieu du mois de juillet et
n’obtiennent des éventuels compléments d’information qu’à la fin août, soit
après le délai de recours contre la décision.
La sélection semble dépendre fortement d’un entretien individuel. Or, il
semble que cet entretien n’a pas le même format pour tous les candidats.
En outre et enfin, lors de la séance 2014, un examen de Psychologie a vu
son barème revu après communication des résultats pour remettre « dans la
course » certains candidats qui avaient échoué. Un ou une de ces candidats
serait maintenant bénéficiaire d’un des 7 stages en responsabilité.
Ma question est donc la suivante :
Y a-t-il un risque d’arbitraire dans l’attribution des stages en
responsabilité octroyés par l’IUFE au sein des établissements secondaires
genevois ?
Que le Conseil d'Etat soit vivement remercié par avance pour les réponses
qu'il apportera à la présente question écrite.

Écrit par : Duval | 26/08/2014

Depuis longtemps tout le monde critique cet IUFE, mais personne ne rappelle que nous sommes les seuls de Suisse à avoir ce système.

Partout en Suisse, la formation des enseignants dépend de Hautes Ecoles Pédagogique. La structure des hautes écoles semble bien plus adaptée à délivrer une formation pratique et concrète que l'université qui distille des sciences fondamentales....

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Yannick Bravo | 29/08/2014

@Yannick
En surfant sur mon blog, vous découvrirez que contrairement à ce que vous écrivez, il y a bien longtemps que je lutte contre cet IUFE et que je rappelle qu'en effet, partout ailleurs, on trouve des HEP. (D'ailleurs, plusieurs interventions à ce sujet ont été faites au GC par Jean Romain).
Parmi tant d'autres que je vous laisse découvrir, quantité de textes sur le site de l'Arle
http://www.arle.ch/formation-des-maitres/instituteurs
Ou par exemple sur ce blog:
http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2013/05/23/formation-des-futurs-enseignants-genevois-ou-en-est-on.html
http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2010/10/27/les-instituteurs-sont-ils-des-intellectuels-ou-des-praticien.html

Écrit par : Duval | 29/08/2014

Les commentaires sont fermés.