10/11/2014

DIP, le royaume des copains-copains?

copains.jpg

Il y a quand même des bizarreries au DIP.

Il ne fait pas toujours bon être un enseignant au sein de ce Département...peut-être même que, dans certains cas, c'est une tare!

On sait à quel point l'organigramme du DIP ressemble à une usine à gaz mais on connaît moins les personnalités qui la dirigent et surtout comment ils sont arrivés aux postes-clés qu'ils occupent...

Ainsi, il est des nominations qui laissent pensifs pour ne pas dire pantois.

Il est vrai que certaines pratiques pour le moins obscures et douteuses deviennent habituelles au DIP tant ils sont nombreux ces postes de directeurs attribués à des gens issus de tous les horizons, sans qu'ils aient les compétences requises.

A l'image de telle directrice qui n'a jamais mis les pieds dans une classe mais qui, après un passage au service du Service de la coordination pédagogique (SCoP), a été nommée tout soudainement Directrice des RH à la Direction Générale de l'Enseignement Obligatoire (DGEO)...

Ou encore cette autre Directrice qui, toute fraîche émoulue de l'université, sans aucune expérience, s'est vu offrir le poste de directrice de l'enseignement et de la scolarité primaire...

Ou encore cette diplômée en psychologie du travail qui occupe le poste de Directrice Générale adjointe de la DGEO.

Tout dernièrement, après un processus de candidatures particulièrement riche en candidats intéressants, on a nommé un directeur de l'enseignement, de l'évaluation et du suivi des élèves (DEESE).

Pour des raisons incompréhensibles qui ressemblent plus à du copinage qu'à une logique de compétences, le choix s'est porté sur un monsieur qui n'a aucune expérience du métier d'enseignant. On a préféré choisir pour ce poste cadre une personne, éducateur dans un centre pour jeunes en difficulté scolaire et/ou sociale, qui ne connaît rien à l'enseignement et n'a jamais mis les pieds dans une école plutôt que, par exemple, cet homme issu du sérail enseignant dont on a astucieusement et soigneusement occulté le parcours professionnel.

Celui-ci est pourtant au bénéfice d'un cursus autrement plus adapté: enseignant au primaire pendant plusieurs années, il a ensuite intégré pour un temps la Direction Générale de l'enseignement primaire avant de rejoindre l'office médico-pédagogique (OMP). Des compétences acquises au fil des ans qui n'ont eu pourtant aucun poids. Une décision qui a probablement un goût bien amer pour celui qui, désormais, restera le subalterne qu'on a méprisé.

 

Ce choix mystérieux restera sans explication; il lance surtout un très mauvais signal tant pour l'enseignement spécialisé que l'enseignement ordinaire.

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 


 

17:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Copain-copines!

Écrit par : Mère-Grand | 11/11/2014

Franchement à vous lire je me disais, moi qui ai fait toute mes écoles à Carouge, ils sont tombés bien bas les genevois.
Et bien sachez que vous n'êtes plus seuls, le Valais vous rejoint grâce à ses parlementaires frustrés et béliqueux à souhaits.

Ils ont tous perdu la tête! L'intérêt ce n'est plus la qualité de l'enseignement donné et professé qui l'emporte, mais les intérêts multiples des décideurs que sont ces parlementaires, autant genevois que valaisans, qui ne cherchent qu'à régler des comptes en laissant en plan nos enfants.

J'en arrive à me dire que c'est vrai, notre démocratie est en train de mourir, que les politiques la tue à petit feu!
Il nous reste peut être le tirage au sort pour une représentation citoyenne dans nos parlements et qui fasse son boulot de représentation du peuple, après tout, de nos jours, tout le monde sait lire et écrire!

Écrit par : Corélande | 15/11/2014

Les commentaires sont fermés.