04/09/2014

Profs de gym, les enfants gâtés du DIP?

gym.jpg

En juin dernier j'avais écrit un billet (Un syndicat des enseignants à côté de la plaque) dans lequel je disais combien j'estimais que la décision de Madame Anne Emery Torracinta était justifiée. Il était en effet inacceptable que, sous prétexte d'organiser quelques activités diverses (journées sportives, tournois, concerts, etc.), les maîtres spécialisés (MS) de dessin, gym et musique (MDAS) soient au bénéfice de deux heures hebdomadaires de dégrèvement sur leur horaire.

Ainsi, il avaient la possibilité d'enseigner 26 périodes seulement pour un horaire officiel de 28 périodes/semaine. En "réallouant" ces heures à l'enseignement, Madame AET a mis fin à ce privilège. Une sage décision, ce d'autant plus que leur cahier des charges est très clair lorsqu'il stipule que "le temps d'enseignement tient compte de leur devoir d'implication multiples dans les activités de l'école".

Confrontés à la décision de la Présidente du DIP, certains de ces enseignants, appuyés par leur syndicat (SPG, AGMEP) sont montés aux créneaux pour manifester leur désaccord et leur colère. Le Président de la SPG, Monsieur Laurent Vité, allant jusqu'à les inciter à cesser toutes participations aux manifestations sportives et autres.

Ce qu'ils ont osé faire!

En effet, c'est en lisant la TdG du jour que j'ai constaté avec effarement que "les profs de gym" avaient décidé de boycotter, entre autre, les entraînements sportifs en vue de la course de l'Escalade. 

Sans s'arrêter là:

"L’Association Genevoise des Maîtres d’Education Physique (AGMEP) communique qu’elle a donné, à grand regret, le mot d’ordre à ses membres et aux maîtres d’éducation physique des écoles primaires, de boycotter l’encadrement de toutes les manifestations sportives proposées par l’enseignement primaire dont le programme Sant« e »scalade pour l’année scolaire 2014-2015.Ces mesures font suite à la décision prise par le Département de l’Instruction Publique, sans concertation avec les différents partenaires, de changer la répartition du taux horaire sans aucune compensation. ..."

Bel exemple qu'ils nous délivrent là !

Une attitude irresponsable qui jette le discrédit sur l'ensemble de la profession. Une image peu reluisante des enseignants que, à n'en pas douter, certains s'empresseront d'utiliser et de répandre à tout va! Il suffit de lire les commentaires qui accompagnent l'article de la TdG pour s'en rendre compte...

J'ose pourtant encore espérer que la grande majorité du corps enseignant fera preuve d'un sens des responsabilités plus développé et que ces maîtres ne se laisseront pas mener par le bout du nez par cette minorité (?) d'énergumènes...

Il en va de la respectabilité de toute cette profession qui ne mérite pas qu'on la salisse pareillement.


 

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

 

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

 

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

 




 

18:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Et bien M. Duval, je vous rejoins! Je trouve aussi bizarre que les maîtres de gym aient deux heures hebdomadaires de dégrèvement sur leur horaire pour organiser des activités sportives. A ce régime combien d'heures de dégrèvement devraient avoir les maîtres de classe, qui assument une tenue de classe, pour organiser leurs activités culturelles ou sorties?

Écrit par : Michèle Roullet | 04/09/2014

Je ne suis pas d'accord avec vous M. Duval, l'enseignement artistique et physique développe AUSSI et bien souvent au mieux les facultés intellectuelles. Cette minorité comme vous l'appelez, et dont les autres sections dépendent sur le plan de développement, méritent les mêmes droits que la majorité.

Bon 2 heures par semaine me semblent un peu exagéré s'il y a peu de manifestations. Je dirais 2 heures tous les 15 jours, car l'organisation d'activités, quelles qu'elles soient prennent beaucoup de temps sur de nombreux plans, trouver les lieux, obtenir les autorisations, négocier la participation, garantir la sécurité des enfants, organiser les rencontres, etc... etc...

Écrit par : Jmemêledetout | 04/09/2014

@Jmemêledetout
Peut-être me suis-je mal fait comprendre. Par minorité, j'espère qu'ils sont peu parmi les maîtres spécialistes à suivre cette action. Par ailleurs, je vous rejoins entièrement sur l'importance des branches artistiques...j'ai d'ailleurs écrit plusieurs billets qui en parlaient.
Pour le reste, je ne vous suis pas. Ces tâches d'organisation font partie du cahier des charges de ces enseignants et je ne vois pas pourquoi ils bénéficieraient d'heures de dégrèvement. Comme l'écrit Mme Roullet,
"A ce régime combien d'heures de dégrèvement devraient avoir les maîtres de classe, qui assument une tenue de classe, pour organiser leurs activités culturelles ou sorties"?

Écrit par : Duval | 04/09/2014

@M. Duval

En effet, je n'avais pas compris comme cela cette notion de minorité.

Pour le reste, je ne connais effectivement pas vos cahiers des charges, et si dégrèvement il y a pour les activités extérieures, il devrait être le même pour tous, au prorata du nombre de manifestations dans l'année et de la présence horaire qu'elles nécessitent.

Écrit par : Jmemêledetout | 05/09/2014

Les commentaires sont fermés.