09/11/2014

Un dilemme cornélien

cornélien.png


- Hé, Cyprien, bonzo, alors, comment?

- Ben, m'en parle pas, j't'ai pas dit?

- Non, quoi donc?


- Au mois de mai, j'ai fait une embolie pulmonaire...un caillot de sang qui s'est formé derrière le genou et qui a migré jusqu'au poumon en passant par je ne sais quel trajet dans mon corps!

- Quoi! Heu... c'est un peu "hard" ce truc, non?

- J'ai pas mal dégusté! En principe, y a une cause, une explication claire à la survenue de ces caillots, par exemple une chirurgie, un plâtre, une longue immobilité, un long voyage en avion, mais pour moi, rien, aucune explication! Les médecins ont diagnostiqué mon cas de "non déterminé".

- Et ça se soigne comment alors?

- Y a pas 36 mille moyens. Ca fait six mois que je porte une espèce de bas de "grand-mère", un bas de contention et que, surtout, je dois prendre des pilules pour fluidifier mon sang, des anticoagulants. Ainsi, avec ce traitement, le risque de refaire un caillot est très faible.

- Ben, alors, tout va bien! Tu m'as pourtant l'air soucieux...

- C'est que je sors à l'instant de chez l'angiologue, joli nom n'est-il pas?

- Oui, c'est assez....réjouissant! Et alors?

- Et bien je pensais que comme je me porte bien et que ces six derniers mois s'étaient bien passés, tout serait OK, que je pourrais cesser de prendre ces sacrés anticoagulants. Tu comprends, ils posent quand même un léger problème...en cas de blessure par exemple...tu pisses le sang sans discontinuité.

- Oui, mais bon, on peut faire avec... pas de quoi en faire un fromage.

- Cause toujours! Le problème est plus important qu'on peut se l'imaginer. Ce cher angiologue m'a mis face à un dilemme cornélien. Soit je continue à ingurgiter les anticoagulants, soit je stoppe. Mais, tu comprends, si tu arrêtes le traitement, il existe un risque certain de refaire un caillot, ce d'autant plus lorsqu'il est de cause indéterminée, comme dans mon cas. Je dois donc prendre une décision, faire un choix dont je suis le seul maître. Alors, ce médecin m'a expliqué que j'avais besoin de peser les avantages et les inconvénients de poursuivre le traitement ou pas. Oui, les anticoagulants évitent le risque de récidive, mais, par contre, comme ils fluidifient le sang, ils augmentent singulièrement le risque de saigner et de faire des hémorragies....cérébrales par exemple!!!

- Super!

- Donc, je dois me résoudre à mettre dans la balance le risque de mourir d'une nouvelle embolie pulmonaire ou celui d'une hémorragie cérébrale... Tu ferais quoi, toi? Tu arrêtes les anticoagulants ou tu continues à les prendre? Hein?

- Heu... tu me poses une sacrée colle, franchement j'en sais rien. Mais toi, tu as décidé quoi?

- Ben, j'hésite. Pose voir la question à tes lecteurs...

18:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Moi, je continuerai à prendre mes anti-coagulants.

Écrit par : guy Combremont | 09/11/2014

Boire suffisamment d'eau, minimum 1 litre et demi par jour, fluidifie aussi le sang. Et permet de diminuer la dose d'anti-coagulants et donc les risques d'hémorragie. Je dis ça, je dis rien, chuis pas médecin...

Écrit par : Géo | 09/11/2014

Les commentaires sont fermés.