02/12/2014

Madame Anne Emery Torracinta est... désolée mais faut pas s'énerver!

enerver.jpg


Y en a marre, mais faut pas s'énerver et...Pffff...encore répéter, toujours répéter les mêmes choses...Il est vrai que, dans certains cas, il faut dire la messe plusieurs fois...



Alors, comme ça, faut faire des économies au DIP? Soit!

Et, sur ce coup, Anne Emery Torracinta a bien raison, du moins en partie, lorsqu'elle dit que les attaques contre les enseignants la désolent.

Mais pourquoi donc n'ajoute-t-elle pas qu'on se trompe tout simplement de cible?

On ne le dira jamais assez, s'il faut faire des économies au DIP, ce n'est surtout pas sur le dos des enseignants, en rabotant le nombre de leurs postes! Pure folie, les députés sont-ils stupides à ce point...

Pourquoi donc, Madame la Présidente, n'admet-elle pas que des économies sont possibles, mais...ailleurs.

Faut-il le répéter, il y a des millions qui sont dépensés dans des postes de cadres supérieurs inutiles tels ceux des directeurs d'établissement et ceux qui pullulent dans l'organigramme de la direction de l'école primaire. Il y a des sommes astronomiques à dégager en restreignant drastiquement, voire en supprimant, certains services beaucoup trop dispendieux tel celui de l'informatique. Il y a des montants conséquents à économiser en instituant l'achat du matériel scolaire de base aux parents, comme ça se fait pratiquement partout ailleurs. Que d'économies possibles encore en admettant une bonne fois que les étudiants de l'IUFE pourraient prendre en charge les nombreux remplacements qui coûtent une fortune.

Bref, non,non, je ne m'énerve pas quand je lis les énormités proposées par certains députés du Grand Conseil....et encore moins quand je vois de quelle manière Madame Anne Emery Torracinta y réagit!

Au lieu de se lamenter et accorder des interviews pleurnichards qui donnent lieu à des commentaires imbéciles, elle ferait mieux de se rendre à l'évidence et passer à l'action... question de bon sens.

17:31 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Il n'y aura pas de pareilles coupes au budget du DIP. Le problème est que le MCG ne veut pas lâcher sur l'annuité des fonctionnaires, que le projet demande de geler. Il ne veut pas non plus augmenter le budget, qui sinon serait en déficit. Alors il cherche partout où économiser et il tombe assez sottement sur les profs du primaire. Au DIP on peut faire des économies, mais imaginer les faire sur les instituteurs est sot.

Écrit par : Jean Romain | 03/12/2014

Ce n'est pas parce que, dans de nombreux pays, l'achat du matériel scolaire est à la charge des parents, qu'il faudrait adopter ce système dans le but de faire des économies (en augmentant les charges financières des familles!).
Une école publique obligatoire doit, dans un pays riche comme le nôtre, être entièrement gratuite. Par contre, on peut se demander si une "allocation rentrée scolaire" (telle que celle accordée aux familles qui bénéficient d'une aide sociale en Ville de Genève) a du sens lorsque tout le matériel scolaire (classeurs, cahiers, manuels, ciseaux, gomme, colle, machine à calculer...) est offert aux écoliers genevois.

Écrit par : Michèle Roullet | 04/12/2014

Je ne vois pas en quoi prétendre que notre pays est riche représente un argument valable pour dire que ce n'est pas aux parents à payer le matériel de base des écoliers? D'ailleurs, si Genève doit faire des économies, c'est qu'elle n'est pas si riche que vous le pensez.
Partout ailleurs, on demande aux parents de faire ce petit effort qui me semble normal d'autant plus qu'il présente des aspects plutôt positifs, par exemple, le respect du matériel...par les écoliers ...et par les parents...
On pourrait, bien sûr, envisager des "exceptions" pour les familles réellement dans le besoin, mais pour les autres...

Écrit par : Duval | 04/12/2014

juste à côté de ce sujet ciblant la scolarité obligatoire, reste à se soucier de l'enseignement supérieur, à la HES SO de Genève par ex.

où à force de faire une compile d'emploi de salariés enseignants sans compétences
face à une série d'enseignants sérieux et compétents
qui n'ont trouvé d'autre choix que de démissionner,

face à des étudiants en bachelor ou master, qui voient leurs travaux notés jugés par des incompétents, sans voie de recours

aboutissant au rejet en cours d'études, d'étudiants sérieux et capables
..
On a un enseignement supérieur genevois en cours de destruction mais dont la note de performance qui est d'ores & déjà détériorée,
sera dans les listes des plus mauvaises Ecoles Supérieures européennes.

il n'y a que l'augmentation des tarifs d'inscription qui booste: +100chf/semestre en 2014 vs 2013

Écrit par : pierre à feu | 04/12/2014

z'êtes gentil Duval.

quand je voulais parler des non performances aux exams d'une haute école genevoise comme la HES-SO où de fait

1) Savoir qu'à la HES-SO de Genève en certaines filières, des étudiants peuvent arriver au bachelor &+ en faisant usage de tous éléments & plagias pour réussir aux exams via smartphones etc.
Savoir que si leurs profs en sont conscients, ils s'en fichent


2) Savoir qu'à la HES-SO au niveau bachelor, aucun prof de la HES-SO ne devrait faire l'impasse sur des connaissances basiques, d'ingénieur et etc.

Encore faut-il que, pour juger de leurs étudiants niveau bachelor etc, ces enseignants engagés en aient les compétences.

Or pour certains modules d'enseignement à Genève, ce n'est pas le cas:

Que ce passe-t-il quand des enseignants sans compétences jugent le travail d'étudiants de haut niveau?

- Les étudiants n'ont aucun recours. Ont étudié des années durant, ont des appuis et des analyses d'enseignants compétents, qui confirment leurs travaux.

Depuis le temps que Genève engage un max de salariés incompétents venus de toutes contrées

Je me demande:
depuis le temps que les contribuables genevois se voient devoir tout payer,
quand verront-ils enfin que leur futur est saccagé?

Bravo la démocratie suisse, bafouée selon ces élus sur ce site de la CH qu'est - encore - Genève.

et là, on s'énerve plus: car il est si tard que tout a bien cristallisé.

Écrit par : pierre à feu | 04/12/2014

@Duval
vu le style en conclusion précédente: heureusement que je ne suis pas l'étudiant en question, niveau bachelor ou master.. (je vous excuse)

Écrit par : pierre à feu | 04/12/2014

bref.
on paye 100chf de plus par semestre pour droits d'inscription d'études en Hautes Ecoles où tout se dégrade, avec étudiants toujours sans recours mais encore plus soumis à enseignants venus d'ex Ue ou de l'UE faisant preuve de grosses lacunes en compétences fondamentales

et cette dame responsable de l'enseignement dans le canton continue de toucher son salaire à 7 chiffres indexé, pour venir nous dire que cela la désole, en espérant que cela ne devrait pas nous énerver?

Écrit par : pierre à feu | 04/12/2014

Là, j'avoue publier sans bien comprendre...

Écrit par : Duval | 04/12/2014

dsl si je déviais de votre sujet en faisant réf.

= à l'emploi en Hautes Ecoles (HES-SO) d'enseignants incompétents,
incompétences de collègues conduisant à démission d'enseignants compétents
et à casser de l'étudiant niveau bachelor/master

- quand pour un examen niveau bachelor, un enseignant même incompétent de la HES peut, sans contrôle par pair et sans contre-examen, décider de noter ou de saquer tous étudiants : où l'étudiant ne peut faire aucun recours, même face à incompétence technique avérée de l'enseignant

= au fait que ces Hautes Ecoles ont leur avenir remis en cause par de telles politiques d'emploi au rabais, associée à de telles absences de contre-contrôle interne

= à l'augmentation de 100CHF par semestre des droits d'inscriptions d'étudiants, faisant face à une profonde détérioration de l'enseignement

= Dégradation générale de l'enseignement à Genève, ce que de futurs tests de performances entre Hautes Ecoles internationales mettront à jour sous peu.

Écrit par : pierre à feu | 04/12/2014

Les commentaires sont fermés.